AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
20% de réduction sur IROBOT Aspirateur ROOMBA 606
199.99 € 249.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 17:31

Il était sans doute prévisible que les choses se terminent ainsi. Les esprits trop échauffés, avant même la mort de Ludivine, l’annonce tragique de son décès n’avait fait qu’aviver cette tension déjà trop présente. Et bizarrement, l’îlien ne fut pas dans les premiers à plonger dans la mêlée. Car après tout, il n’avait jamais eu aucune raison d’insinuer que les Ibéens ou les Erebiens étaient coupables de cet assassinat. Et s’il ne rechignait pas à entrer dans les bagarres, il devait bien reconnaître que celle-ci n’était guidée que par des sentiments injustifiés. Et il eut beau hurler de toute sa lourde voix, jurer comme un charretier et menacer dans la langue chantante des îles, pas un seul de ses Chevaucheurs ne retourna dans les rangs. Et il fallut toute la force du capitaine d’Ansemer pour qu’il ne plonge pas dans la mêlée lui même, assommer des têtes pour que les choses retournent dans l’ordre. Il saurait en tout cas retenir les visages des petits malins décidés à foutre le bordel. Comme si ce n’était déjà pas assez compliqué comme ça ! Même la venue des Maréchaux ne parvient que difficilement à calmer l’échauffourée. A croire que tous ceux là cherchaient simplement une bonne raison pour se taper dessus.

"J'vous promet qu'vous allez tous en prendre pour vot' grade."

Ils savent, les Chevaucheurs d'Ansemer, que lorsque leur capitaine articules bien les mots, ils vont passer un sale quart d'heure.

***

Il se souvenait être parti se coucher après les interrogatoires, le Rackham. Dans cette banale chambre et dans ce lit simple. Pourtant, à son réveil, il eut la surprise d’ouvrir les yeux dans son lit, au manoir de Port-Liberté, face à une Quitterie toute endormie. Bon sang ! Etait-il devenu somnambule et était-il revenu dans la nuit jusqu’à chez lui ?! Ou alors avait-il rêvé la journée de la veille, qui lui avait paru pourtant très… réelle ? Toute sa matinée fut rythmée par cette incertitude, de ces petites choses incompréhensibles auxquelles il n’avait pas fait gaffe la première fois. Comme par exemple ce verre que Quittou avait renversé sur lui, juste après le petit déjeuner, et qui l’avait obligé à se changer une nouvelle fois… L’avait-il pressenti dans ce rêve ? Il ne voyait pas vraiment d’autres explications.

T’as pas une impression d’déjà-vu ?
Par déjà-vu, est-ce que tu sous entend la même chose ?
Hum…
Non parce que figure toi que ce matin, j’ai chassé exactement la même proie qu’hier. Au même endroit, de la même façon, et il avait exactement le même goût !
Et ça, ça ne t’arrive jamais ?
Jamais aussi exactement.


Une étrange façon de voir les choses, en effet. Ce qui n’avançait pas vraiment plus l’îlien sur cette impression persistante. La journée se passa en tout cas comme dans son souvenir. Ses affaires de capitaine réglée, il vit Lionel débarquer à Port-Liberté. A l’heure exacte. De la même façon. Tout sans la moindre différences. Alors rapidement, il aborde son ami à propos du problème :

“Merde alors. J’l’impression d’voir d’jà vécu c’te scène !”

Il le dit sur le ton de la rigolade, mais quelque chose le perturbe néanmoins, et il ne semble pas être le seul. Après le repas, les deux capitaines retournent rapidement aux Casernes de Flammes et de Serres. Vu sa discussion avec Lionel, il n’a plus tant l’impression que c’était un rêve. Il s’est certainement passé quelque chose. Quelque chose en rapport peut-être avec le meurtre de cette fille la veille. Fille bien vivante, au passage. C’est à ne plus rien y comprendre. Suivant Lionel pour rejoindre les deux autres capitaines Faës, il termine la phrase que son homologue ne semble pas vouloir finir, avec la même finesse qui le caractérise :

“‘Ssayer d’év’ter c’qui c’passé hier, non ? C’tait pas un rêve.”

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 17:39

S’il n’était pas suffisant sensé pour savoir que ça envenimerait les choses, contrairement à son homologue féminine, il lui aurait rétorqué que la place qu’elle occupait impliquait d’avoir les idées froides, et de ne pas céder à des calomnies sans vérifier quoi que ce soit. Tristan garda pourtant le silence, un regard inexpressif sur le visage, hochant simplement la tête, alors que la Maréchale erebienne prend les devants, excluant ses pairs de la décision. Fronçant les sourcils, il acquiesce pourtant, en voyant sa propre Maréchale emboiter le pas à Soltana Kamar, et à la jeune Pauline. Ses inquiétudes à l’idée de venir ici sembler se concrétiser, alors que Chevaucheurs et Voltigeurs s’affrontent, dans un combat surréaliste.

C’était couru d’avance. Pourquoi avoir rassemblé les différentes recrues, et ne pas avoir initié la discussion entre maréchaux, capitaines et majors ? Ces derniers auraient pu soumettre le nom des candidats potentiels, et tous ensemble, ils auraient pu établir la restructuration souhaitée. Cela aurait évité ces regards en chien de faïences, ces coups perdus, ces blessures supplémentaires. Et des accusations aussi injurieuses qu’injustifiées, aussi – des Chevaucheurs envers les Voltigeurs, d’abord, par l’attitude déplorable d’Anaëlle et de ceux de son Vol, mais aussi en sens inverse, en juste rétribution.

Soupirant, le Capitaine encadre les siens jusqu’aux quartiers qui leur sont alloués, ignorant superbement Anaëlle. « Ce n’est pas à un Vol, que vous allez être affectés, mais à l’entretien des lieux d’aisance et des différentes casernes auxquelles vous êtes affectés, si vous continuez ainsi. Je pensais que vous feriez preuve d’un peu plus de bon sens – pour appartenir un Vol qui accueille l’une des rares Chevaucheuses d’Onyx, qui cohabite avec des magies rejetées par beaucoup dans un duché où elles sont acceptées, je vous pensais plus ouverts d’esprit, et plus critiques. Au lieu de ça, vous vous jetez sur vos pairs ibéens, sans réfléchir une seule seconde. » Il les entend s’offusquer, rejeter la faute sur les uns et les autres, et il ne les blâme pas réellement, il est plus déçu qu’agacé, à dire vrai. Et comment le leur reprocher, quand une capitaine agit de la pire des manières ?

------------------


Il se réveilla en sursaut, ce matin-là, comme la veille. Ces volets qui claquaient, il les avait déjà entendus. Et ce cri guttural, cette insulte, aussi. Fronçant les sourcils, il se leva en faisant une toilette sommaire, regardant son poignet et s’attendant à y voir un hématome, résultat de sa tentative de séparer un de ses Chevaucheurs d’un autre Voltigeur, la veille. Rien, pourtant. Plus de douleur, non plus. Fronçant les sourcils, il rejoignit rapidement le lieu des discussions, attentif au moindre détail, qui corroborerait ce qu’il avait vécu. Et la confusion de quelques individus lui confirmait ce qu’il croyait : il n’avait pas rêvé. Kumquat restait à ses côtés, mais il avait sommé Ferveur de survoler les lieux, à la recherche de la moindre chose suspecte. Et de demander l’aide des autres dragons d’Argent, s’ils consentaient à lui apporter.

Il ne sait bien que faire, mais il accueille avec soulagement la présence de Lionel et de Rackham. S’il ne peut prétendre bien les connaître, le premier a sa confiance grâce à Faustine, et le second… il ne saurait qualifier la façon dont il le perçoit, mais elle est plutôt positive. Mais si le capitaine ansemarien est étrange, il vaut mille fois mieux qu’Anaëlle Faucheblé, aux yeux de Tristan. Il fronce les sourcils à l’attention de Lionel, pourtant, et embraye malgré tout sur ses paroles – ou s’apprête à le faire, du moins, mais Rackham est plus rapide. « Ainsi, vous aussi… Nous ne devrions rien laisser au hasard. Vérifier chaque recoin. Capitaine de Rivepierre, chercheriez-vous avec moi ? » Il pourrait savoir ce dont il se souvenait, exactement. Et il préférait ne pas rester avec l’insupportable Cibellane.

Spoiler:
 










Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 22:52




Chroniques d'Arven

Intrigue 4.2

L'Éternel Lendemain

31 mars 1004



Intrigue animée par Lemon Tart


D'Ailes et de Conflits

Ils sont confus, de part et d'autre. Chevaucheurs et Voltigeurs se réveillent au petit matin comme si de rien n'était, avec en tête les étranges souvenirs de la veille. Et voilà que la journée se déroule à nouveau devant eux, jusqu'à leur retour sur le terrain d'entraînement.

Ludivine est présente et, contre toute attente, elle est bien vivante ! La Maréchale de Flamme s'empresse de la questionner sur les événements de la veille, mais la pauvre Cibellane n'a aucune information à lui donner. Elle n'a rien vu, rien entendu. L'assassin est arrivé par derrière, la lame a tranché sa gorge, puis plus rien. Le noir total.

Elle semble fort chamboulée, la jeune Chevaucheuse, et elle n'est pas mécontente que son major garde un oeil sur elle. Car elle n'a qu'une envie, c'est de rentrer à la maison. Mais comme les autres, elle désire connaître le fin mot de cette histoire, savoir qui a osé lui ôter la vie, et qu'il en paye le prix.

Les Capitaines de Vol profitent de ces instants pour fouiller les lieux. Faës et Ibéens se retrouvent à l'endroit où la jeune femme a perdu la vie, sans rien trouver sur place - bien sûr, si la journée a recommencé à zéro, ils ne trouveront nul indice. Ils réalisent néanmoins à quel point le lieu est idéal ; légèrement isolé, à l'arrière du bâtiment, dans un angle mort où personne n'aurait pu les voir. L'assassin devait certainement attendre la bonne opportunité pour frapper.

Mais les tensions n'ont pas disparu pour autant, depuis la veille. Malgré les remontrances de leurs Capitaines, Chevaucheurs et Voltigeurs restent extrêmement méfiants vis à vis ceux qui leur font face. Leurs paroles sont emplies de doutes, parfois acerbes, voire haineuses. Le major de Svaljärd s'exprime et beaucoup se demandent s'il essaie de briser la tension ou si au contraire, il désire ajouter de l'huile sur le feu. Les réactions ne se font pas attendre. Et tandis qu'on lui répond, la Chevaucheuse cibellane se fait fortement aborder par une Voltigeuse cielsombroise. Son geste suscite de vives réactions, la camarade de Ludivine vient en renfort et repousse Ombeline, puis un autre Voltigeur vient défendre cette dernière, à l'aide de ses poings.

De nouveaux coups pleuvent, mais rapidement arrêtés. Et la seule conséquence notable est le nez cassé de Gabin de la Volte.

Sans attendre, tous sont à nouveau séparés dans leurs bâtiments respectifs. Mais une fois tous à l'intérieur, les Chevaucheurs réalisent que l'un des leurs manque à l'appel. Les regards se tournent vers Ludivine, mais elle est bien là, surveillée par son major. Alors qui ?

Majors et Capitaines quittent les lieux par groupe de deux pour tenter de retrouver la personne manquante, ce qui finit par arriver. Trop tard.

Alors qu'il s'était éloigné pour investiguer une silhouette suspecte, Bertin Vif-Envol s'est fait surprendre et a perdu la vie, là où personne ne pouvait le voir. La gorge tranchée, le regard vide, il repose dans la neige teintée d'écarlate.

La nouvelle arrive rapidement aux oreilles des Chevaucheurs ; certains des anciens camarades de Vol du prince banni voient rouge et se redressent comme un seul homme pour aller au devant des Voltigeurs. Le doigt accusateur se pointe cette fois directement sur le Maréchal de Serre et son homologue erebienne. « Vous allez payer, cette fois ! » La colère est vive mais en face, ils sont nombreux à vouloir défendre l'intégrité de leurs Maréchaux. Cette fois, nulle dispute, c'est la magie qui s'éveille et les lames qui sortent de leurs fourreaux. Diane de la Fère agit néanmoins rapidement pour mettre hors d'état de nuire le Chevaucheur à avoir initié le mouvement et gronde ses ordres dans la salle, renvoyant tout le monde dans leurs quartiers respectifs. Mais tous ne l'entendent pas de cette oreille.

