AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -44%
Compresseur digital programmable Michelin 12V – ...
Voir le deal
44.99 €

Partagez
 

 Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyLun 25 Fév - 20:57

Elle est rassurée, Aubrée, en voyant que Lancelot semble vouloir aller dans son sens. Ils vont pouvoir traverser Lorgol, tous ensemble, et elle pourra mettre sa soeur à l'abri. Melbren et Lancelot aussi, évidemment, mais... Ce n'est pas eux qu'elle cherche à protéger. Pas en priorité, du moins.
Elle a une pensée pour Lia, Victorine, Sigrid, et tous les autres assassins. Elle aimerait les prévenir, mais... Ce serait sans doute inutile. Ses collègues sont assez intelligents pour interpréter correctement ce genre de choses et pour fuir alors qu'il est encore temps. Aucun d'entre eux ne se laisserait prendre dans un piège dont il sait l'issue impossible. Pas alors qu'aucun contrat n'est en jeu.

Sa soeur vient se réfugier dans ses bras, et Aubrée la presse contre elle par réflexe. Elle note que c'est moins aisé que lorsqu'elles étaient plus jeunes, et qu'Agathe ne dépassait pas son aînée d'une tête, au moins. A la protestation de la plus jeune, Aubrée se fige. Des hérissons ? Et... ses amis ? C'est d'une voix sèche qu'elle lui répond. « Si chacun d'entre eux a un peu de jugeote, cela fait un moment qu'ils sont partis de là. On devrait faire pareil, vraiment. » Cela ne semble pourtant pas la convaincre, et elle se détache d'elle pour se reconcentrer sur l'origine du feu. « Et ce n'est pas te jeter dans la gueule du loup comme ça qui sauvera tes bestioles ! Si tu meurs, elles mourront aussi, crétine ! » Sa main se plaque sur sa bouche aussitôt les mots prononcés. Grands dieux, comme elle est horrible avec sa soeur ! Mais c'est la peur qui la fait parler. La peur de mourir, et la peur de la perdre.

Mais cette peur... Est-ce qu'elle est justifiée ? Agathe est bien entourée, après tout, entre Lancelot et Melbren. Et son évolution la frappe tout à coup de plein fouet. Agathe a grandi, et beaucoup plus que ce qu'elle pensait. Elle s'est affirmée, dans ses choix, dans ses décisions. Et elle est devenue courageuse... Bien plus qu'Aubrée, même. Elle n'a plus besoin d'elle. Et Aubrée est sûre qu’après ce qu’elle vient de dire, elle ne voudra plus jamais d’elle. La jeune femme sent les larmes venir et sa gorge se nouer. un pas en arrière, puis deux. « Promettez-moi juste de rester en vie, et de vous sauver avant qu’il ne soit trop tard. » Et elle s’enfuit en courant, rebroussant chemin, slalomant entre les gens, une envie terrible de pleurer dans la gorge. Elle ne voulait pas se séparer d’Agathe ainsi, mais… Si elle ne veut pas d’elle, si elle ne veut pas la suivre, si elle lui préfère des gens qu’elle connaît depuis bien moins longtemps, tant pis pour elle.

Elle s’en veut d’abandonner si tôt, et de s’enfuir comme ça au lieu de lutter plus. Elle se croyait plus courageuse. Mais la mort… Elle l’a déjà expérimentée plusieurs fois, et elle ne veut pas que cela arrive pour de bon, pour de vrai. Alors elle s’enfuit lâchement, persuadée qu’elle ne pourra rien faire contre un immense mur de flammes.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Cassiopée Avirel
Cassiopée Avirel

Messages : 282
J'ai : 28 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 17:00

Le choc de sa rencontre avec le sol coupa net le hurlement qu'elle était en train de pousser. Désorientée, Cassie ouvrit grand les yeux, peinant a reconnaître le décor simple et douillet de sa chambre d'auberge. Sa hanche lui faisait mal et son cerveau n'était guère décidé a reprendre pieds dans la réalité. Par les Dieux ce cauchemar ! En fermant les yeux, elle pouvait encore sentir les flammes lui lécher la peau, l'odeur immonde de la chair grillée et la saveur âcre de la terreur sur sa langue. Son estomac convulsa et elle déglutit avec difficulté. Un frisson glaciale lui parcouru le dos, frisson qu'elle repoussa comme elle le pouvait, se forçant a se relever. Inspirant profondément, la jeune mage entreprit de chasser les relents de peur qui lui comprimait le cœur.

Ce rêve lui avait paru si réel. Si vrai ! Songea-t-elle en nouant ses cheveux en une tresse épaisse, se demandant si commander un petit déjeuner serait utile étant donné l'état de son estomac...pourtant, elle se força, ne serait ce que pour pouvoir profiter de la fête... et pour en profiter, elle en profita, laissant la rumeur de la ville chasser les souvenirs de la nuit...Pourtant, tout au long de la journée, elle était étreinte d'un cruel sentiment de déjà vu. Lui là, elle savait qu'il allait trébucher....Cet enfant blond...il chiperait la sucette de sa sœur...Nauséeuse, Cassie ne cessait de jeter des coups d'oeil au alentours....jusqu'a...

Une sueur froide lui parcouru l'échine alors même qu'une voix grave résonnait a ses oreilles. Elle était sûre que si cet homme ouvrait la bouche, elle retrouverait cette sonorité. Fendant la foule, elle se planta devant l'homme, n'ayant pas d'yeux pour la femme qui l'accompagnait. « C'est vous ! C'est vous n'est ce pas ?! » Celui qui l'avait relevée pour....Elle cilla et regarda la femme qui était a ses cotés, fronçant un peu les sourcils...Non...Quelque chose n'allait pas...Euh...Pourtant...Elle était sûre...


Spoiler:
 




il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 22:53




Chroniques d'Arven

Intrigue 4.2

L'Éternel Lendemain

31 mars 1004



Intrigue animée par Lemon Tart


L'Inéluctable Brasier

Ils sont confus, les gens de Lorgol, mais aussi terriblement traumatisés. Ils se souviennent encore clairement des flammes qui léchaient leur corps, de la chaleur insupportable, de la fumée étouffante. Puis plus rien, comme si rien ne s'était passé, comme si ce n'était qu'un mauvais rêve, et pourtant...

Ils sont nombreux à désirer comprendre, à vouloir éviter le pire à nouveau. Et ils cherchent, ils retournent à la source, ils prennent leur courage à deux mains et vont au devant du danger. Ils doivent marcher longtemps, questionner de nombreux marchands à de nombreux étals pour découvrir d'où est réellement parti le feu. Et il leur faut plusieurs heures pour réellement approcher du but, pour qu'autour d'eux, les gens confirment que les flammes sont apparues de nulle part, comme par magie. De cette direction, là-bas. Du port pirate. De la Taverne de la Rose.

Que voilà une information bien particulière ! Information que le Second des Ombres obtient au sein même de la Cour des Miracles, car les mendiants ont rapidement fait passer le message depuis le matin-même et qu'ils cherchent également à en savoir plus.

Malheureusement, dénouer le noeud de cette affaire, c'est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Lorgol est une immense cité et les heures s'écoulent bien trop rapidement pour parvenir à la trouver.

Les alarmes résonnent à nouveau dans la ville, entre les tours, à travers pavés et canaux. À l'horizon, les flammes. Encore. Mais à la stupéfaction de tout le monde, elles ne viennent pas de la même direction. Non, cette fois, elles partent de la Ville Haute ! Et c'est la panique qui s'empare de tout le monde.

Dans le port pirate, les vivenefs et autres navires ont déjà quitté les quais et se trouvent désormais à bonne distance, au large, afin d'éviter de brûler au contact de cet incendie meurtrier. Dans la Taverne de la Rose, le mage des portails a disparu au coeur de l'Archipel, emportant avec lui les tenants des lieux, les employés ainsi que toute la marmaille présente.

Le mur de flammes avance, implacable, mortel.
Et à nouveau, il brûle tout sur son passage.

***

Le réveil est plus dur encore pour la cité des peuples libres. Le souvenir des flammes est ancré dans l'esprit de ses habitants, la panique se fait maîtresse des lieux. Hommes et femmes s'enfuient par centaines dès le matin, d'autres profitent de la panique général pour commettre quelque larcin. Et au milieu du chaos, la nouvelle circule grâce aux mendiants que le second feu est né au coeur de la Ville Haute, non loin du bâtiment qui accueille le conseil des échevins.

Quelle est l'origine des flammes et pourquoi se déplace-t-elle mystérieusement ? Qui osera prendre le risque de s'attarder sur les lieux afin de le découvrir ?




Troisième Tour

Consignes



IRL : du mardi 26 février au mardi 5 mars (18h).
IRP : le 31 mars 1004, toute la journée, jusqu'à minuit (2ème retour)

• Ce topic concerne les personnages inscrits à l’intrigue au préalable (Adonis, Agathe, Aubrée, Cassiopée, Gaëtane, Isabeau, Lancelot, Liselotte, Melbren, Sonjä & Tyr). Si ce n’est pas votre cas, un petit MP au Destin et nous verrons si vous pouvez intégrer le groupe en cours de route !

• Vous l'avez bien compris, vous êtes morts. :stare: (sauf Aubrée qui a fui sur la Symphonie, brave petite :eheh:) Mais pas de panique, vous êtes revenus. :haww: La journée a encore redémarré à zéro (de minuit à minuit) ! Pour l'expliquer plus simplement, Lorgol a brûlé entièrement et, à minuit, le temps s'est inversé et vous a tous ramenés 24h en arrière et vous vivez un jour sans fin (Vous voyez le film "Le Jour de la Marmotte" ou l'épisode du jour sans fin dans Supernatural ou dans Stargate ? Ben pareil. :geu: ).

• Le retour dans le temps concerne tout le continent. Vous en êtes tous conscients. Vous remarquerez donc très vite que des petites choses ne seront pas tout à fait les mêmes. Mais il y aura des événements qui auront tout de même lieu de la même manière, car c'est ainsi que se déroulent les choses. Pour pimenter un peu vos RP, vous pouvez mentionner un petit déboire qui arrive à votre personnage et qui, quoi qu'il fasse, surviendra à chaque fois. Par exemple, se cogner le petit orteil contre un meuble ou se faire voler sa bourse (dédicace à Sonjä :red:).

• Le tour couvre la journée du 31 mars (encore, encore :arrow:), du moment où vous vous réveillez au moment où le jour va à nouveau redémarrer à zéro, en passant bien entendu par les flammes de l'enfer. :geu: Libre à vous d'agir comme bon vous semble, tant que le tout reste cohérent. Pour toute question, je suis évidemment disponible. :eheh:

• Au troisième matin, les gens paniquent, c'est le chaos dans les rues. Les étals sont pratiquement abandonnés, sauf par quelques courageux.

• Vous l'avez compris, le premier feu a démarré à la Taverne de la Rose, le second a démarré au conseil des échevins. Comment ? Pourquoi ? C'est à vous de le découvrir. Rendez-vous dans le QG pour former deux groupes (égaux ou non) et enquêter. Pour les Enfants des Miracles : le Second des Ombres a été informé de la location d'origine des deux feux et a probablement envoyé des gens sur place pour en savoir plus. Vous pouvez faire partie de ceux-là. :sisi:

• Arrivés sur place, fouinez et questionnez des gens. Le Destin passera à chaque fois qu'il le pourra (plutôt le soir) pour vous répondre et vous aiguiller.

• Le Carnaval des Miracles est un grand événement qui se déroule chaque année à Lorgol et dure trois jours. Vous pouvez avoir plus d'informations dans l'annexe de la Cour des Miracles, onglet fonctionnement.

• Les flammes sont très hautes, plus hautes que les tours. Le feu ne peut être éteint à l'aide de magie ordinaire.

• On est en fin mars dans les terres du nord, il fait encore froid et il a neigé la veille (le feu vous réchauffe un peu, bon :geu:).

• Vous pouvez poster plusieurs fois dans un tour, mais veillez toujours à laisser deux personnes répondre entre deux de vos interventions.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

• Consultez régulièrement le QG de l'intrigue, au cas où. :oui:

Bonne chance, dragonnets ! :angel:






♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Eloïse Brûmagie
Eloïse Brûmagie

Messages : 145
J'ai : 14 ans
Je suis : Voleuse - Orpheline à la rue

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Moi-même
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMer 27 Fév - 21:11

Elle se réveilla de nouveau en sursaut, trempée de sueur. Le groupe avait trouvé quelques indices en fouillant la Ville Basse, mais les flammes étaient de nouveau apparues, descendant depuis la Ville Haute cette fois. Eloïse était terrorisée, elle avait vécu de nouveau sa propre mort et elle sentait que cela allait continuer. Elle songea à fuir. Elle y songea sérieusement mais se résolu à agir. Elle détestait ne pas pouvoir faire quelque chose elle-même alors que ce problème la concernait elle aussi. Se souvenant des indices ramassés la veille, elle sortit en trombe, avisant rapidement le chaos qu’était devenue la ville. Les gens fuyaient en masse, emportant leurs affaires en vitesse. Aucune étal n’était visible, probablement que les marchand avaient fui également.