« Pas question que je reste ici avec ces odieux meurtriers. » Et l'homme de tourner le dos à sa supérieure pour quitter les lieux, suivi d'autres personnes, du même avis. Du côté des Voltigeurs, certains en font de même, peu désireux de passer une nouvelle nuit comme la précédente. Impuissants, Maréchaux et Capitaines laissent faire, n'oubliant guère de noter les noms des dissidents. Puis, après avoir délibéré, ils laissent les autres rentrer chez eux également mais les convoquent dès le lendemain à leurs Casernes respectives pour de nouveaux interrogatoires. Cette histoire va décidément trop loin.

Le corps de Bertin Vif-Envol est mis à l'abri, les supérieurs partent à la recherche d'indices sur place, puis tous tentent de trouver le repos malgré les tensions grandissantes.

***

Et tout recommence.






Troisième Tour

Consignes



IRL : du mardi 26 février au mardi 5 mars (18h).
IRP : le 31 mars 1004, toute la journée, jusqu'à minuit (2ème retour)

• Ce topic concerne les personnages inscrits à l’intrigue au préalable (Aaron, Bastien, Bertin, Ewen, Gabin, Hector, Lionel, Ombeline, Mayeul, Melsant, Rackham, & Tristan). Si ce n’est pas votre cas, un petit MP au Destin et nous verrons si vous pouvez intégrer le groupe en cours de route !

• Vous l'avez bien compris, il y a de la menace de guerre dans l'air. :stare: Et c'est de pire en pire. :stare: Courage. :haww: La journée a encore redémarré à zéro (de minuit à minuit) ! Pour l'expliquer plus simplement, vous êtes tous allés vous coucher et, à minuit, le temps s'est inversé et vous a tous ramenés 24h en arrière et vous vivez un jour sans fin (Vous voyez le film "Le Jour de la Marmotte" ou l'épisode du jour sans fin dans Supernatural ou dans Stargate ? Ben pareil. :geu: ).

• Le retour dans le temps concerne tout le continent. Vous en êtes tous conscients. Vous remarquerez donc très vite que des petites choses ne seront pas tout à fait les mêmes. Mais il y aura des événements qui auront tout de même lieu de la même manière, car c'est ainsi que se déroulent les choses. Pour pimenter un peu vos RP, vous pouvez mentionner un petit déboire qui arrive à votre personnage et qui, quoi qu'il fasse, surviendra à chaque fois. Par exemple, se cogner le petit orteil contre un meuble ou se prendre une porte dans la tronche. :poele:

• Le tour couvre la journée du 31 mars (encore, encore :arrow:), du moment où vous vous réveillez au moment où le jour va à nouveau redémarrer à zéro, en passant par votre retour au lieu d'entraînement commun. :geu: Libre à vous d'agir comme bon vous semble, tant que le tout reste cohérent et que votre personnage finit par retourner sur place. Les choses se corsent et vos supérieurs ne sont pas contents, tentez de ne pas les décevoir un peu plus. :red: Et pour toute question, je suis évidemment disponible. :eheh:

• Ludivine n'est pas morte une seconde fois. Comme elle était surveillée, c'est Bertin qui est l'heureuse victime du jour n°2. :red:

• À votre arrivée sur le terrain d'entraînement, les Maréchaux sont déjà présents et confisquent tous les objets tranchants. :miguel: (oui, des gorges tranchées deux jours de suite, c'est suspect :geu:)

• Les dragons et griffons ne sont pas tous nécessairement dans le coin, certains sont partis vivre leur vie pendant les discussions, d'autres sont restés pour profiter du terrain afin de se dégourdir les ailes avec leur Chevaucheur ou Voltigeur.

• On est en mars dans les montagnes des terres du nord, il reste de la neige et il fait froid. :laa:

• Vous pouvez poster plusieurs fois dans un tour, mais veillez toujours à laisser deux personnes répondre entre deux de vos interventions.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

• Consultez régulièrement le QG de l'intrigue, au cas où. :oui:

Bonne chance, dragonnets ! :angel:






♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMer 27 Fév - 16:39

Passer la journée aux aguets a quelque chose de fatiguant, mais il refuse de laisser baisser sa garde. Ses collègues se méfient peut-être des voltigeurs, mais il ne peut se résoudre à une accusation aussi peu fondée. Ils n’ont absolument rien pour les mener vers cette conclusion et il refuse donc de s’y laisser aller. Alors il veille, à sa façon, semblant sans doute distrait, surtout lorsqu’il aperçoit, plus loin, une silhouette qui joue avec les ombres pour ne pas être aperçue. Il hausse un sourcil et, s’excusant auprès du petit group auquel il s’était joint, s’éloigne. On ne lui porte guère attention alors qu’il s’éloigne encore, lentement. Arthès lui intime d’être prudent, et il cherche à la rassurer lorsque. Rouge. Le sang qui gicle devant lui avant qu’il ne s’effondre dans la neige. Plus rien. Rien que la panique d’Ambroisie…

***

Puis la lumière, soudain, qui revient. Il se réveille en sursaut et Ambroisie n’attend pas pour lui reprocher sa témérité suicidaire – clairement – de la veille. Il aurait aimé rejoindre le terrain d’entraînement commun dès le matin, mais il sait que cela lui est impossible. Il est distrait lorsqu’il est avec ses cadets et c’est d’un profond soupir qu’il s’adresse à Michel après la fameuse blague qui prend quand même un fort mauvais goût à la troisième écoute : « Est-ce vraiment nécessaire, Michel ? » Tu étais plus convaincant hier. Peut-être, mais j’ai la tête ailleurs. C’est peut-être parce que tu l’as presque perdue, la tête, hier, hmm ?  Il ne répond rien, ça ne vaut pas la peine.

Les élèves renvoyés vers le réfectoire, il prend son envol immédiatement pour rejoindre le terrain commun. Ou plutôt il menace Ambroisie de s’y rendre à pied si elle ne l’y amène pas, ce qui forcément le mettrait plus à risque encore. Le calme du vol lui permet de faire le point sur les événements de la veille ce qu’il n’avait guère pu faire auprès des cadets.

Avant même de se poser avec Ambroisie, il a repéré les maréchaux auprès de qui il tente de se rendre directement lorsqu’il a rejoint le sol. On l’arrête en route pour lui poser des questions sur ce qui s’est passé la veille, mais il refuse de répondre, affirmant qu’il en parlera aux maréchaux, si on veut bien l’excuser.

C’est humblement qu’il se présente aux trois maréchaux qu’il salut respectueusement avant de leur demander la permission de rapporter ce qu’il a vu la veille. « Je me suis éloigné pour enquêter sur la présence d’une personne inconnue qui se terrait dans les ombres. Un homme, devrais-je plutôt dire, à en juger par la carrure que j’ai pu apercevoir. » Il voudrait bien pouvoir répondre aux autres questions que lui posent les maréchaux, mais il ne sait rien dire de plus. Son assaillant était vraisemblablement un homme plutôt bien bâti à en juger par sa carrure. Quelqu’un qui aime les ombres et la discrétion… Et qui n’est peut-être même pas de l’un ou l’autre des vols puisque tous les objets tranchants ont été retirés la veille.

Spoiler:
 








Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMer 27 Fév - 22:33

Un Mayeul inquiet, agacé et tendu est un Mayeul particulièrement agaçant, tous ceux qui le connaissent peuvent le certifier. Et lorsqu'un Chevaucheur vient se planter face à lui, le mettant presque au défi de tuer lui-même l'un des leurs, c'est l'intervention de Melsant qui empêche, pour le moment, que les choses aillent plus loin. Car il ne faut pas attendre longtemps pour qu'une autre remarque malencontreuse, un autre geste déplacé ne fassent dégénérer la situation. Les poings parlent à nouveau mais bientôt, chacun est sommé de retourner à ses quartiers... Jusqu'à un nouveau meurtre.

Mayeul est parmi ceux qui défendent leurs maréchaux et si la dispute tournent vite court, la tension ne s'allège pas pour autant. Tous sont congédiés et convoqués dans leurs casernes respectives le lendemain... jusqu'à que tout recommence.

**

Même réveil. Même petit déjeuner. Même préparation, même matinée. Encore. Jolie griffonne. Lissage de plumes. "Chuuuuuuut." se plaint Mayeul, agacé.Tas de couvertures qui s'agitent. "Arrête avec ça !" Grogne le Voltigeur avant de s'arrêter net. D'accord. Ca, il l'a déjà dit ! Inquiétude. Questionnement. Mayeul ne peut qu'être d'accord avec Nuage. Avec des gestes presque automatiques, le voltigeur répète sa journée, jusqu'à croiser le même Voltigeur débraillé, la même Voltigeuse aux joues trop rouges. Tout est pareil. Excepté qu'il se remémore très vivement l'engueulade de son capitaine hier, ou pas hier, et que la tension est plus vive que jamais. Pas étonnant, étant donné ce nouveau meurtre. Mayeul est assez dubitatif là-dessus : il l'avait dit, n'est-ce pas ? Ce n'est que la suite logique, après tout.

Arrivé au terrain d'entraînement, c'est presque sans surprise que toutes les armes sont confisqués mais cela n'empêche pas Mayeul de râler. L'ennemi est mage, bon sang ! Si on les prive d'un moyen de se défendre, qu'est-ce qu'il va arriver ? Car si coup monté il y a, c'est de la part des Chevaucheurs, c'est sûr ! Mayeul est quasiment persuadé que l'Ordre du Jugement est innocent dans l'histoire : sa confiance en Reja est totale et si grabuge il devait y avoir, elle ne l'aurait jamais laissé partir. Enfin, si elle était au courant, mais cela lui semble assez probable. Donc, les Chevaucheurs sont forcément les coupables.

C'est d'ailleurs ce que claironne Mayeul au Chevaucheur de la veille quand il le recroise, celui qui l'a invité à tuer un Chevaucheur de lui-même. Parole prophétique, s'il en est ! La tension est palpable autour d'eux, mais Mayeul n'éprouve guère de scrupules à jeter de l'huile sur le feu. "J'avais raison hier, n'est-ce pas ? Un autre Chevaucheur tué, une autre raison d'accuser les Voltigeurs !" Clairement, Mayeul ne doute pas de ses compatriotes : après tout, on leur apprend à se faire confiance, à se compléter, dès la Caserne de Serre. "C'est quoi le but ? Déclencher une nouvelle guerre que vous ne gagnerez pas ?"

Mayeul le sait, il n'est pas le seul à y penser. Accuser, hier, les maréchaux de Serre et d'Erebor a sans doute été la goutte de trop. Les murmures de quelques uns de ses camarades derrière lui le poussent à ne pas perdre de terrain et il se tient planté devant les Chevaucheurs en attendant une réponse. La journée ne fait que recommencer, cela l'agace fortement, et il espère bien finir par obtenir quelque chose ! Et tant pis si cela ne plaît pas à tout le monde.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Bastien Aigrépine
Bastien Aigrépine

Messages : 437
J'ai : 32 ans
Je suis : Major de division d'Euphoria

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages, Gustave de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyJeu 28 Fév - 19:39

Tout s’enchaîne une fois de plus. Le ton monte, les coups pleuvent et une nouvelle fois, quelqu’un meurt. Sauf que ce n’est pas la jeune femme du premier jour. Encore un Chevaucheur, ce qui attise les tensions entre les deux groupes pour qu’au final, chacun soit renvoyé chez lui. Sans avoir la moindre réponse à nos interrogations.

***

Et j’ouvre les yeux. Il fait encore nuit. Je peux sentir la présence de Melbren endormi à côté de moi que cette fois, je réveille sans ménagement alors que je commence déjà à chercher mes vêtements. « Il se passe quelque chose. Le temps dérape. » Je ne suis même pas sûr qu’il soit vraiment réveillé mais je continue de parler, beaucoup trop rapidement. « Je sais, cela peut paraître fou Melbren, mais cette journée est la même qu’hier. Et que le jour d’avant. »

A sa mine, je prends quelques instants pour parler avec lui, alors qu’il m’explique que c’est la même chose pour lui. Il semble réticent à entrer dans les détails et je fronce légèrement les sourcils, sans bien savoir quoi penser. Je finis pourtant de m’habiller tant bien que mal et je l’embrasse, avec moins de retenue que la veille, peu enclin à le laisser. « Fais attention à toi. D’accord ? »


***

La tension est nettement plus palpable quand j’arrive sur le terrain d’entraînement. Je ne suis pas le seul à revivre la même journée voilà qui est acté. Je ne sais pas si je dois en être rassuré ou non et je tends mes armes sans vraiment discuter quand elles sont confisquées, me demandant si ce sera vraiment utile. A la place du meurtrier, j’aurais déjà anticipé ce petit contretemps.