Elle hésita de nouveau à fuir elle aussi, elle trouverait forcément quelqu’un de la Cour pour lui donner un coup de main… Mais elle résista à l’envie et se mit à courir vers la Taverne de la Rose, lieu qui était apparemment au centre. Elle repéra quelques mendiants mais personne ne semblait vouloir s’attarder pour lui répondre lorsqu’elle voulut poser des questions, désignant vaguement un lieu inconnue de la jeune ville dans la Ville Haute Ne connaissant pas l’endroit désigné, elle se hâta vers la Taverne, trouvant porte close à se grande surprise. Elle pesta contre la porte puis fit le tour, ramassant un pavé pour casser une vitre et ouvrir la fenêtre avant de pénétrer à l’intérieur. Elle se fichait des conséquences, elle voulait juste comprendre ce qu’il se passait, quitte à devoir en répondre plus tard. Elle se dirigea vers la porte du fond, sûre de pouvoir trouver des indices dans les étages ou les profondeurs de la bâtisse, mais  elle entendit des gens pester contre la porte et s’acharner dessus.

Elle se rapprocha  et reconnut une voix qu’elle avait déjà entendue, accompagné d’une autre tout aussi familière. Elle entendit un violent coup contre la porte suivit d’un grognement de douleur. Levant les yeux au ciel, elle déverrouilla la porte et elle fut projetée au sol par le garçon qui tentait d’enfoncer la porte une nouvelle fois, l’entraînant dans sa chute. Elle grimaça de douleur et leva les yeux vers Adonis, rougissant face à la proximité du jeune homme et usant immédiatement de sarcasmes pour éviter de trop faire durer la situation gênante.

- Bonjour Adonis… contente de te voir aussi, mais là tu m’écrases, tu peux te lever ? Drôle de façon de dire bonjour à une fille, j’espère que ça ne deviendra pas une habitude.

Une fois le garçon relevé, elle se remit sur ses jambes souplement et épousseta sa robe en expliquant comment elle était entrée, balayant les éventuelles remarques sur sa façon d’agir d’un haussement d’épaules désinvolte. La fin justifiait les moyens, elle n’avait pas de temps à perdre avec les états d’âme des autres. Et puis ce n’était  pas le premier bâtiment vide qu’elle visitait sans l’accord des propriétaires de toute façon. Elle salua les autres personnes présentes et désigna la pièce d’un revers de main.

- Visiblement il n’y a personne à l’intérieur, je m’apprêtais à fouiller un peu, mais je doute de trouver grand-chose ici, mais les gens fuient, donc difficile de savoir qui a vu quoi. On se sépare pour aller plus vite ?

Elle avait l’intention de fouiner dans les sous-sols et le rez-de-chaussée, laissant les étages à l’autre groupe. Elle espérait sincèrement trouver quelque chose et fit signe à Adonis, lui demandant s’il pouvait l’accompagner. Si quelqu’un pouvait repérer quelque chose de magique et d’inhabituel, c’était bien lui. Plus qu'elle en tout cas.

634 mots:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 Tumblr_p0kmuiG4aR1r7iuwlo3_500





Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f6156374b564c374430646c5a73673d3d2d3533373638363337352e313531353330333235353336306165333730313932393130313132342e676966

Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Adonis le Lys
Adonis le Lys

Messages : 253
J'ai : 16
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMer 27 Fév - 23:26

Le petit groupe est parti pour enquêter dans les rues de la Ville Basse avec à sa tête une dame entourée de plusieurs gardes. Adonis se demande ce qu’elle fait là et pourquoi elle s’attarde dans les rues de la Ville Basse. Ce n’est guère ses affaires et il hausse les épaules interrogeant, écoutant les quelques informations qu’ils parviennent à glaner.

Il réfléchit, regarde alentour jusqu’à ce que l’alarme se mette en route. Le mur de feu arrive d’autre part cette fois. Il est abattu le jeune mage et ne comprend plus rien du tout ; il meurt une fois de plus.





Son réveil se fait en sueur. Les bruits qui montent de la rue sont différents. C’est de la terreur qu’il entend, des pillages aussi. Il s’habille rapidement et descend. Il n’y  plus personne à  la maison. Il a faim mais n’a pas le temps d’avaler quoi que ce soit. Il court jusqu’à la place qu’il a désignée comme point de rencontre. Il est le premier sur les lieux et attend. L’enseignante est la première suivie de l’autre femme dont il ne se souvient plus du tout du prénom. Il regarde à gauche à droite cherchant Eloïse. Le temps presse et il faut qu’ils avancent. Après un rapide échange le groupe part en direction de la Taverne de la Rose.

Il court devant ouvrant la marche jusqu’à s’arrêter à destination « Si j’me souviens bien ça viendrait de là. C’est c’qu’on a eu comme info hier, m’enfin toute à l’heure ; bref vous m’comprenez ? » il ne sait plus trop le gamin s’il est fatigué, s’il est en train de rêver ou quoi que ce soit d’autre. Il secoue la tête alors qu’il se fait bousculer au moment où il va pour ouvrir la porte. D'ailleurs il ne s’attendait pas à ce que la Taverne soit fermée. Il bougonne un instant, regarde les deux femmes et soupire. Ce n’est pas elles qui réussiront à ouvrir cette porte. Il tente de donner un bon coup d’épaule. Un craquement manifeste, ressemblant plus au bruit des os secoués que de la porte enfoncée, le fait grincer des dents.

« Elle est solide » mais il n’abandonnera pas, il réussira à trouver l’origine de cette journée qui semble sans fin. Il prend son élan s’éloignant de quelques pas avant de se précipiter à nouveau contre l’ouverture. Au moment où il va pour toucher le bois quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il percute Eloïse, la jeune fille qu’ils attendaient il y a encore quelques minutes. Proche d’elle, au sol, Adonis s’empourpre. Il ne s’est jamais trouvé aussi mal ; bon peut-être au contact d’Agathe mais, la rousse est si jeune… Il se remet debout après le commentaire d’Eloïse. Un peu décontenancé, il passe la main dans ses cheveux . Il sent qu’il rougit et ne trouve rien d’intelligent à lui rétorquer. Ce qu’il peut être stupide des fois…

« Euh ouais bien sûr j’t’accompagne, Eloïse c’est ça ? » il ne sait pas trop par où commencer « Mais tu connais les lieux toi ? Je sais même pas par où commencer et puis y’a personne ici au final t’crois vraiment qu’on va trouver quelque chose ici ? J’suis plus si sûr au final ».