Je me rapproche de Melsant, toujours au même endroit et je laisse filer un silence pensif, mon regard se perdant dans le vide. Et je finis par désigner la congère, remettant de nouveau un coup dedans, sans le viser vraiment cette fois, même si la neige atteint ses bottes. Et je suis sur le point de prendre la parole, avant de secouer la tête, dans un soupir. « Ca recommence. Encore. Et oui, oui, je sais, je radote. » D’un mouvement du menton, je fais signe à Melsant de venir avec moi pour se rapprocher des autres. Et j’ai une ombre de sourire alors que Mayeul prend la parole, se faisant tout aussi provocateur que la fois précédente. J’ai un regard en direction de mon ami en secouant la tête avant de souffler, dans un murmure. « Au moins cette fois, on saura qui aura fait démarrer les échauffourées. » Avant de reprendre, d’un ton plus haut, mon regard se posant sur les gens autour de moi. « Je vais reprendre les sages paroles que le Major de Séverac a tenu la veille… enfin aujourd’hui… enfin… hum. Passons. Donc… quelqu'un a une explication de pourquoi est-ce qu'on revit la même journée qu'hier ? Ou il n'y a que moi que ça interpelle ? »

Je sens bien que je ne vais pas vraiment avoir de réelle réponse à cette question plus rhétorique qu’autre chose, sinon nous ne serions pas là et je sens déjà le mal de crâne s’installer alors que je cherche vaguement la jeune femme qui m’a donné un coup la veille. Elle est un peu plus loin et, plus par réflexe qu’autre chose, je m’éloigne, remarquant la silhouette de Tranchaille. De qui je m’approche, m’assurant de n’être à portée de coups de personne. Non que je n’ai pas apprécié de me faire frapper deux jours de suite, mais presque. Au moins je sais qu’à côté de lui, je devrais être relativement tranquille. J’ai un hochement de tête à son attention, croisant les bras pour observer les réactions des gens alentours, me demandant comment les choses vont déraper cette fois.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 TitreBastien2
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 OdBXI5EV_o
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 PlumeSerreServir
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 ArtGuerrePrismeLunaire
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 RandomJupons
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 1525464646-bastien
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Hector Tranchaile
Hector Tranchaile

Messages : 162
J'ai : 26
Je suis : Voltigeur dans le Vol de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Bellifère et Ibélène
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Meldred
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyVen 1 Mar - 11:37

Ils y ont cru. Presque cru, du moins. Cru qu’ils s’en sortiraient encore, que personne ne mourrait. Hector a fini par retourner auprès des Cielsombrois assemblés - quelle joyeuse compagnie. Vraiment. - juste à temps pour qu’on l’avertisse que son ailière avait vraisemblablement attrapé violemment la Chevaucheuse toujours en vie.
Fierté.
Dis pas de conneries.

Et si à la fin de la journée la gueuse est toujours en vie, c’est un autre que l’on retrouve mort. Les esprits s’échauffent. Hector aussi. Il n’est pas loin d’aller se jeter à leur gorge comme le jour passé, prenant à coeur l’affront direct envers son Maréchal et celle d’Erebor dans une moindre mesure. Il a pour le Brumecor une admiration sans borne, ayant été formé sous ses ordres. Et comme tout gamin, il ne supporte pas qu’on insulte ses héros.
C’est sur les nerfs, le sang bouillonnant, qu’il se retrouve à attendre. Attendre le lendemain.

oOoOOoOo

Ses yeux s’ouvrent sur la même chambre qu’au dernier réveil. Sur le même sol qui accompagne sa prise de conscience.
« Putain de merde ! »
Ça commence à bien faire. Même le Belliférien à l’esprit imperméable commence à comprendre… Et à s’inquiéter.
Habillé, préparé. Un regard dans le miroir. Toujours aussi blond tirant sur le brun, toujours aussi intact.
Et puis Ambre et son caillou tacheté.
Caillou.
Oui, Ambre, je vais prendre ton caillou.
Elle en pousse un autre vers lui. Blanc, rond, un peu nervuré de sombre.
Caillou. Joli. Hector déçu. (Il reconnaît le sentiment qui glisse jusque dans ses épaules, lui fait serrer les dents. ) Instinctivement, le Voltigeur comprend.
« Mais non, Ambre… Bien sûr que je les aime tes cailloux… Je te jure, je fais pas exprès de les perdre. »
Cailloux perdus. Jour. Nuit. Jour.

Journée de merde.
Le Belliférien s’habituerait presque à voler avec Ombeline. C’est agréable, même si le trajet est toujours le même et qu’entre eux l’atmosphère est toujours aussi tendue - à raison. Son esprit lui rappelle cependant qu’il a demandé à la laisser - mais si ce jour ne cesse jamais, alors sa demande est caduque, pas vrai ?

Arrivé sur le terrain d’entraînement, il est obligé d’abandonner ses armes - il obéit sans un mot, mais c’est à cran qu’il passera sa journée. Il ne dit rien à son ailière en la laissant, mais son regard est légèrement inquiet.
Peut-être que si le jour se répète encore une centaine de fois, il finira par lui dire de faire attention à elle.
Les heures passent.
Hector est sur les nerfs. Il évite soigneusement les Chevaucheurs, garde les bras près de lui et les yeux grands ouverts. Son esprit naturellement stratège l’enjoint à ne jamais s’éloigner du groupe et à observer. Il n’est pas mauvais à la castagne et à la course-poursuite, le Tranchaile… Mais c’est compliqué de ne pas être suspicieux quand tous les Faës ont la même tête de fouine.

Mêlé à la foule de ses congénères, il remarque à ses côtés la présence de son major qu’il salue d’un geste de tête respectueux. La hiérarchie passe avant tout. ( Et puis c’est franchement pas le moment de le traiter de tafiole, ça pourrait mal tourner. )

Il s’apprête à ajouter quelque chose, mais il est distrait par quelqu’un qui l’appelle et qui fonce sur eux… foutant un coup à son major au passage. Un Belliférien qui vous met un coup d’épaule, même quand il n’est que demi-Belliférien et qu’il s’appelle Valère, ça fait mal. Celui-ci, tout penaud et vaguement paniqué, commence à vomir un flot de paroles où l’on peut discerner des excuses.
« Valère, la ferme. Mon ancien ailier, explique le blond, confus, en mettant d’autorité une main devant la bouche de l’homme qui continue de parler même comme ça. Il est vraiment désolé, major, ça s’reproduira plus. J’peux vous faire quelque chose ? » L’accompagner pour se remettre du coup, engueuler Valère - quel con celui-là -, n’importe. Il se sent plus responsable que si c’était Ombeline qui l’avait frappé.

Spoiler:
 



La seule différence entre le héros et le fou, entre la détermination et la bêtise,
c’est le succès.




Hector: #FFB16D ; Ambre : white
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyVen 1 Mar - 12:48

Finalement c’est avec Anaëlle que Rackham partit à la recherche d’indices et d’informations, tentant de découvrir ce qui avait pu arriver à la pauvre Ludivine. Mais en dehors d’un lieu à l’écart propice aux assassinats, ils ne trouvèrent rien de très probant, et en l’état, la victime était toujours vivante. Pourtant, ça n’empêcha visiblement pas aux Chevaucheurs et Voltigeurs de se battre à nouveau, attirant l’attention des supérieurs qui ne laissèrent pas passer ce nouvel écart. Pour l’un des plus virulents sous ses ordres, Rackham trouva une solution très simple : un coup de poing au visage qui sonna l’homme suffisamment. Ça calma les autres tout aussi prestement.

“Ca, j’vous l’avais promis. Maint’nant retournez dans l’bâtiment, et l’prochain qui moufte connaîtra l’même.”

Ca commence à bien faire, ces bagarres stupides et insensées, alors que le temps semble partir en vrille et qu’un meurtre menace de recommencer ! Même si en vérité, il a déjà bien eu lieu, et lorsque Rackham comprend, après un épluchage des listes des Chevaucheurs, que c’est son ami Bertin qui a disparu, son sang ne fait qu’un tour. Pressé, inquiet, il a le malheur de trouver en premier le cadavre égorgé de l’ansemarien. Trop tard pour le sauver. La colère est profonde mais glaciale, chez l’îlien. Elle n’est pas explosive comme elle pourrait l’être au naturelle, elle est vengeresse, alors qu’il observe le corps sans vie de son ami. Avec les autres capitaines, ils ramènent le corps en lieu sûr, mais quand à nouveau, les éclats de voix des Chevaucheurs se font sentir, il est prêt, Rackham, à leur exploser à tous la gueule. Il remercie d’ailleurs intérieurement la Maréchal d’être intervenu avant que lui ne le fasse, mais la dernière remarque des fuyards, des lâches, fait exploser la colère. Dire que c’est l’un de ses hommes qui initie ce mouvement. Il le rattrape pour le saisir au col :

“Tu crois qu’c’est c’genre d’attitude que l’Bertin aurait voulu ? T’crois qu’il approuve les accusations qu’vous portez comme d’pauvres cons, alors qu’on pourrait tous agir pour essayer d’retrouver l’fumier qu’à fait ça ? P’tain j’te promet quand ça c’sera fini, vous allez tous aussi prendre cher. J’suis pas simpl’ment d’çu d’votre attitude, mais dégouté.” Il le lâche violemment, avant de s’adresser aux autres de ses Chevaucheurs qui s’en vont : “ Cassez-vous, bande d’lâche, on a pas b’soin d’vous ici.”

Il aurait pas imaginé ça de la part des siens, mais sa propre colère lui fait trop voir rouge pour percevoir la propre peur et douleur de ses hommes. Heureusement, quelques uns, parmi ceux restés vinrent proposer leur aide à Rackham, pour chercher dans cette soirée des indices, quelque chose pouvant aider. Il en oublie, l’îlien, ce problème qui déforme le temps. Et lorsque le matin s’en vient…

“BORDEL DE…”

Il avait oublié ça. Le matin, encore dans son lit à Port-Liberté, à côté de Quitterie parfaitement endormie. Ni une ni deux, il ne tarde pas à se préparer, n’attendant pas cette fois le midi la visite de Lionel. Il lui fait envoyer un message par outreparole et cela fait, quitte par portail le manoir pour se rendre directement aux Casernes. Retrouver Bertin, c’est ce qui semble être sa priorité. S’ils revivent encore la veille, alors il est forcément vivant ! Pourtant, ce sont les propos d’un Voltigeur qui l’arrête dans sa marche. Des propos qui ne vont qu’envenimer la situation.

“Hé, ç’va d’dire d’choses comme ça ? Ouais l’Chevaucheurs ont ‘té cons d’accuser l’Voltgeurs, mais p’la peine d’faire l’même chose, l’situation est d’jà assez compliquée comme ça, j’sais pas s’vous avez r’marqué. Alors c’mmencez pas à r’foutre la merde.” Ces derniers mots, c’est pas seulement au Voltigeur qu’il les dit, mais aussi aux Chevaucheurs qui semblaient prêts à répondre, et dont il perçoit toujours l’animosité dans le regard.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Dragonnet du Chapitre • Version 4.3
Aaron de Sombreval
Aaron de Sombreval

Messages : 936
J'ai : 34 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; fils du comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyVen 1 Mar - 17:39

Alors qu'Aaron attendait la réplique de son interlocuteur, les Capitaine intervinrent à nouveau pour disperser les groupes et renvoyer chacun dans son dortoir. Si le mage et le voltigeur en étaient restés à une joute verbale, ça n'était pas le cas d'autres groupes qui en étaient venus aux mains. L'aîné des Sombreval jeta un dernier coup d’œil au jeune homme qui se trouvait face à lui avant de rejoindre ses camarades. Ce fut seulement à ce moment là qu'ils s'aperçurent que l'un des leurs manquait. Bertin n'était pas là. Plusieurs personnes s'éloignèrent pour partir à sa recherche, mais revinrent avec de bien mauvaises nouvelles. Leur camarade chevaucheur avait perdu la vie. Aaron ne connaissait que peu Bertin, mais il sentit la colère le saisir. Qui donc aurait pu réaliser ce geste infâme ? Certainement pas un chevaucheur, la déduction était donc rapidement faite au vu de la seule présence des chevaucheurs et des voltigeurs sur le terrain. Les esprits s'échauffèrent plus violemment cette fois, et l'ordre eut bien du mal à revenir.

***

Le soleil qui perce doucement par les volets. Le bras qui tremble puis se crispe violemment. Encore. Se redressant brusquement en se tenant le bras, Aaron grommela pour lui-même tandis qu'il réalisait que la journée recommençait à nouveau, comme la vieille. Cela signifiait-il que Bertin serait en vie, comme Ludivine l'avait été la vieille ? Comme il n'avait pas grand chose d'autre à faire que de se rendre sur le terrain, l'aîné des Sombreval se prépara à nouveau, et sorti retrouver Héritage. « Je ne comprends pas ce qu'il se passe, mais une chose est sûre, il va falloir rester sur ses gardes. » Près de lui, Héritage souffla doucement, comme pour confirmer : « Les esprits s'échauffent. Je resterai dans les parages, il n'est pas question que quelque chose t'arrive.» En accord avec cette idée, le chevaucheur se mit en selle et ils s'envolèrent tous deux en direction du terrain. Si les choses dégénéraient, mieux valaient que les dragons ne soient pas loin.

En arrivant sur le terrain, Aaron eut la surprise de voir quelques soldats se diriger vers lui. Ces derniers lui expliquèrent que quiconque se présentait ici devait se défaire de tout objet tranchant. Comprenant cela, Aaron grimaça néanmoins, peu désireux de se retrouver sans arme sous la main. Détachant la ceinture à laquelle son épée était accrochée, il se défit également de la courte lame qu'il gardait toujours dans le dos, ainsi que du poignard caché dans l'une de ses bottes. Voyant l’œil suspicieux des guerriers en face de lui, il fut obligé de retirer sa seconde botte pour leur montrer qu'elle ne contenait pas d'autre lame. Après quoi, ils le laissèrent passer.

Déambulant de nouveau entre les groupes, Aaron se mit à la recherche de Bertin. Néanmoins, une voix l'interpella soudain : « J'avais raison hier, n'est-ce pas ? Un autre Chevaucheur tué, une autre raison d'accuser les Voltigeurs ! C'est quoi le but ? Déclencher une nouvelle guerre que vous ne gagnerez pas ? » Le chevaucheur n'eut pas besoin de se retourner pour savoir qu'il s'agissait à nouveau du fanfaron de la veille ; un dénommé Mayeul, avait-il appris plus tard. Se retournant tranquillement pour ne pas laisser paraître l'agacement qui pointait, l'aîné des Sombreval répliqua d'une voix sarcastique : « Personnellement, je ne me vanterais pas d'une victoire qui n'est pas la mienne. Difficile de perdre une guerre quand la plupart des guerriers adverses ont été mis hors d'état de nuire. » L'épidémie avait fait des ravages parmi les mages de Faërie, si bien que le continent s'était retrouvé vulnérable et à la merci des Ibéens. « Fait attention à toi Petit Homme ... » Aaron pouvait sentir l'inquiétude de son dragon, pour autant il n'avait pas l'intention de laisser ce petit prétentieux salir l'honneur des chevaucheurs sans rien faire. Se grattant négligemment la barbe, il ajouta donc d'une voix ironique : Remarque, ça ne devrait pas m'étonner de la part d'un guerrier comme toi. C'est tellement plus facile de se pavaner.» Le chevaucheur avait fait attention aux mots qu'il avait employé, car il ne souhaitait pas faire de généralités.

HRP:
 


Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 V8TybSqu_o
Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 175691TitreAaron2
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 183231Quintal6
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 512835TitreAaron1
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 LabyrintheOcean
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 LendemainGuerrePaix
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptySam 2 Mar - 8:07

La tension grimpe, tout le monde est sur les nerfs, et cela n'empêche pas Mayeul d'apostropher le Chevaucheur de la veille. Enfin, la presque veille. C'est peut-être une bonne idée, finalement, d'avoir confisqué armes et objets tranchants. Cela pourrait vite déraper, n'est-ce pas ? Le major de Svaljärd le sait, sa méthode n'est pas la bonne, mais l'agacement et l'inquiétude ont pris facilement le dessus sur la raison et il lui faut un moyen d'alléger la tension. Sa tension. Et qu'importe, pour le moment, les conséquences : après l'engueulade de la veille, Mayeul sait que si l'histoire se répand aux oreilles de son capitaine, il n'échappera pas à un sermon. Ce ne sera pas la première fois, même s'il s'est assagi depuis qu'il n'est plus simple Voltigeur. Reja. Sabre. Dépit. Amusement. Mayeul ne peut s'empêcher de s'amuser de la déception de son griffon. Si même Nuage ou Reja n'arrivent pas à le faire se tenir tranquille, il ne reste pas beaucoup d'options !

Contrairement à ce que Mayeul aurait pensé, ce n'est pas l'homme de la veille qui lui répond mais un nouveau, un Chevaucheur à l'accent rocailleux dont l'insigne de capitaine d'Ansemer est difficile à ignorer. Ce qui n'empêche pas le major de Svaljärd de répondre avec arrogance. "Et sinon quoi, vous allez m'obliger à me taire ? Je croyais que vous ne tuiez que des Chevaucheurs ? Capitaine." Ajoute Mayeul avec provocation, d'une façon que son propre capitaine aurait bien déploré.  Se tournant vers l'autre homme, Mayeul lui lance avec un sourire suffisant. "Vous feriez mieux d'écouter votre capitaine, Chevaucheur : croyez-moi, vous n'êtes pas de taille. Inutile que vous soyiez aux portes de Sithis pour que je puisse vous faire regretter vos paroles." S'il n'avait aucune maîtrise sur lui-même, Mayeul aurait probablement souligné ses paroles d'un coup de poing bien senti : même son héritage cielsombrois déplorant la violence ne peut pas grand chose contre des années d'impulsivité, d'apprentissage des armes et la tension étouffante qui règne ici. Mais être major de Svaljärd a appris quelques petites choses à Mayeul, notamment à se contrôler un peu mieux. En toute honnêteté, il sait que ses paroles ne sont pas forcément les bienvenues dans le contexte actuel, mais les rattraper est désormais bien difficile.

Il ne recule pas cependant, sentant autour de lui la présence d'autres Voltigeurs. Il entend même la voix de Bastien s'élever, avec une sagesse étrange qui le perturbe un instant. Un instant seulement : évidemment, ces quelques mots ne peuvent venir que du major de Séverac. Le sage et le réfléchi Melsant. Bastien - ou Melsant, visiblement - a sans doute raison : trouver la raison de cette situation bien étrange est sans doute important. Sans doute. Mais que peuvent-ils y faire ?

C'est aux Chevaucheurs d'enquêter, pas à eux. Si assassin il y a parmi leurs rangs, c'est à eux de le débusquer, et ils y verront déjà bien plus clair. Car honnêtement, que peuvent-ils faire ? Ils ne savent ni comment, ni qui, ni pourquoi !

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Gabin de la Volte
Gabin de la Volte

Messages : 187
J'ai : 27 ans
Je suis : Major de la Division de la Volte ; Chevaucheur du dragon Obédience (Vol de Jade) ; mage du Printemps (séisme) ; prince de Cibella ; baron de Val-Serein

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la duchesse de Cibella ; Gaëtane. À Gustave de la Rive et sa famille. À la Chevauche (mon capitaine, mon maréchal, mes confrères...)
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 11:22

Encore cette maudite frappe au visage. Encore cette douleur vive. Gabin serrait les poings pour se calmer. Une fois pouvait passer, mais une seconde, c'était déjà plus difficile. L'homme inspirait et expirait, témoignant d'un contrôle qu'il tentait de retrouver sur ses émotions grâce aux doux conseils de son Familier et de son dragon.

- Vois le bon côté des choses, tu en es un seul morceau et Ludivine va bien, grâce à toi. Ton nez éclaté n'est qu'un faible prix à payer à côté, tu n'es pas d'accord, Gabin ?
- Tout à fait. On ne fait pas d'omelettes sans casser des œufs au passage.
- C'est une très bonne comparaison, même si venant d'une poule, c'est hautement surprenant.
- Je suis surprenante.
- C'est Bertin cette fois !
Gronda Gabin en lui-même, les mains toujours fermées en poings pour se calmer.
- Oui, c'est Bertin. C'est triste, horrible même, je comprends tes réactions, mais ce n'est pas toi et, en ça, je suis content.
- Moi aussi...


Oui, ce n'était pas la douleur à son nez cassé qui était insupportable – encore que si, tout de même un peu, mais bien la seconde perte d'une connaissance. Celle d'un ami proche qui plus est.

Lorsque l'après-midi s'était doucement passé, Gabin avait été tout simplement soulagé de voir Ludivine bien se porter. Et quand on avait mentionné un Chevaucheur manquant, son cœur s'était une nouvelle fois serré. Il se refusait, purement et simplement, de jeter la pierre aux Voltigeurs et de songer à l'identité nouvelle de la victime. Pourtant, après enquête dont il avait fait partie, il s'était avéré que celui qui avait perdu la vie, cette fois, c'était Bertin, un cher ami. Et il avait depuis toutes les difficultés du monde pour se maîtriser. Gabin faisait les cent pas, marmonnait à la recherche d'indices dans ses souvenirs, lançait des regards fiévreux d'une douce perte de contrôle lorsqu'on s'adressait à lui. Et surtout, quelque part, il refusait d'y croire.

***

Autant dire que quand le même matin s'était levé, que son bouton avait sauté et qu'une dent de son peigne avait cassée, il avait remercié les dieux en sortant plus hâtif que jamais dans le but de retrouver Et Ludivine ET Bertin.

- Je couve encore le même œuf...
- Cette fois, plus aucun doute, c'est la même journée qui se répète.
- Et je remercie cette journée de se répéter !


À ce rythme, Gabin risquait de finir par couver la moindre personne et de devenir hautement étouffant. Il évita, avec agilité cette fois, la fiente tombée du ciel, mais heurta un homme dans le même temps. Il retrouva Ludivine et lui intima, une nouvelle fois, plus fermement que la première, de rester auprès de lui, ordre dont elle ne se plaignit guère.

Fouillés à leur arrivée, Gabin et Ludivine saluèrent les Maréchaux avant de se mettre à la recherche de Bertin et de ses autres camarades par la même occasion, évitant soigneusement l'échauffourée pleine de tensions qui tonnait non loin. Mieux valait éviter cette fois de se prendre un direct du droit ou un bélier en pleine charge, comme lui averti un coup d'œil devant l'attitude fonceuse d'un Voltigeur dans le tas.

« - On ne va pas se défendre, Major ?
- Se défendre contre qui, au juste, Ludivine ?
- Les Volti-
»

Le regard sévère de Gabin n'invita guère Ludivine à continuer sur sa lancée.

« - Nous n'avons aucune preuve contre eux et donc aucune raison de les accuser.
- Pour le moment, »
souffla l'audacieuse en jetant un regard de pure haine vers quelques Voltigeurs, cherchant sans aucun doute celle qui s'était ruée sur elle la dernière fois...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Melsant de Séverac
Melsant de Séverac

Messages : 1154
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 12:18

3e jour.

Eternel recommencement. Melsant ouvrit les yeux, et recommença le même rituel que la veille et le jour d'avant. Et il remarqua au bout de quelques minutes, avec un long frisson, que la journée se répétait encore. Parfait. Vraiment génial. Il fallait garder la tête froide et réfléchir. Le premier jour, une Chevaucheuse était morte, mettant le feu aux poudres. Voltigeurs et Chevaucheurs s'étaient battus, tous se regardaient en chien de faïence. Puis, cela avait été un Chevaucheur le second jour, alors que la victime de la veille avait été protégée. Pas beaucoup d'indices. Un homme pourrait être le tueur. Et c'était tout. Et le temps s'était de nouveau arrêté et avait reculé. Troisième jour. un autre meurtre allait avoir lieu. Il était probable que tant qu'ils n'auraient pas empêché un assassinat, le temps resterait détraqué. Pourquoi, il n'en savait rien. Les dieux avaient déserté le continent, pourtant, quelqu'un s'amusait avec le temps. Ami ou ennemi ? Quel intérêt de perpétrer un meurtre, pour ensuite l'annuler et recommencer ? Les rendre fous ? Entretenir la paranoïa qui exploserait en guerre quand le temps reprendrait sa course ? Ou bien étaient-ils le jouet de plusieurs forces, des pions qui avançaient sans biens avoir leur but ?

Une nouvelle mesure fut instaurée et Melsant donna ses armes sans broncher en arrivant. Ce n'était pas idiot, mais ce n'était pas forcément suffisant. Il aurait été tenté de former des duos, Chevaucheur/Voltigeur, afin que chacun tienne à l’œil l'autre et qu'à aucun moment, en cas de meurtre, il ne puisse y avoir accusation de connivence. Mais c'était s'exposer à des incidents fâcheux tant certains ne savaient pas se retenir. Il se retrouva de nouveau avec Bastien et hocha la tête. "On dirait que nous sommes dans un jeu dont on ignore les règles. Ou que l'on nous donne une leçon. Il faut apprendre chaque jour du jour précédent et ne pas commettre les mêmes erreurs. Mais la victime change chaque jour..." Il suivit Bastien, fronçant les sourcils aux propos de Mayeul. "Cela ne nous aide pas. La journée ne recommence pas pour qu'on se balance de provocation à la gueule et qu'on se tape dessus sans séquelles le lendemain."