Le bruit s’intensifie dans la rue, les gens semblent courir dans l’autre sens vers le haut ; un regard vers le bruit un autre vers le fond de la Taverne « Bon allons voir c’qu’il y a là bas mais si y’a rien on remonte d’accord ? Puis p’tet qu’en sous sol on échappera à la mort cette fois ? »

Ce qu’il y a de sûr pour l’instant c’est que son épaule le fait largement souffrir mais il n’en dira rien il est l’homme du groupe. Les lieux sont déserts, il se demande bien ce qu’ils pourront trouver ici mais Eloïse semble être une connaisseuse, autant la suivre.

Spoiler:
 













Adonis s'exprime en : #0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyJeu 28 Fév - 14:06

Sonjä était calme, du moins relativement aux personnes qui l’accompagnaient. Elle était encore sceptique face au danger et n’éloignait pas la théorie du cauchemar visitant l’ensemble des habitants du Nord dans la même nuit. Mais alors qu’ils pénétraient dans la Ville Basse et que, méfiante, elle voulut raffermir le noeud de sa bourse, le contenant de cuir n’était plus là.
Son coeur s’emballa, réalisant que tout recommençait bel et bien. Ils allaient mourir.

~~~~

Le même jour se leva pour la troisième fois. Sonjä n’était plus dupe ; quelqu’un s’acoquinait avec les Savoir du Temps, seules causes possibles de prouesses telles que cette répétition lassante des mêmes heures. Quel était le but de la manoeuvre ? Y avait-il un lien avec les flammes, vivaient-ils une attaque sans fin ? Il n’y avait guère de place accordée au hasard dans son esprit de savante.
Fort heureusement, d’un jour au même, chacun conservait visiblement ses souvenirs. Cela lui fut confirmé lorsqu’elle atteignit la Ville Haute, vidée d’une large moitié qui avait fui vers le sud. Mais toute fuite était vaine, se disait Sonjä. Inévitablement, demain n’arriverait pas, et aujourd’hui les ramènerait au hier qu’il était supposé devenir, sans pour autant s’autoriser à basculer dans le passé. Un noeud sur la Toile du Temps, dont le seul échappatoire était de le retrouver pour le défaire.

L’itération précédente, Sonjä - qui se refusait désormais à parler de veille et de lendemain - avait appris que le feu était parti de la Taverne de la Rose ; pourtant, ils l’avaient vu cette fois arriver de la Ville Haute. Une fois Lorgol partie en fumée, quel intérêt de réitérer la journée ? Terroriser et vider la ville pour un dessein plus grand ? Démontrer sa puissance ? Peut-être qu’une cible particulière échappait au brasier, et qu’on revenait en arrière pour tenter de la coincer ? Elle avait beau théoriser, rien ne valait de véritables preuves.
L’enseignante passa par la place sur laquelle elle avait rencontré Isabeau, Éloïse, Adonis, et un peu plus tard, Gaëtane et sa fille. Le jeune mage avait proposé qu’ils s’y retrouvent “la prochaine fois”, et si elle était pressée de mener son enquête à la Taverne, elle fit quand même un détour pour voir si d’autres s’y étaient rendus et les prévenir qu’elle repartait directement.
Elle entraîna ainsi Adonis et Isabeau vers la Ville Basse, tout ça pour faire choux blanc devant la Taverne, fermée. Sonjä envisagea un instant de crocheter la serrure - un mécanisme comme un autre, dont elle connaissait le fonctionnement théorique. Mais ne disposant ni des outils adéquats, ni de la dextérité d’un voleur, elle abandonna l’idée avant même de s’être lancée dans l’entreprise. Isabeau et Sonjä s'éloignèrent de la Taverne pour interroger les passants aux alentours du port, sans trop y croire. On leur apprit que la seconde fois, le feu était parti du conseil des échevins; et la première, c’était bien depuis la Taverne ; enfin, que les lieux avaient été évacués.
Il ne leur fut pas aisé d’obtenir ces maigres informations ; elles engageaient les gens en pleine rue, parfois des familles entières chargées de bagages, qui ralentissaient à peine pour leur crier de fuir. Quelques-uns leur avaient accordé un arrêt d’une minute, mais ne leur en avaient guère appris plus. Sonjä tentait, à chaque fois, de pointer la vanité de leurs paquets, car à l’instant même où les pendules sonneraient minuit, ils reviendraient à leur point de départ, et leurs effets retrouveraient leur place dans les armoires. Une mère de famille l’avait regardée de travers. « C’ment tu peux êt’ sûre que c’te fois c’pas pour d’vrai ? On veut pas mourir. »
La réflexion lui avait coupé le sifflet. Elle fixait désormais le port, vide et désolé, considérant pour la première fois l’option de la fuite.

Spoiler :
 


→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49


Dernière édition par Sonjä de Sylvamir le Lun 4 Mar - 19:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyVen 1 Mar - 22:36

C’est une Aubrée complètement paniquée que les Accordés retrouvent sur le pont de la Symphonie. Taliésin tente de la calmer, sans grand succès. Elle parle vite, des sanglots dans la voix, répétant qu’elle est une sœur lâche et horrible, qu’elle doit y retourner, qu’Agathe risque de mourir et qu’elle s’en veut d’avoir abandonné aussi facilement. Le Lagran ne dit rien, se contentant de l'attirer contre sa poitrine, comptant sur sa présence pour qu'elle se calme. Sur la flûtiste à qui il vient de faire signe, aussi, sûrement, et qui s’est mise à jouer doucement de son instrument pour apaiser l’esprit de la blonde.

Elle a regardé les flammes détruire sa ville depuis le pont de la vivenef, l’estomac noué. Elle espère que tous ceux qu’elle aime ont pu se mettre à l’abri… Agathe, Lancelot et Melbren, et tous les assassins. Qu’a dû se dire Lia ? A-t-elle pu s’enfuir, elle aussi ? L’Affranchie aurait dû rester avec elle. Elle lui a juré fidélité, mais elle n’est pas à es côtés… Par tous les dieux. Elle a l’impression que depuis qu’elle est amoureuse, elle fait vraiment n’importe quoi.

-----------------

Elle est étonnée, au réveil, de se trouver seule dans son lit. Elle se souvient s’être endormie blottie contre Taliésin… Il doit être déjà debout. Elle ouvre les yeux et se redresse, avant de se pétrifier.
Ce n’est pas possible.
Elle est dans sa chambre, à la Tour Noire, sa jolie robe bleue sagement pliée sur le dossier de sa chaise. Comme hier. Comme… Dans le rêve qu’elle avait fait.
C’est seulement à cet instant qu’elle commence à comprendre que ce n’en était pas un, de rêve. Que tout ce qui s’est passé, quand Lorgol a brûlé, la première fois… C’était réel.
C’est comme si la journée recommençait à chaque fois.
Alors… tout le monde est encore en vie.  

Pressée, elle se lève, enfile sa robe, et sort dans ses couloirs. Ceux qu’elle croise ont l’air aussi désorientés qu’elle, sans doute perturbés de revivre encore une fois le même moment. Elle ne s’attarde pas et sort. Sa première pensée est pour Agathe, et elle hésite à rejoindre la Ville Haute ; mais peut-être que la plus jeune lui en veut, et qu’elle ne l’écoutera pas. Alors elle se décide pour la Symphonie. Elle sait que Taliésin l’y attendra.

Elle le rejoint rapidement, passant outre des détails fréquents – le chat, l’enfant, l’homme qu’elle percute. Et il lui confirme que qu’elle a compris, en plus de lui apprendre que le premier feu est parti de la Taverne de la Rose. Ils sont tous partis dès le matin, apparemment ; mais autant essayer d’aller fouiner dans le coin pour comprendre ce qui se passe. Surtout qu’elle connaît bien les lieux ; s’il y a quelque chose d’étrange, elle saura sans doute le repérer.

Elle arrive près de la Taverne. Effectivement, la porte est fermée. Se mordant la lèvre, elle inspecte d’abord la façade du bâtiment. Elle hésite à entrer à l’intérieur, mais elle n’y trouvera rien d’intéressant, sans doute. Mieux vaut d’interroger les personnes alentours… Elle repère rapidement une silhouette familière assise sur des caisses en bois, tournée vers le port. Une mendiante qui l’a abordée dès son arrivée à Lorgol et qu’elle avait souvent vu rôder dans le coin. Aubrée s’approche et l’aborde en lui lançant une pièce. « Hé, Lubie. Tu sais, toi, ce qui s’est passé ici quand ça a pris feu ? Si... la Cour a vu quelque chose ? » Au même instant, un bruit sourd la fait se retourner et froncer les sourcils. Un jeune homme est en train de défoncer la porte de la Taverne… Veut-il à nuire à ses amis, ou cherche-t-il lui aussi des réponses ? Il faudra qu’elle aille voir.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptySam 2 Mar - 3:20

Les paroles d’Aubrée l’avaient heurtée avec violence. Agathe était restée là, hébétée, avant que les sanglots et les hoquets ne viennent la secouer toute entière. Elle avait fuit Lorgol par le premier portail venu, quelques instants à peine après que sa soeur l’ait plantée là au milieu de cette méchanceté. Pour Melbren, elle avait demandé pardon d’un souffle. Qu’elle avait pleuré, depuis Euphoria, à punir sa médiocrité que Mélusine et Aubrée avaient découverte! Et pourtant, à l’aube, c’était dans sa coquette chambre de Lorgol qu’elle avait retrouvé ses esprits.

L’envie de rester cachée sous sa couette était tentante, mais le désir de rejoindre sa famille, la seule qui comptait peut-être, l’était plus encore. Elle s’était levée de bonne heure, avait constaté sans surprise que plus rien ne marquait sa peau, puis s’était habillée de vêtements sobres. Sans masque pour voiler son minois. Sans drapés diaphanes pour alourdir son pas. C’est ainsi vêtue que l’apprentie avait rejoint les pavés de la Cour des Miracles au petit matin et avait entendu les dernières nouvelles. Elle avait bien compris que les flammes provenaient de la Ville Basse, lors de la première journée, et voilà que les frères et soeurs des Miracles affirmaient que le mur de feu provenait du conseil des échevins, la deuxième journée! Mandatée par Tyr comme tant d’autres pour en savoir plus, Agathe ne s’était arrêtée à sa chambre que pour retrouver un vieux trésor qu’elle croyait indispensable dans sa mission.

L’affaire avait dû durer plus longtemps qu’elle ne le souhaitait, car dehors, l’aube fébrile avait laissé place à une matinée fiévreuse. Dans la rue, les gens étaient nerveux et la folie semblait avoir gagné le coeur des Lorgois. Là-bas, un homme en poursuivait un autre. Plus loin, un vieil homme scandait d’une voix de stentor que la mort approchait. Le chaos habitait la ville comme si Crisinthe elle-même marchait dans les rues. Agathe craignait le pire, et c’est en se faisant toute discrète qu’elle longeait les murs vers le conseils des échevins.

- Melbren…?

Scène grotesque. L’horreur lui semblait si grand que la jeunette resta interdite. Il y avait bien Melbren, là, agenouillé au sol, haletant. Mais il y avait surtout un homme tenant par la peau du cou une adorable petite créature. Il semblait s’amuser de la scène, à faire souffrir le Familier et le mage d’un même mouvement. S’il y avait bien sa dague, toute petite, contre sa cuisse, Agathe n’y songea pas tout de suite, si peu habituée de devoir prendre les armes! Elle profita plutôt de l’hilarité du malfrat et de son dos bien visible pour prendre son élan et le percuter brusquement. Comme elle l’espérait, la martre fut lâchée aussitôt alors que le malandrin titubait son déséquilibre. Puis elle souleva son jupon, enfin,  s’efforçant d’oublier sa peur, de la mettre dans une toute petite boîte, de ne pas laisser sa main trembler, puis darda sa lame vers l’inconnu.

- Fuis, et vite, car je connais ton visage à présent, et j’ai l’éternité pour te retrouver.

Était-ce son sourire de porcelaine, jumelé à ses menaces, ou plutôt l’effet d’une dague aiguisée pointée vers lui, qui le décida à détaler vers la première ruelle? Agathe l’ignorait, mais elle se précipita aussitôt vers son ami pour s’assurer de son état. Il semblait avoir repris ses esprits, il semblait aller bien, et la jeune femme le serra contre elle.

- Tu vas bien? Et Lichen? Oh… Melbren, j’ai appris que le feu avait plusieurs origines… Je dois aller au conseil des échevins. C’est là que tout a débuté, hier. Enfin… Ce soir. Je le sais d’une source sûre.

À son bras, aucun Lancelot qui aurait préféré fuir et la sauver elle plutôt que de sauver ses amis. À son minois, aucun sourire, encore fragile de l’abandon de Mélusine et d’Aubrée. Il n’y avait qu’Agathe, toute seule, accompagnée de sa volonté de répondre à la mission du Second des Ombres.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptySam 2 Mar - 6:23

Tu ne comprends pas réellement comment les choses dérapent, mais les mots fusent, les moues s'accentuent et les pleurs apparaissent. Tu es impuissant devant le départ des deux sœurs et de Lancelot. Tu suis cependant ton but initial et prends la direction générale de l'incendie. Tu t'arrêtes régulièrement sur le chemin. Tu questionnes ceux qui acceptent de parler, tu te sustentes et fais un stock d'eau. Tu troques également ta tenue contre une plus passe-partout.