Bastien reprit alors les paroles du Major, concernant ce qui leur arrivait. Là dessus, un belliférien les rejoignit, tandis que Bastien se faisait bousculer par un autre. Un Chevaucheur, un Capitaine de Vol intervint alors et Melsant renchérit en hochant la tête : "Il faudrait peut-être qu'on apprenne à travailler ensemble et pas les uns contre les autres... Histoire de sortir de cette boucle infernale. Si tout le monde n'avait pas l'esprit aussi échauffé, j'aurais bien proposé qu'on forme des duos Chevaucheur/Voltigeur, afin de se surveiller, mais aussi d'enquêter et d'éviter les accusations foireuses." Il jeta un regard sévère à un Chevaucheur qui répondait à Mayeul. Et ce dernier qui rétorquait. "Et si nous faisions dans le constructif plutôt ? Moi, ça s'emmerde de rejouer cette journée en boucle. Alors, c'est rigolo de s'insulter et de se taper dessus sans conséquences, mais ça va bien deux jours. Nous ferions mieux d'utiliser notre incroyable énergie à enquêter là dessus. Que ce soit pour savoir qui joue avec le temps, qui est l'assassin et qui a intérêt à ce que cela se produise." Son ton était sans appel alors qu'il observait les différents visages autour de lui. "On peut toujours tous s'enfermer ensemble jusque minuit pour éviter que l'un de nous ne meurt, mais ça risque de provoquer davantage de morts encore..."

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 1528994800-melsant2
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 438519UserbarMirtaMelsant
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 668088FamilleFous
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 LegionOubliesMomies
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Bastien Aigrépine
Bastien Aigrépine

Messages : 437
J'ai : 32 ans
Je suis : Major de division d'Euphoria

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages, Gustave de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 18:55

Je sens Hector tellement à l’aise que, pour un peu, j’aurais envie d’en rire si la situation n’était pas passablement inquiétante. Je me retiens de lui lancer une petite pique ou pire encore alors que les gens autour de moi semblent tous autant sur les nerfs les uns que les autres. Et puis, je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit que je prends un méchant coup à la tempe – c’est qu’il est grand le Valère, on ne dirait pas comme ça.

Je secoue la tête, un peu sonné, ayant du mal à prêter attention aux échanges qui continuent autour de moi. Melsant semble parler. Beaucoup d’ailleurs. Mais cela ne fait que bourdonner dans mon esprit sans que je n’arrive à saisir la moindre de ses paroles. Et j’appuie ma main sur la tempe, grimaçant de douleur avant de lever une main dans la direction de l’ancien ailier d’Hector. « Y a pas de mal. » Bon, peut-être que si, un peu, mais ce n’est pas comme si je n’avais jamais pris de coups dans mon existence. J’ai un même un rire en voyant Hector confus comme jamais avant de désigner Valère. « Laissez-le donc filer, qu’il évite de faire plus de dégâts. »

Et je laisse filer quelques instants, cillant à plusieurs reprises pour faire la mise au point alors que je sens comme des tambours qui commencent à jouer dans mon crâne. Autant dire que la suite des réjouissances risque de ne pas être des plus agréables si le mal s’accentue. Je plisse des yeux, cherchant un tonneau d’eau que je désigne au Voltigeur. « Aidez-moi à me traîner jusque là-bas, il me faut un peu d’eau pour me remettre. » Que ce soit pour m’asperger le visage et pour boire, peut-être que j’arriverais un peu à penser de nouveau correctement après ça.

Pendant ce temps, j’entends toujours les gens qui échangent autour de moi, dans une espèce de nuage cotonneux alors que mes oreilles commencent à siffler. Comme c’est agréable. Heureusement, mon équilibre n’a pas été mis à mal et je n’ai pas besoin de Tranchaile pour arriver jusqu’au tonneau. Je le vois attraper une louche et boire quelques gorgées alors que, pour ma part, sans le moindre scrupule, je plonge la tête dedans.

L’effet rafraîchissant est immédiat, à n’en pas douter. Je soupire de soulagement, les deux mains appuyées sur le rebord du tonneau. Avant de me figer. Parce que la tête me tourne de plus en plus en réalité. Je porte une main à mon visage et j’effleure mon nez, fronçant les sourcils alors que réalise que je saigne. Et je lève un regard incrédule en direction d’Hector avant de m’effondrer au sol.

Je sens la douleur irradier tout le long de mon corps alors que je suis agité de soubresauts de plus en plus violents.

Jusqu’à ce que tout s’arrête.

Définitivement.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 TitreBastien2
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 OdBXI5EV_o
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 PlumeSerreServir
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 ArtGuerrePrismeLunaire
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 RandomJupons
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 1525464646-bastien
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Hector Tranchaile
Hector Tranchaile

Messages : 162
J'ai : 26
Je suis : Voltigeur dans le Vol de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Bellifère et Ibélène
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Meldred
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 19:03

Hector est légèrement plus pâle qu’à l’accoutumée. Il est habitué aux bafouilles de Valère, mais jamais encore l’ancien savant ne lui a fait d’aussi grosse connerie. (Et pourtant, des conneries, ils en ont fait. ) Il le repousse dans un coin, lui intimant d’aller se calmer et de ne plus courir de partout. Des fois, il a l’impression d’être le parent responsable. C’est stupide. (heureusement que son griffon a plus de bon sens. )

Après quelques minutes à surveiller, sur un signe de tête, il accompagne son major jusqu’à un tonneau, histoire de. Il écoute d’un air attentif les paroles qui fusent, les ordres, les appels au calme… Bien inutiles. L’air autour d’eux où volent les insinuations et les menaces voilées, les engueulades sur le point d’exploser, se pare d’étincelles. Le Tranchaile n’attend que ça, autant qu’il redoute d’être à jamais coincé dans un combat inutile.
Il serre les dents, le Belliférien, rien qu’à l’idée énoncée plus tôt d’approcher un Chevaucheur, pour “collaborer”. Idée à la con.
On lui a déjà imposé une foutue gonzesse en ailière pendant un an, il va pas en plus devoir travailler avec un monteur de gros lézard, là. Pas question. S’il n’en dit rien - son supérieur est à côté, quand même -, on voit très bien qu’il est contre l’idée.
La collaboration avec l’autre empire n’a jamais été vue d’un très bon oeil, de là d’où il vient : sur les terres de Viremont, encore, l’idée aurait presque fait son chemin. Mais l’Oriflamme, enfoncée dans les terres arides de Bellifère, représente à merveille l’étroitesse présente du duché.
La soif se faisant sentir, il en a profité juste pour boire, rapidement.

Il se rend compte très vite que quelque chose ne va pas, alors que sa gorge s’assèche et que le monde semble se mettre à tourner autour de lui. La curiosité d’Ambre face à la situation et à la sensation de légèreté qui emplit son esprit, se mue en inquiétude puis en angoisse lourde quand celle-ci s’accentue. Le monde tangue, les visages se tournent vers le Voltigeur qui titube un peu. Son corps refuse, son corps crie, son corps a mal, son corps supplie, s’excite, panique, ses sens s’agitent et se confondent. L’homme se plie en deux, le corps secoué de spasmes de plus en plus rapprochés alors qu’il tente de vomir.
Rien ne sort, mais quelque chose coule tout de même sur son visage.

Un filtre rouge passe devant ses yeux. Les spasmes s’accentuent alors que sa gorge se ferme et que son regard se voile. Peut-être certains tentent-ils de le retenir lorsqu’il s’effondre, le Belliférien agité de convulsions. Il cherche l’air, il cherche son souffle, il cherche la quiétude, il cherche à taire le feu qui a pris sa gorge, ses nerfs, ses veines, ses poumons, son ventre, son coeur. Il cherche la vie.
Les gens autour de lui ne sont plus.
La dernière chose qu’il sent, c’est la panique pure d’Ambre dans son esprit : la griffonne s’accroche désespérément aux derniers filaments de conscience sous les brumes corrosives du poison qui s’attaquent à son Voltigeur glissant loin d’elle.
Et puis plus rien.

Spoiler:
 



La seule différence entre le héros et le fou, entre la détermination et la bêtise,
c’est le succès.




Hector: #FFB16D ; Ambre : white
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Tristan d'Amar
Tristan d'Amar

Messages : 4809
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 21:44

Était-ce bien la peine, de fouiller quoi que ce soit ? De toute évidence, ils ne pouvaient compter de trace des méfaits de la veille – non, pas de la veille, de cette journée presque identique qu’ils avaient vécue. Presque identique, parce que la Chevaucheuse présumée morte était devant eux, en chair et en os. Vivante, jusqu’à preuve du contraire. Et le fait qu’elle parle, mange et semble même respirer était un bon indice, pour cela. Un excellent indice, même. Que pouvaient-ils faire d’autre, pour autant ? Tristan, comme les autres, chercha un indice, jeta un œil aux lieux qui pourraient accueillir un tel méfait, et finit par enjoindre ses Chevaucheurs de les suivre dans les bâtiments qui leur sont réservés. Il est bref, alors qu’il s’adresse à eux, alors qu’il les informe de s’assurer qu’aucun d’eux ne reste seul. Et pourtant… Il leur manque à nouveau quelqu’un. Tristan garde pourtant ses pensées pour lui – quelle importance, puisque demain sera aujourd’hui, puisque rien de tout ce qu’ils croiront avoir vécu ne sera vrai ?

Est-ce une illusion ? Leur fait-on croire qu’ils vivent une même journée ? Est-ce une manipulation du Temps, comme par le passé ? Il n’en sait strictement rien, mais va donc retrouver ses appartements, et attend, sans dormir. Il attend, que la nuit se passe, que le jour se lève. Que tout recommence. Et alors, il commencera à chercher des réponses. Y en a-t-il seulement ? Il ne peut qu’y croire et l’espérer.

-------------

Soupirant, ce matin là, il se lève en sursaut à nouveau, mais ne fait rien de ce qu’il a déjà vécu. Il ne prend pas une collation, pas encore une fois. Non, cette fois, il monte Ferveur, aux aurores. Il monte Ferveur, et il va voir Sage. Il lui demande son aide, l’implore. Connaît-il la magie à l’œuvre ? Peut-il seulement l’identifier ? Est-ce de la magie, à dire vrai ? Ça ne coute rien de vérifier. Alors il demande au dragon de multiples fois centenaire, toute information qu’il peut lui donner, puis il repart, laissant Kumquat à ses côtés. Comme ça, s’il apprend quoi que ce soit… Oui, s’il apprend quoi que ce soit, Tristan sera le premier à le savoir.

En attendant, il n’a pas de temps à perdre. Le jour n’est toujours qu’à peine levé, quand il se pose sur le terrain d’entrainement, et qu’il fait signe à ses Chevaucheurs. « Passez les lieux au peigne fin. Je me fiche de trouver un mort, ou l’inculpation de quelqu’un, je veux que vous me transmettiez tout ce que vous trouvez de suspect. Tout ce qui expliquerait pourquoi on revit cette journée, sans cesse. Et si vous tombez sur quoi que ce soit qui concerne l’assassin, alors tant mieux. Mais rappelez-vous que ça n’est pas votre priorité. »

Ce n’était pas la sienne non plus. Il devait comprendre. C’est ce qu’il cherchait à faire, quand il s’approcha de ce tonneau, auprès duquel se trouvaient Bastien et Hector. Ou plutôt, il observait les alentours, quand il tomba sur eux, qui chutaient. Il ne comprit pas tout de suite, mais alors qu’ils convulsaient, il regarda autour de lui, et cria. « Venez les aider ! Un mage guérisseur ! Quelqu'un ! » Une fois la demande effectuée, il allait auprès d’un des hommes puis du second, dépité. « C’est trop tard. »

Soupirant, il retourna auprès du plus gros attroupement, non loin des Maréchales et du Maréchal. « Nous devrions nous assurer qu'un mage guérisseur soit à nos côtés, en permanence. Et nous devrions arrêter de chercher à anticiper les attaques sur l’un ou l’autre d’entre nous, pour chercher la cause de ce renouveau temporel constant ! » Avisant certains de ses Chevaucheurs, il les interpella. « Avez-vous découvert quoi que ce soit ? »

Spoiler:
 












Dernière édition par Tristan d'Amar le Mar 5 Mar - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Ewen Treflet
Ewen Treflet

Messages : 1359
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur au Vol d'Outrevent (à Souffleciel)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lionel de Rivepierre, Liam d'Outrevent, Chimène d'Outrevent
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 22:56

Peut-être qu’enfin la journée serait calme, peut-être qu’enfin ils pourraient discuter sereinement de ce nouveau Vol, peut-être qu’enfin la jeune Voltigeuse ne porterait envers ses camarades aucune animosité tout comme il n’aurait pas de méfiance envers les siens. Mais non, toujours trop beau pour être vrai. Il était avec son escadron à écouter les blagues graveleuses et peu intelligentes d’Eudes. Pour être sûr que cet imbécile ne se fasse pas refaire le portrait par un Voltigeur un peu vif. Pas que l’avoir vu recevoir ce poing en pleine figure ne l’ai pas satisfait mais sa fin à lui avait relativement été peu glorieuse. Tu sais que je déteste quand tu te bats. Ça soulage, et puis ça m’évite de frapper cet abruti d’Eudes. Ewen sent la belle dragonne soupirer, exaspérée. Ewen en avait déjà ras le bol des regards méfiants, de cette tension permanente. Ces idiots sont prêts à repartir pour une guerre. C’est aussi l’impression que j’ai.