Tu finis par obtenir des informations : le feu, rapidement immense, s'est déclaré à la Taverne de la Rose. Qui est désertée à ton arrivée. Tu n'apprends rien de plus. Seul un vendeur d'étoffes tout près te confirme que tout s'est passé trop vite pour réagir.  

Dépité et endolori, tu rebrousses chemin pour attraper un portail à la Guilde ou auprès d'une connaissance. Cela semble impossible, mais tu refuses de baisser les bras : le feu pourrait réapparaître. Tu acquiers une monture en chemin pour un prix exorbitant et atteins les tours nobles avant le coucher du soleil. Cependant, le feu se déclare à nouveau… depuis la Ville Haute. 

C'était bien tenté.

***

Deuxième répétition.

La voix de Bastien te réveille en sursaut. L'afflux des souvenirs de la veille te serre la gorge alors qu'il enchaîne. Il te parle de la journée qui se répète. Tu hoches la tête faiblement tout en suivant des yeux sa silhouette agitée. « Je te crois. Je vis la même chose. » Tu te demandes s'il meurt lui aussi. Tu choisis cependant de ne pas parler du feu, la gorge serrée. « Ne t'inquiète pas pour moi, ça ira. » Cela suffira pour l'instant.

Votre baiser permet, étonnement, de t'apaiser quelque peu. Tu hoches à nouveau la tête, plus déterminé, et lui renvoies ses mots. « Fais attention également. » Tu ne peux t'empêcher de l'embrasser à nouveau, la peur au ventre et le désespoir lorgnant en fond à la perspective de mourir encore et que le Temps ne se répète pas.

***

Des lettres en main pour des contacts savants ou non et ta famille, habillé neutrement, tu quittes la tour tôt. Tu trouves un mage des courriers et le paies généreusement. Tu pars ensuite en quête d'informations dans la Ville Haute, dans la direction approximative du feu de la veille.

La panique est partout. Tu assistes aux pillages d'étals, de magasins et à plusieurs bagarres. Une agression même. Tu interviens contre tout bon sens. Oh, tu l'arrêtes : tu permets au marchand de fuir. Sauf que l'homme s'en prend à Lichen plutôt qu'à toi en représailles. Tu te retrouves au sol, le contact étranger et violent t'immobilisant. Ta panique et celle de ton Familier se mêlent. Tu ressens une douleur intellectuelle, étrange, étouffante. Tu ne peux que crisper les mains sur le pavé, Lichen t'implorant de faire quelque chose.

Soudain, la pression écrasante et le contact abject disparaissent. Tu inspires brusquement. Lichen vient se blottir dans tes bras. Vous tremblez de partout, mais tu entends une voix familière. « … et j’ai l’éternité pour te retrouver. » Agathe. Ta douce amie venue vous sauver. Tu accueilles ses bras avec soulagement. « Ca va. Mieux, grâce à toi. Merci infiniment, mon amie. Tu t'écartes d'elle quand elle reprend. Suivons tes informations. Allons-y. » Tu ne demandes pas qui est son contact ni pourquoi elle doit se rendre là-bas, malgré ta curiosité. S'agirait-il d'une mission ? Tu as une pensée pour Mélusine. Tu mets cela de côté pour l'instant, cependant, et t'aides de son bras pour te relever.

Sur le chemin, tu lui racontes ce que tu as découvert hier et vous convenez d'adopter la même stratégie. Vous posez des questions une fois dans le quartier du conseil pour tenter, cette fois, de localiser la source exacte du feu. Vous êtes prudents et tout le monde ne parle pas, mais vous avez bon espoir. Peut-être que la femme qui remplit des caisses, dans la boutique en contrebas, saura quelque chose, par exemple ?


Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptySam 2 Mar - 18:47



Le Destin intervient

On demande un PNJ à l'allée n°3 !




[en réponse à Aubrée]

Perchée sur sa caisse, Lubie observe les allées et venues des passants, l'air sérieux, un peu préoccupé. Depuis deux jours, elle cherche inlassablement à comprendre ce qu'il se passe pour empêcher que le drame se renouvelle et cette fois, c'est le Second des Ombres lui-même qui l'a envoyée trouver des indices. En temps normal, elle ne se serait pas aventurée si près de la Taverne de la Rose, dans laquelle elle n'est pas la bienvenue, mais l'endroit est vide de tout résident et l'une des rares informations qu'elle possède. Elle a pu obtenir quelques réponses la veille, mais pas suffisamment pour dénouer le problème épineux qui s'offre à elle.

Une silhouette familière s'avance alors vers elle et un sourire délicat fleurit sur ses lèvres, malgré son regard soucieux.

« Hé, Lubie. Tu sais, toi, ce qui s’est passé ici quand ça a pris feu ? Si... la Cour a vu quelque chose ? »

Elle hoche doucement la tête.

« On sait qu'le premier feu a démarré ici. On m'a soufflé qu'un gamin un peu trop enthousiaste est arrivé en fanfaronnant qu'il avait trouvé un super cadeau à offrir à sa copine, chez un marchand près d'chez lui. Et que c'est ça qui a tout déclenché la première fois. »

Lubie fait mine de lisser les pans de sa jupe.

« C'était un genre de... fiole, qu'il avait. J'essaie de retrouver l'môme pour lui demander où il l'a achetée, mais j'ai pas encore eu d'chance. Alors si tu vois un avorton blond avec des boutons plein l'nez et un peu bruyant, tu m'fais signe, d'accord ? »

Elle lui adresse un simple clin d'oeil et se remet à observer attentivement les alentours, espérant que le jeune homme repasserait à l'endroit où il est allé la première fois.



[en réponse à Melbren]

La marchande s'arrête en plein mouvement quand elle voit deux jeunes gens s'approcher d'elle, des questions plein les lèvres. Elle jette un oeil à ses caisses remplies de savons parfumés, qu'elle remplit pour la troisième fois déjà. Et le lendemain, peut-être devra-t-elle recommencer. Un soupir quitte ses lèvres, et aux interrogations des deux individus, elle se gratte la tête et réajuste son chignon, en pleine réflexion.

« J'ai rien vu de bizarre avant le feu, tout allait bien. Je m'occupais de mon échoppe quand tout s'est passé. Mais j'ai vu la dame Brodequin, tôt ce matin, la femme du cordonnier. Elle a dit qu'elle était là quand c'est arrivé ! »

Elle semble heureuse de pouvoir partager cette information incroyable, allant même jusqu'à baisser la voix, telle une conspiratrice qui partage des secrets de la plus haute importance.

« Apparemment, elle nettoyait sa vitrine quand elle a entendu deux dames de la haute discuter de leurs derniers achats. Des nobles dames, ça oui. Elles portaient des manteaux à la dernière mode, vous savez, avec la fourrure sur le col et de la broderie sur les manches. Elles portent toutes ça en ce moment, si vous voyiez le nombre de femmes qui passent dans ma boutique avec ça ! Si vous voulez mon avis, c'est même pas très joli. »