Pas de nouvelle guerre, si possible. Bien sûr il serait prêt à défendre l’empire, à défendre son honneur et les siens. Mais le front l’avait marqué et il n’avait pas véritablement envie d’y retourner. La journée était bien calme. Tu sais avec qui tu partages ta chambre ? Me dis pas que … Prépare-toi. Ah non mais c’est pas possible, ils sont contre moi ? Il ronfle en plus. Calmement – mais non sans bougonner – il rejoignit les couloirs de leur dortoir avec Eudes et ses collègues sur les talons. Ses blagues stupides sur les griffons ne le firent pas rire. Allongé sur son lit, Ewen était à deux pas de s’endormir lorsque dans les couloirs les hommes semblèrent s’agiter. Un nom. Bertin. « Quoi, Bertin ? » demanda-t-il en sortant de la chambre. Des Bertin il n’en connaissait pas des centaines. Et puis il comprit, incrédule et courant pour sortir. Les salops ils ont tué Bertin ! Calme-toi, tu ne sais même pas qui a fait ça. Sérieusement Patience, ça peut pas être un Faë. L’accusation fut portée sans un mot, pourtant il en était convaincu. Ces salops, ils vont le payer ! Et déjà il se ruait vers les lieux des disputes principales, sa dague dans une main et prêt à enflammer tout pigeon passant devant lui. Pourtant il retourna dans ses quartiers lorsque l’ordre de ses supérieurs fut donné.

« Ewen, t’aurais pas vu Eudes ? » Le Chevaucheur enrageait dans son oreiller. Dis-moi que c’est pas vrai, je t’en supplie. Aucune réponse de la dragonne, c’était bien vrai. Non, cette fois-ci je n’y retourne p…

Chercher Bertin du regard, saluer la Voltigeuse. Pense à lui demander son nom la prochaine fois. Bien sûr. Ce matin là il n’ira pas lui parler. Il cherchait le formateur des yeux, devait le trouver. Mais c’est sur Aaron qu’il tomba. Oh une petite réplique cinglante, c’était bien le moment. Voyant la tête de l’homme à qui était adressé cette phrase, l’Outreventois posa sa main sur l’épaule de son camarade, lui faisant signe de s’éloigner avec lui. Le marmonnement de son ami ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd, en tout cas elle atterrit bien dans la sienne. « Aaron tu devrais faire attention à ce que tu dis. On va éviter une nouvelle bagarre. » Pas qu’il n’était pas contre cogner ce crevard de Voltigeur, mais on lui avait déjà confisqué sa dague il n’était pas le moment de se faire remarquer. Arrivé à distance raisonnable, Ewen soupira « Tu as vu Bertin, le formateur assassiné ? J’aime pas ces journées qui recommencent. » Le plus jeune ne veut pas lui dire qu’il est inquiet, qu’il a peur. Qu’il aurait envie de retourner chez lui et de se blottir dans son lit, d’oublier ces morts. D’oublier cette guerre qui va finir par éclater. Pleurer comme un enfant qui déteste ces tensions. Il sent Patience qui s’inquiète mais ne le relève pas. « Sinon, t’es venu pour changer de Vol ? Tu veux partir de Souffleciel ? »

Spoiler:
 


Ewen : #0000CC Patience : #FF005B









Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 0:29

Tu ne sais décidément pas ce qui se passe, mais ça te crispe sérieusement les nerfs – et la stabilité mentale de Fumerolle commence à t’inquiéter. Le malaise des griffons se répercute nécessairement dans leur conscience collective, et tu redoutes que ta partenaire assez instable ne finisse par te faire une crise d’angoisse, avec battements d’ailes frénétiques et piaillements de poulet qu’on égorge. Pour le moment, en tout cas, ça a l’air d’aller – tu la sens juste vaguement curieuse, et ses pensées te semblent tournées vers un autre cendré qui te semble familier et qui a l’air de lui avoir tapé dans l’œil.
Ce n’est pas le moment de roucouler, mais si ça la fait tenir, bon… Pourquoi pas.

Bien sûr, tout le calme que tu as tenté de rassembler pour affronter les événements ne te sert pas à grand-chose : tandis que tu es très occupée à échanger des coups dans une échauffourée musclée, un autre Chevaucheur est tué. Et tout recommence.

Le lendemain – le même jour, encore – tu t’éveilles à nouveau avec cette araignée galopeuse dans tes cheveux, et tu glapis encore en battant des bras dans tous les sens, le temps qu’on te sauve de ce péril intense. Pour le troisième matin d’affilée. Le vol vers Lorgol est tout aussi efficace que les deux précédents – Fumerolle semble étrangement constante, et cela te surprend. Vous arrivez sur place, et une fois de plus tu te sépares d’Hector, changeant de tactique et observant attentivement les Chevaucheurs présents. Mais hélas, cette fois… Cette fois, c’est parmi les Voltigeurs que frappe la mort, et tu restes pantoise un instant, regardant sans les voir ton major et ton ailier expirer au sol. Bastien, et Hector – là, sans vie !

La panique enfle dans tes veines, et ton sang ne fait qu’un tour. Qui est responsable ? Qui est coupable ? Ton regard tombe sur le coupable idéal – sur ce mage hérétique, sur ce suppôt d’une magie interdite, qui se prétend Chevaucheur, qui ose parader comme Capitaine, et qui était étrangement près des victimes au moment de leur trépas ! Pointant un doigt théâtral sur le coupable Lagran, tu hurles à pleins poumons, avec une note d’hystérie dans la voix. « C’est lui, là ! C’est forcément lui, le rouquin, là regardez-le, il porte le crime sur son visage ! Il était juste à côté quand ils sont morts, il les a tués ! Le laissez pas s’échapper ! »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Mayeul de Vifesprit
Mayeul de Vifesprit

Messages : 3245
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 9:19

La situation semble être dans une impasse quand la voix de Melsant s'élève. L'agacement de Mayeul est visible, mais il l'étouffe bien vite. Il aime bien Melsant, tout comme il aime bien Grâce, mais ces deux-là se sont décidément bien trouvé : aussi agaçants, désespérants et ennuyeux l'un que l'autre ! Mais quand la proposition de son ancien major retentit, Mayeul ne peut se retenir de répliquer, outré. "L'un de nous ? L'un d'entre eux, oui !" Sérieusement ? Comment Melsant peut-ilpenser qu'ils pourraient se mélanger ? Le Voltigeur le sait, c'est un peu le but de leur présence ici, mais clairement, cela n'a que difficilement marché avant la guerre, c'est désormais presque impossible d'envisager une collaboration. Et pourtant, il n'a rien contre les Faës Mayeul : seulement contre les mages. Le Chevaucheur qui l'a apostrophé s'éloigne en compagnie d'un autre, et Mayeul ne peut retenir un sourire suffisant. Trouillard !

Il perd vite le sourire pourtant : l'agacement est bien visible dans les paroles du major de Svaljärd quand il réplique à la remarque de Melsant."Major." Décidément, les vieilles habitudes ! "Melsant. On ne peut pas se fier à eux ! Je pense parler au nom de mes hommes et de bien d'autres Voltigeurs en disant qu'aucun d'entre nous ne veut se mêler à ces assassins !" Mayeul se fiche un peu d'être entendu, franchement. Il a vu tomber des amis, des camarades. Il a bien failli mourir lui même ! Melsant était au front, non ? Il a connu la terreur, la brûlure des flammes des dragons, les sortilèges de leurs Chevaucheurs. Alors, s'associer ? Réellement ? Il a perdu la tête ou quoi ?

Mayeul observe Bastien s'éloigner en compagnie d'un autre Voltigeur et s'apprête à reprendre sa tirade contre toute forme d'association quand une vague de panique fait soudain irruption dans son esprit. Il lui faut quelques secondes pour comprendre qu'elle ne vient pas de Nuage, comme il l'a cru tout d'abord, mais qu'elle est relayée par son griffon au même titre que l'a été le désespoir de Sirocco, en ce jour funeste. Le silence semble soudain s'être fait plus épais tandis que Bastien gît à terre, et que le Voltigeur qui l'accompagnait semble tituber sous la force d'une douleur intense. Toute velléité de bagarre envolée, Mayeul se précipite à son chevet mais il est déjà trop tard quand il arrive, se mettant à genoux devant le corps sans vie. Il n'a pas réellement besoin d'être médecin pour déduire ce que c'est terminé, et encore moins de réfléchir avant de lancer un cri de rage vers les Chevaucheurs. "C'est de  votre faute, tout ça !" Il remarque à peine Tristan, tout à sa colère. Ils ont osé s'en prendre à l'un d'entre eux ! Une Voltigeuse de Sombreciel hurle à plein poumons qu'elle a trouvé le coupable et Mayeul se redresse, se positionnant à ses côtés. Quelques années en arrière, il aurait véhément défendu le Chevaucheur qui, pour tous ses défauts, n'est pas du genre à assassiner quelqu'un de sang-froid. Mais maintenant... avec ses yeux cerclés de rouge, il faut reconnaître qu'il fait un coupable idéal !

Melsant avait sans doute raison en disant qu'il leur fallait découvrir les motivations de l'assassin, même si elles paraissent simples : mettre à mal la collaboration forcée des deux corps armés d'Ibélène. Franchement, il n'avait pas à se donner tant de mal, étant donné la tension présente ! "Vous avez intérêt à ce que cette foutue journée recommence demain." Grogne Mayeul, s'adressant à Tristan. Il pose ensuite la main sur le bras d'Ombeline, moins pour la retenir que pour la calmer un peu. Le capitaine des Chevaucheurs est-il vraiment coupable ? La poigne de Mayeul se crispe un peu sur le bras d'Ombeline avant qu'il n'interroge Tristan. "Qu'est-ce qui s'est passé ?" Il veut douter que ce soit de la faute du rouquin. Réellement, il n'a pas envie d'y croire. Mais après tout... pourquoi pas ?

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 TitreMayeul1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 11:15

Il lui casserait bien la gueule, à ce petit arrogant de Voltigeur qui ose lui rétorquer sans réfléchir une seule seconde. Elle est mise à rude épreuve, la patience de l’îlien, mais il ne cède pas à la provocation, même si l’espace d’une seconde, l’air s’est fait plus froid, sous l’impulsion sanguine de sa magie. A ses pieds, le gel s’étend, et un léger nuage blanc se fait lorsqu’il expulse une respiration bien sentie. « C’est ça, cont’nu à provoquer, t’sais visibl’ment faire qu’ça. » Ca, c’est au Voltigeur qu’il le dit, se rappelant mentalement d’en toucher deux mots au capitaine de Valkyrion dont il reconnaît l’insigne sur le manteau de l’homme. Et heureusement, il n’est pas le seul à trouver cette attitude déplorable, car au moins, un major cielsombrois est avec lui. Par contre, il y en a un autre, un Chevaucheur tout aussi arrogant, qui allait prendre cher pour avoir ignoré sciemment sa mise en garde. Devant lui. Et alors qu’il s’éloigne avec un autre Chevaucheur, Rackham les rattrape rapidement pour saisir l’impudent par le col et le remettre à sa place : « Quand un cap’taine te dis que’qu’chose, t’obéis, point. » Il le relâche, laissant des résidus de glace sur ses vêtements, avant de le laisser fuir avec l’autre Chevaucheur. A Lionel aussi, il en toucherait quelques mots, sur cet imbécile.