Avec tact, le jeune Séverac acquiesce et lui en demande un peu plus sur ces dames et sur les événements de la veille.

« Ah oui, la dame ! Alors figurez-vous qu'elle a acheté une vieille fiole bon marché, toute délavée, un genre d'antiquité quoi. Elle l'a montrée à son amie et puis pouf ! Tout a pris feu. Alors la dame Brodequin elle a même pas eu le temps de voir d'où ça venait. Elle a juste tendu le cou pour voir ce qu'il y avait dans la fiole quand la dame l'a ouverte. »

Elle se gratte l'arête du nez, songeuse. Puis elle hausse les épaules.

« Je peux faire autre chose pour vous m'sieur, dame ? J'ai de merveilleux savons à l'essence de rose. Peut-être en voulez-vous un pour votre douce moitié ? »

Elle tend un joli paquet à Melbren, papillonnant des cils en jetant un regard entendu vers la jeune Agathe.




♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
Liselotte Passefil
Liselotte Passefil

Messages : 560
J'ai : 31 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration), membre de l'Ordre du Jugement

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptySam 2 Mar - 20:10

Le réveil est dur. Toujours plus dur. Mais Liselotte ne perd pas un instant pour se lever, cette fois, ne cherchant aucunement à ménager les personnes présentes dans sa chambre, ni à épargner son cousin dans cette terrible épreuve qu'est la gueule de bois à répétition. Ils le vivent à deux et ils continueront jusqu'à ce que ce jour se termine. Pour de bon.

Elle a passé la veille à chercher des réponses et quand il s'est avéré évident qu'elle ne trouverait rien de plus, il était déjà trop tard. La Cour des Miracles avait eu quelques informations concernant le feu, mais si minces. Et cette fois, celui-si s'était déclaré ailleurs !

Les cousins Passefil ne traînent pas. Ils s'habillent de façon ordinaire – oubliés les masques et les costumes chatoyants – et se rendent immédiatement à la Cour. C'est l'effervescence sur les pavés, mendiants, voleurs et espions s'échangent des informations et font leur rapport rapide à leurs supérieurs afin de mieux endiguer la menace, mais rien n'est encore tout à fait concluant. Liselotte se propose pour aller voir ce qu'il se trame dans la Ville Haute et elle n'est pas la seule dans ce cas. Théodore l'accompagne et d'autres décident de les suivre, se répartissant les quartiers pour plus d'efficacité.

Sur le chemin, tant de chaos. Ici et là, des personnes désespérées dévalisent des boutiques avant de s'enfuir en courant, leur marchandise sous le bras. L'un d'eux lui passe d'ailleurs sous le nez et lui écrase l'orteil. Devant la Guilde des Mages, une foule de badauds frappe à la porte pour exiger à ce que des mages des portails les évacuent immédiatement. La panique gronde, s'élève. Les habitants de Lorgol cherchent une issue à cette boucle sans fin.

Liselotte ne perd pas de temps. Elle est diablement efficace ; elle enchaîne les questions comme elle enchaîne ses amants. Elle déambule aux alentours du bâtiment qui accueille le conseil des échevins quand elle voit deux silhouette familières, plus loin, devant une boutique. Elle s'avance vers eux, suivie de Théodore, et elle entend la fin de la conversation.

« Excusez-moi. Votre amie a-t-elle une idée de l'identité de ces dames nobles ? »

Devant les regards qui se tournent vers elle, Liselotte adresse un grand sourire à Melbren et Agathe avant de poser ses yeux sur la marchande. Son ton est soudain moins aimable.

« Veuillez me pardonner, je me présente : Liselotte Passefil, créatrice des manteaux pas très jolis. » Le ton incisif fait monter le rouge aux joues de la dame qui balbutie un début d'excuses alors que Théodore pose une main apaisante sur l'épaule de la Cielsombroise. Son ton est charmeur quand il prend à son tour la parole. « Ce que ma cousine essaie de dire, c'est que nous vous serions fort gré si vous pouviez nous dire qui étaient ces personnes. » « Je... je sais pas. Demandez à la femme du cordonnier, elle sait peut-être. » « Très bien, je vous remercie. » Il hoche la tête et adresse un clin d'oeil à Melbren.

Liselotte jette un regard peu amène à la marchande puis se tourne vers les autres. Son sourire s'élargit soudain et elle s'avance d'un pas. « Melbren, quel plaisir de vous revoir. » Elle pose sur ses lèvres un baiser amical, debout sur la pointe des pieds, une délicate manière de le saluer à sa façon. Puis à Agathe, elle adresse un sourire malicieux avant de s'adresser à eux deux. « Il semblerait que nous cherchions la même chose. Pouvons-nous nous joindre à vous ? » demande-t-elle, d'un ton plus léger, tandis que son cousin ouvre la marche vers l'échoppe du cordonnier.


Spoiler:
 




On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?



dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
Aubrée de Sombregemme
Aubrée de Sombregemme

Messages : 2265
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin de la Lame

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptySam 2 Mar - 23:44

Aubrée fronce les sourcils. Une fiole… ? Cela lui rappelle les rêves de l’année dernière, et des potions de sommeil détraquées… Seulement, cette fois, c’était sûrement volontaire. Pas forcément de la part du gamin blond ; elle voit mal un enfant mettre volontairement le feu grâce à une magie étrange à une ville entière, en étant aux premières loges. Lubie a raison, il faudrait retrouver le marchand… Mais comment ? La panique règne aujourd’hui à Lorgol, et les commerçants sont plus que nombreux. Mais au moins elle a une piste, qu’elle sait être sérieuse. « Merci beaucoup Lubie. Tu peux compter sur moi. » Elle prend congé de son amie pour se diriger vers la taverne, l’air décidée. Elle a vu ce garçon cogner contre la porte pour entrer, et elle veut savoir ce qu’il trame.

Apparaissant dans l’encadrement de la porte, elle lance à la cantonade, ne cherchant pas à être discrète. « Qu’est-ce que vous fichez ici, vous deux ? » Car ils sont deux ! En plus du garçon de tout à l’heure, il y a une petite rouquine près de lui – un instant, elle croit reconnaître Eponine, mais elle  est rassurée de voir qu’elle s’est trompée. Haussant un sourcil, elle s’avance un peu dans la pièce. « J’suis pas sûre que rentrer par effraction dans une taverne soit la meilleure des idées, vous savez. La propriétaire va pas aimer apprendre que des intrus sont entrés par effraction chez elle. » Bon, après, tout aura sûrement encore disparu dans les flammes avant minuit, et tout sera réparé au réveil. Mais même.

Elle les observe quelques secondes. Ils n’ont que quelques années de moins qu’elle. La gamine doit avoir l’âge d’Epo, le garçon quelques années de plus. Un idée lui vient. Peut-être qu’ils connaissent le gamin dont a parlé Lubie ? « Enfin, vous pourrez peut-être m’aider… Si vous le faites, je dirai rien à Freyja. Vous connaîtriez pas, par hasard, un garçon blond, assez jeune, un peu fanfaron et avec des boutons ? » L’essentiel des précieuses informations délivrées par Lubie est là. Et elle espère qu’ils pourront l’aiguiller, les deux adolescents, pour qu’elle puisse en informer Lubie et peut-être remonter jusqu’au marchand.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 YLnnprHf_o











Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
Les Savants
Sonjä de Sylvamir
Sonjä de Sylvamir

Messages : 470
J'ai : 28 ans
Je suis : Enseignante en Mécanique à l'Académie de Magie et du Savoir, à Lorgol

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Duché de Valkyrion ; Empire d'Ibélène
Mes autres visages: Olivier la Poutre
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyDim 3 Mar - 1:03

Des voix derrière elle attirèrent l’attention de Sonjä. Un échange de mots posé, rien à voir avec ce qu’elle pouvait obtenir des passants. L’air de rien, elle s’approcha des deux jeunes femmes pour écouter leur conversation. « … c'est ça qui a tout déclenché la première fois. » L’une des deux semblait bien renseignée, et lorsque la seconde s’éloigna, la savante s’engagea à sa suite pour en apprendre davantage, espérant que la blonde avait une idée d’où l’on pouvait trouver à Lorgol une boutique de fioles de… quoi que ce fut.
Sonjä la suivit jusqu’à la Taverne. Adonis n’était plus devant et la porte était ouverte, et pendant une seconde elle eut l’espoir que les propriétaires étaient de retour. Mais non. La kyréenne avança timidement jusqu’à la porte et écouta en silence le sermon de cette nouvelle venue qui semblait bien connaître les lieux. Puis, elle décida qu’il était temps pour elle de se manifester et frappa doucement contre le bois.

« Excusez-moi, » sa voix était timide, mais elle tâchait dans un même temps de paraître ferme. Elle prit un air le plus adulte possible, celui qu’elle servait à ses élèves lorsqu’elle évoquait un point essentiel dans son cours. « Je suis avec eux. Vous connaissez les propriétaires ? Je… Je peux payer pour les réparations, si c’est nécessaire. » Elle porta pour la énième fois sa main à sa bourse ; celle-ci était toujours là, et sa présence presque surprenante arracha un petit soupir de soulagement à la savante. « Écoutez, j’ai entendu votre conversation, dehors… Nous cherchons également l’origine des feux. Du moins, des indices. Peut-être pouvons-nous nous aider ? » Sonjä espérait sincèrement que la jeune femme oublierait vite la présence des deux adolescents dans la Taverne fermée et qu’elle n’en tiendrait pas rigueur pour une potentielle entraide.
« Adonis… Ne connaitrais-tu pas un endroit en ville où l’on peut se procurer une fiole, chez un alchimiste ou quelque chose comme ça ? » Les chances étaient maigres, pourtant il suffisait qu’il ait une connaissance à l’Académie spécialisée dans le domaine pour que l’évocation de ce genre d’échoppe ne lui soit pas étrangère. De son côté, Sonjä n’avait pas la moindre piste, mais il lui paraissait clair qu’ils ne retrouveraient pas un garçon précis à partir de sa description dans les rues d’une ville désormais sous la coupe de Crisinthe. A moins bien sûr qu'un des deux jeunes gens ne le connaisse personnellement.

Spoiler :
 


→ Sonjä : Stand by jusqu'au reboot









Sonjä bavarde en #1a6f49


Dernière édition par Sonjä de Sylvamir le Lun 4 Mar - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Adonis le Lys
Adonis le Lys

Messages : 253
J'ai : 16
Je suis : Etudiant en 4ème année à l'Académie - Mage de l'Automne - Illusion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Envers sa famille, ses amis et l'Académie
Mes autres visages: Anaïs Belécu
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyDim 3 Mar - 11:37

Adonis est un peu perdu. Ce n’est pas du tout habituel pour lui de se trouver de la sorte démuni. Le gamin ne sait pas vraiment si c’est du à ce phénomène étrange qu’il se produit sur Lorgol en ce moment ou si c’est cette sensation d’être pour l’instant tout bonnement inutile. D’ailleurs il se demande le jeune étudiant mage si tout n’est pas simplement une grande illusion. Il fronce les sourcils pensant qu’il faudrait être sacrément doué pour ainsi berner tout Lorgol.

Tiens d’ailleurs, ce phénomène touche-t-il uniquement cette ville aux mille facettes ou tout le monde ? Pris dans la spirale du temps, le gamin s’interroge réellement. Il va pour suivre la jolie rousse lorsqu’une voix l’interpelle. Il se retourne et reste figé face à la blondeur de l’inconnue… ressemblance frappante, le troublant complètement. Il reste bouche bée presque séduit et bredouille non sans avoir rougi préalablement à l’accusation dont il fait preuve « Euh pardon j’suis désolé »

La porte n’a pas du tout été enfoncée, certes c’est ce qu’il voulait faire au préalable, elle a été vraisemblablement ouverte par Eloise qu’il tente de protéger d’accusation pour le moins réelle. D’ailleurs avant même qu’il ne poursuivre l’enseignante commence à prendre sa défense. Cette fois-ci il est littéralement sans voix, elle la défendre lui ? Un mage ? Ciel… le monde a définitivement perdu la tête.

Puis l’adulte à son tour se décide à le prendre à parti. Il réfléchit aux données que les deux femmes lui ont apportées. Un gamin boutonneux, un alchimiste ; il n’est pas du tout porté sur la chimie encore moins sur les blondinets fréquentant les rues mais peut-être que ses connaissances des rues pourraient les aider ?

« Ouais j’suis désolé de c’quon a fait » désignant la fenêtre qu’il voit cette fois ci bel et bien fracturée et il enchaîne « Ca ne se renouvellera pas mais pris dans la volonté de comprendre ce qu’il se passe on a voulu chercher les origines de ces flammes et on a agi un peu abruptement ».

Il se retourne vers Eloise « Bon j’crois qu’elles ont raison on trouvera rien qui vaille ici ». En parlant d’alchimie, Adonis se souvient de ce qu’il a