Quittant ce groupe rassemblé de Chevaucheurs et Voltigeurs toujours aussi animés de colère, l’îlien repartit à la recherche de son ami, Bertin, qu’il trouva finalement bien rapidement. Dans un coin… à manger. Bon sang ! D’une foulée plus rapide, il le rejoint, croisant ses bras comme s’il allait le gronder, à l’image de cette fois là où le Chevaucheur était tombé de son dragon au dessus de Port-Liberté. Mais un sourire se dessine, rassuré :

« T’es sérieux ? T’mort et tout c’que tu trouves à faire, c’est d’manger ? » Bah, ça n’aurait pas été le Bertin, s’il n’était pas en train de se remplir la panse. Trop gourmand le bonhomme. Il n’attend pas cela qu’il termine son grignotage pour finalement l’enserrer dans une étreinte amicale. « P’tain on r’trouv’ra c’lui qui fait ça, c’plus possible. » Qu’il aille lui fracasser la gueule ! Ceci dit, c’était peut-être le même qui enclenchait à chaque fois un retour dans le passé généralisé. Ce qui avait pour conséquence d’annuler la mort elle même. Donc avoir fait revivre Bertin. Bien compliqué tout ça. Le relâchant, Rackham le questionne rapidement : « T’as vu que’que chose ? »

Pas grand chose, hélas. Une silhouette noire et sans plus. En même temps, si l’assassin se doutait que le temps allait inverser sa course, il n’était pas dans son avantage de montrer sa gueule. Mais où pouvait-il être ? Pas le temps de s’interroger plus, des cris parviennent jusqu’à eux, faisant grogner encore le capitaine d’Ansemer : « Qu’est-c’qui s’passe encore ? » C’est en retournant vers le groupe qu’il se rend compte que cette fois, deux Voltigeurs sont bels et bien morts, devant tout le monde, et que les accusations fusent une fois encore, prenant pour cible son homologue Lagran. Il observe la scène, bien qu’émettre des hypothèses n’a jamais été son fort. « L’deux sont p’t’être lié, c’meurtres et c’te r’tour dans l’temps. A moins qu’l’assassin cherche juste à s’défouler. » Mais cela semblait possiblement improbable. Car échapper à de nombreux Chevaucheurs et Voltigeurs au fait de sa présence, cela restait un exploit. Il glisse à Bertin qui l’a suivi : « C’te tonneau était p’t’être dans l’garde manger, fait gaffe à c’que tu bouffes. » Bon, la taquinerie est peut-être mal venue, mais entre les deux amis… plus sérieusement il reprend. « C'semble un bon coin pour s'cacher. Après tout, 'n'a pas trouvé b'coup d’indices à l’extérieur. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 16:18

Son entretien avec les maréchaux terminé, il s’est mis en retrait, comme la veille. Il aurait pu intervenir, mais ça aurait été beaucoup d’effort. Si même la colère de Rackham ne réussissait pas à calmer ces abrutis qui insistaient pour se taper dessus, de quelle autorité pourrait-il bien user pour leur faire entendre raison ? Non, ça ne valait pas la peine. Puis c’est qu’il a faim, tout de même. Donc voilà. Installé dans un coin un peu en retrait – mais visible, tout de même, il ne refera pas l’erreur de la veille – il se pose enfin un peu pour grignoter.

C’est à ce moment que Rackham arrive et il lui sourit, riant même un peu à son commentaire sur la nourriture. « Il faut bien célébrer le fait que je sois vivant. Tu en veux ? » Il montre l’emballage posé sur son sac juste à côté, dans lequel il a empaqueté, le matin même, de quoi manger. « Ça ne vient pas d’ici, mais de la Caserne de Flamme, ce que je mange, t’inquiètes. Je l’ai empaqueté moi-même ce matin. » Il accepte l’étreinte avec plaisir, bien heureux en fait d’être vivant.

« C’est pour ça que je suis venu directement ici après l’entraînement des cadets. Pour parler avec les maréchaux. J’ai vu une silhouette masculine dans les ombres hier. Je suis allé voir de quoi il en retournait. Et je n’en suis jamais revenu, clairement, même si je n’ai aucun souvenir d’après… »

Il se tourne, presque las, pour voir d’où viennent les derniers cris et son visage prend un air dépité. « C’est pas bientôt fini, oui ? » Il se redresse et emballe ses affaires pour les mettre dans son sac. « Tu veux qu’on aille y faire un tour ? À deux, ou à plusieurs, on ne risque pas grand-chose, je pense. Surtout avec une torche… »

Spoiler:
 








Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Lionel de Rivepierre
Lionel de Rivepierre

Messages : 894
J'ai : 35 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction) et comte de Rivepierre.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 16:34

Bertin, et maintenant deux Voltigeurs de Sombreciel.
Sous leur nez, littéralement, alors qu’aucun d’eux ne porte d’armes.

Lionel est épuisé, de cette macabre farce qui ne cesse de recommencer. Rackham et lui n’ont même pas joué le jeu, cette fois, de se rencontrer à Port-Liberté, et à peine a-t-il reçu son message qu’ils se sont retrouvés aux abords de Lorgol. La prochaine fois, je ferai le trajet avec toi, gronde Braise dans son esprit, volant avec férocité autour de la forteresse ducale d’Outrevent. Plus décidé que jamais à ne laisser personne attenter à la vie du duc, de son épouse et du petit que la duchesse couve. La journée recommencera avant même qu’on arrive, et nous aurons perdu ce précieux temps. Et Lionel ne le dit pas, mais il craint ce que cache réellement cette boucle dans le temps. Il craint que les événements qui prennent place au terrain d’entraînement ne soit qu’une distraction, pour cacher quelque chose de bien plus gros, de bien plus dangereux. « Le tueur prend de l’assurance. Si nous ne l’arrêtons pas rapidement, il en tuera toujours plus à chaque fois », dit-il calmement aux maréchaux et aux autres capitaines, en espérant que la fatalité de ce commentaire puisse accélérer les recherches autrement qu’en se soupçonnant les uns les autres.

Et il ne sait pas quand cette boucle prendra fin.
Il ne sait pas si les deux hommes à terre se relèveront.

C’est à Lionel de suivre l’idée de Rackham. Le garde-manger est en effet un bon endroit où se cacher, mais n’importe qui ne peut pas y accéder. « Quelqu’un du personnel, peut-être, capable de circuler sans que quiconque le remarque et qui a accès à toutes les pièces et tous les autres endroits du terrain. » Soupçonner les gardes et les domestiques n’est peut-être pas meilleur que se méfier de leurs compères, mais il ne faut absolument pas écarter cette option. Puis, savoir qu’on peut les tuer simplement en les empoisonnant, alors qu’ils n’ont rien pour se défendre… Tu as toujours ta magie. Une magie instable, oui, une magie facile à accuser si quoi que ce soit arrive, aussi. « L’idée du major de Séverac est sensée. Puis, si quelqu’un tente de faire renaître une guerre, s’associer est encore la meilleure façon de ne pas l’encourager. » Lionel a les nerfs à vif, par les hurlements, les accusations et les regards méfiants, mais il ne doit pas céder à ses propres instincts. Il est capitaine, il doit montrer l’exemple, et ce ne sera pas en accusant n’importe qui à tort et à travers. Déjà qu’il aura beaucoup à faire avec ses propres Chevaucheurs, suite à cette journée sans fin…

Spoiler:
 



One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon

Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 TitreLionel1
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 RandomLionelDeni
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 RandomWikiFredia
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 RoueBriseeKilt
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 21:25




Chroniques d'Arven

Intrigue 4.2

L'Éternel Lendemain

31 mars 1004



Intrigue animée par Lemon Tart


D'Ailes et de Conflits

La mort frappe à nouveau. Implacable.
Mais cette fois, nul Chevaucheur à l'agonie, non. Ce sont deux Voltigeurs qui succombent à l'effet foudroyant du poison mortel, glissé dans le tonneau d'eau, à portée de tous. Le trépas est immédiat, les deux corps gisent au sol avant que quiconque ait pu agir. Il est trop tard.

Les accusations s'élèvent immédiatement, au milieu de tensions déjà exacerbées par trois jours à la saveur similaire qui ont laissé un goût amer dans la gorge de toutes les personnes présentes. L'on pointe du doigt le Capitaine de Lagrance, bien trop proche des victimes au moment de leur décès, l'on suggère un coup monté ou une vengeance de la part de ceux qui ont vécu les premières pertes des jours précédents. Au coeur de la rancune et de la colère, il y a un besoin de justice, et quelques voix s'élèvent pour appeler au calme et suggérer que la guerre est le but de la manoeuvre. Visiblement, ça ne semble pas déranger certains des combattants présents qui seraient ravis de faire payer le camp d'en face pour les dommages causés par les conflits, et le ton monte, et les poings se lèvent.

« Assez ! »

La voix du Maréchal de Serre tonne, puissante. Alors que la querelle s'intensifiait, il s'est entretenu avec ses homologues et la décision est prise. « Rentrez tous chez vous, immédiatement. » Devant les exclamations, les questions confuses et les regards interloqués, il précise. « De toute manière, nous serons de retour dès demain. Allez donc calmer vos esprits échauffés avant que l'un de vous agisse d'une manière qu'il pourrait regretter. » Il paraît presque décontracté, mais fou serait celui qui oserait contredire ce ton autoritaire. Des regards noirs sont lancés en face, des menaces à demi-mots sont prononcées, mais tous obéissent et finissent par rentrer chez eux. Les Maréchaux, quant à eux, se réunissent ailleurs, loin de cet endroit, pour trouver une solution à ce problème épineux, à la lumière d'une information qui leur a été donnée avant leur départ. La nuit tombe à peine sur les terres du nord, cette fois-ci.

***

Et tout recommence.
Mais pas tout à fait.

Au petit matin, les Maréchaux sont sur le pied de guerre. Ils sont arrivés le plus tôt possible avec des personnes de confiance pour surveiller la zone et veiller à ce que personne n'approche la nourriture ou l'eau de leurs combattants. Et quand ceux-ci arrivent, ils ne perdent guère de temps à donner leurs ordres.

« La veille, le Capitaine des Deux-Ancres et l'instructeur Vif-Envol ont trouvé une fiole vide dans des affaires délaissées du garde-manger, elle contenait le poison qui a tué deux de nos Voltigeurs. Il s'agissait d'affaires appartenant à un membre du personnel des lieux, mais nous ne savons pas lequel. Aujourd'hui, nous comptons sur vous pour aller à la rencontre de ces personnes et découvrir qui est derrière tout cela. » Le Maréchal de Serre s'interrompt et laisse son homologue de Flamme reprendre à sa suite. « Et puisque vous ne faites visiblement pas confiance à vos compagnons d'en face, vous allez devoir collaborer. » C'est peut-être la plus mauvaise idée qu'ils aient eu, ou la meilleure. Mais c'est surtout la seule. L'endroit est plus vaste qu'il n'en a l'air et si l'un d'eux se balade avec une fiole de poison ou un quelconque autre moyen de voler une vie, ils seront plus efficaces ainsi.





Quatrième Tour

Consignes



IRL : du mardi 5 au mardi 12 mars (18h).
IRP : le 31 mars 1004, toute la journée, jusqu'à minuit (3ème retour)

• Ce topic concerne les personnages inscrits à l’intrigue au préalable (Aaron, Bastien, Bertin, Ewen, Gabin, Hector, Lionel, Ombeline, Mayeul, Melsant, Rackham, & Tristan). Si ce n’est pas votre cas, un petit MP au Destin et nous verrons si vous pouvez intégrer le groupe en cours de route !

• Vous l'avez bien compris, il y a de la menace de guerre dans l'air. :stare: Et c'est de pire en pire. :stare: Courage. :haww: La journée a encore redémarré à zéro (de minuit à minuit) ! Pour l'expliquer plus simplement, vous êtes tous allés vous coucher et, à minuit, le temps s'est inversé et vous a tous ramenés 24h en arrière et vous vivez un jour sans fin (Vous voyez le film "Le Jour de la Marmotte" ou l'épisode du jour sans fin dans Supernatural ou dans Stargate ? Ben pareil. :geu: ).

• Le retour dans le temps concerne tout le continent. Vous en êtes tous conscients. Vous remarquerez donc très vite que des petites choses ne seront pas tout à fait les mêmes. Mais il y aura des événements qui auront tout de même lieu de la même manière, car c'est ainsi que se déroulent les choses. Pour pimenter un peu vos RP, vous pouvez mentionner un petit déboire qui arrive à votre personnage et qui, quoi qu'il fasse, surviendra à chaque fois. Par exemple, se cogner le petit orteil contre un meuble ou se prendre une porte dans la tronche. :poele:

• Le tour couvre la journée du 31 mars (encore, encore, encore :arrow:), du moment où vous vous réveillez au moment où le jour va à nouveau redémarrer à zéro, en passant par votre retour au lieu d'entraînement commun. :geu: Libre à vous d'agir comme bon vous semble, tant que le tout reste cohérent et que votre personnage finit par retourner sur place. Et pour toute question, je suis évidemment disponible. :eheh:

• Au tour précédent, il y a eu deux morts : Hector et Bastien. :miguel: Vous avez été tous renvoyés chez vous comme des malpropres. S'il y en a parmi vous qui sont allés se réfugier à Lorgol, je rappelle qu'il y a un feu et que vous avez probablement fini rôtis. :red:

• La fouille du garde-manger par Bertin et Rackham a amené à la découverte d'une fiole (vide) de poison, les Maréchaux sont sur le pied de guerre.

• À votre arrivée sur le terrain d'entraînement, les Maréchaux sont déjà présents et confisquent tous les objets tranchants. :miguel: (oui, des gorges tranchées deux jours de suite, c'est suspect :geu:) Ils vous demandent de faire équipe deux par deux (en vous tenant la main :haww:) pour découvrir qui est le membre du personnel des lieux qui possédait cette fiole. Ils sont une vingtaine à entretenir les lieux, malgré l'absence des Voltigeurs et Chevaucheurs depuis la guerre.

• Les dragons et griffons ne sont pas tous nécessairement dans le coin, certains sont partis vivre leur vie pendant les discussions, d'autres sont restés pour profiter du terrain afin de se dégourdir les ailes avec leur Chevaucheur ou Voltigeur.

• On est en mars dans les montagnes des terres du nord, il reste de la neige et il fait froid. :laa:

• Vous pouvez poster plusieurs fois dans un tour, mais veillez toujours à laisser deux personnes répondre entre deux de vos interventions.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

• Consultez régulièrement le QG de l'intrigue, au cas où. :oui:

Bonne chance, dragonnets ! :angel:






♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyJeu 7 Mar - 14:30

Fouiller le garde manger. S’il n’avait pas réellement foi en son idée lorsqu’il l’avait proposé, force était de constater que ça n’avait pas été si stupide. Accompagné de Bertin, les deux Chevaucheurs avaient fouillé les lieux de fond en comble, jusqu’à trouver une fiole dans un vieux manteau abandonné puant l’ail à plein nez. Pas de doute, en ouvrant le récipient, ça avait l’odeur d’un puissant poison, celui qui avait souillé l’eau tuant les deux Voltigeurs. A dire vrai, c’était là le premier indice véritable qu’ils trouvaient depuis le début de ces meurtres et ces retours dans le passé. Cela indiquait une chose : le coupable semblait être un membre du personnel des casernes. Un homme donc, selon les quelques bribes de souvenir qu’avait pu obtenir Bertin avant sa mort.

“Il faut qu’on aille prévenir les Maréchaux de cette découverte.”

Lança l’îlien en attrapant la fiole et le manteau, retournant vers l’extérieur. Curieusement, tout semblait être devenu calme, tous deux étant partis avant l’ordre du Maréchal de Serre de quitter les lieux. Pas une mauvaise idée, vu les esprits qui n’avaient cessés de s’échauffer ces dernières heures. Au moins, ils pourraient continuer à enquêter dans le calme sans craindre un massacre entre Voltigeurs et Chevaucheurs.

***

Au matin, Rackham cru bien un instant que tout était redevenu normal. Il se souvenait être retourné à Port-Liberté par portail après avoir informé qui de droit de sa découverte avec Bertin, et s’être endormi dans son lit aux côtés de Quitterie. Mais non,  le temps était retourné une nouvelle fois en arrière, et au coeur de ses pensées, le mécontentement d’Obsession qui lui confirmait que rien n’était différent. Sauf peut-être la venue matinale de Viana au manoir, l’informant être arrivée par portail au plus vite car sur Lorgol aussi, de graves problèmes avaient lieux. La ville brûlant en entier avait dû faire un beau massacre au premier jour. Il l’avait invité à rester, mais ne s’attarda pas plus que la veille chez lui, décidé à retrouver le coupable des meurtres de son côté.

“Calico t’viens ‘vec moi, j’vais ‘voir b’soin d’toi.”

Intrigué mais pas réticente, la petite loris était montée sur son épaule, toute joyeuse du voyage et pas tellement intéressée par les soucis de son mage. Néanmoins, contente de l’attention qui lui était portée, elle semblait toute déterminée à se rendre utile, grandissant ses grands yeux noisettes sur tout ce qu’elle pouvait voir. L’air frais des Terres du Nord ne lui plaisait cela dit pas beaucoup, et elle ne tarda à pas se blottir contre le cou de Rackham.

*On cherche quoi ?
Une odeur.
Quelle odeur ?
Celle d’l’ail.*.


Un gémissement discret mais plaintif traversa l’esprit de l’îlien. La coquette loris n’appréciait guère l’idée de chercher pareil senteur avec son flair, mais puisqu’elle pouvait se rendre utile…

***

Les esprits semblaient plus calmes que la veille, mais ça n’était certainement que de l’apparence. Au moins, les deux morts étaient eux aussi revenus à la vie. L’ordre fut donné de chercher, mais celui de collaborer surpris quelque peu le capitaine d’Ansemer, qui ne s’attendait guère à cela. Pas que ça le dérangeait de collaborer avec les Voltigeurs, mais il avait le sentiment que ça n’irait pas à tout le monde. Les quelques provocateurs de la veille, notamment… Bien, s’avançant pour prendre l’exemple, il approcha d’un des Voltigeurs décédé, qu’il aborda avec une certaine légèreté :

“Aigrépine, c’est c’la ? Si ça v’dérange pas, on f’ra équipe.” Ce nom, le jour d’avant, l’avait intrigué lorsque l’on avait fait le décompte des morts. Comment ne pas reconnaître ce patronyme, qui existait curieusement dans son propre vol.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
Hector Tranchaile
Hector Tranchaile

Messages : 162
J'ai : 26
Je suis : Voltigeur dans le Vol de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Bellifère et Ibélène
Mes autres visages: Gauthier ; Martial ; Jehanne ; Meldred
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptyVen 8 Mar - 23:39

Rien et puis tout.
Hector ouvre les yeux alors qu’il s’écrase au sol et mange du parquet juste au réveil. Le souffle court et le coeur battant le Voltigeur n’ose pas bouger, malgré son nez qui lui fait mal – à ne pas se rattraper, il s’est un peu meurtri la face. Il était mort. Il ne l’a pas rêvé, ce n’était pas la mort d’un rêve, celle qui vous réveille en sueur et mal à l’aise, non. Là, il était mort, il a senti celle-ci s’installer en lui : la gorge qui se bloque. Le sang qui s’écoule. La vie qui s’envole, l’esprit qui s’enfuit, le coeur qui bat à déraper. Il était mort.
Le Belliférien tremble, un peu. Il trouve la force de s’asseoir à même le plancher, se passe la main dans les cheveux. Elles aussi sont agitées de spasmes nerveux tandis que le Tranchaile essaye de reprendre pied avec la réalité.
Il reste bien dix minutes comme ça, sans bouger, juste à écouter son souffle, à sentir son corps exister. Il est là, il existe. Tout ira bien.
Les gestes du quotidien sont un automatisme en ce début de journée. Il enfile les mêmes habits, se passe de l’eau sur le visage, attrape ses affaires et va retrouver sa griffonne là où tous les jours elle attend.

Moitié retrouvée.
Peur. Glissade. Nuit, froid. Solitude.

Ambre pique du ciel pour venir se poser, s'approcher et se coller contre le grand étrangement silencieux, dont les mains tremblent encore un peu.
Câlin. Réconfort.
Il ne peut pas dire non.
Hector à Ambre.

Ils arrivent au terrain d’entraînement un peu plus tard que d’habitude, mais assez tôt pour ne pas être en retard. Il lui faut une bonne dizaine de minutes à argumenter solidement avec la jeune griffonne dorée pour lui faire comprendre que non, elle ne peut pas passer sa journée collée à lui. Hector finit cependant par regagner un peu de liberté, et s’il est légèrement anxieux de se retrouver sur le lieu de sa mort il n’en montrera rien – fier.
Et l’annonce tombe.
Ca commençait bien, pourtant : son Maréchal a la voix et le ton juste, les mots parfaits pour donner à chacun exactement l’impression que la mission est faite pour lui. Un grand homme, vraiment – comment pourrait-il en être autrement ?
Et l’annonce tombe, et ça murmure, dans les rangs, autour du blond ! Ca gronde, ça rechigne dans les rangs, mais personne, bien sûr, n’ose refuser – des soldats, tous autant qu’ils sont. Ils ne seraient pas dignes de leurs ailes, sinon.

Hector regarde quelques groupes se former, analyse les gens restants. Son regard passe sur les femmes avec une moue évidente sur les lèvres. Pas question. Il finit par s’arrêter sur un, totalement au hasard.
Il fait le premier pas, la mort dans l’âme, sans que ça ne se voit. Port droit, front haut, neutre. Il se présente d’un ton qui à lui seul trahit son enthousiasme débordant. « Tranchaile. Si t’as personne, faisons équipe. »
Il en a envie comme de se pendre. Le logique, maniaque sur les bords, reprend le dessus sur le Belliférien alors qu’il se concentre sur la marche à suivre – qui interroger. « Suis-moi. Par logique, commençons par ceux au plus proche des mouvements des vivres. »Partir du plus évident, du logique, pour glisser vers l’élaboré. Oui, ça peut être le balayeur qui a caché sa fiole dans le manche évidé de son balai… Tout comme ça peut être un cuisinier. La vérité n’est pas toujours compliquée, et est même souvent simple – si l’on sait sous quel angle l’observer.


Spoiler:
 



La seule différence entre le héros et le fou, entre la détermination et la bêtise,
c’est le succès.




Hector: #FFB16D ; Ambre : white
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
Bertin Vif-Envol
Bertin Vif-Envol

Messages : 2689
J'ai : 38 ans
Je suis : Chevaucheur dans le Vol de Lorgol, mage de l'Hiver (protection)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie
Mes autres visages: Zacharie de Sombrétoile
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 EmptySam 9 Mar - 17:49

Il ne pensait pas trouver quoi que ce soit en explorant le garde-manger avec Rackham. Ça avait été une façon de s’éloigner du bordel que certains causaient. De se retrouver en bonne compagnie, sans se faire questionner sur la veille, sur sa mort, qu’il ne tient pas forcément à se remémorer en détail tout au long de la journée. Il n’en montre rien, mais on ne peut pas dire que ça avait été une expérience particulièrement agréable. Il ne s’attendait pas, donc, à trouver un indice. Un meurtrier aurait certainement été plus prudent que cela, non ? Et pourtant… Au bout d’un temps, une fiole, un manteau. Il n’en faut pas plus pour qu’il accepte de retourner voir les maréchaux – définitivement, deux fois en une journée, ça le change ! – pour leur annoncer les dernières nouvelles. C’est sans rechigner qu’il regagne ensuite la Caserne de Flamme, pas mécontent de s’en être sorti vivant cette fois.

***

À peine ses cadets sont-ils assemblés au réfectoire pour leur petit déjeuner qu’il leur annonce que la leçon du jour est annulée. Il entend à peine les exclamations de ses cadets – de joie, de frustration, qu’importe – qu’il a déjà rejoint l’air froid de l’hiver pour retrouver Ambroisie. Tu veux vraiment y retourner ? Alors que tu pourrais dormir ? Il le faut, tu le sais très bien, nous en avons discuté… enfin pas hier. Et la paire s’envole pour rejoindre le terrain commun et ses bâtiments. Cette fois, c’est très tôt qu’il arrive donc, à temps pour entendre les ordres. Coopérer. En voilà une bonne idée ! Sans sarcasme, en plus !

Il fait le tour du groupe de voltigeur des yeux avant de s’approcher d’une des dames. « Bonjour. Je suis Bertin Vif-Envol. Accepteriez-vous de faire équipe avec moi, ma dame ? » Même en ignorant qui elle est, ça ne l’empêche pas d’être courtois avec Ombeline. Après tout, aussi bien commencer la journée sur un bon pied et tenter tant bien que mal de diminuer les tensions entre les deux groupes. « Je suis posté à la Caserne de Flamme. Et vous, d’où nous venez-vous ? » Une question sincère, par curiosité tant que par courtoisie. S’ils doivent faire équipe, aussi bien briser un peu la glace.

Cette brève introduction faite, il l’invitera à quitter la pièce commune pour aller enquêter de leur côté. « Je serais curieux de fouiller les appartements des employés… Je n’arrive pas à oublier la silhouette, ni ce manteau… Peut-être pourrions-nous y trouver davantage d’indices. Qu’en pensez-vous ? » Une équipe, ça s’entend avant de partir à la chasse aux indices. Il ne va tout de même pas la forcer à le suivre. Ça serait fort impoli.

Spoiler:
 








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits   Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 4.2 • D'Ailes et de Conflits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: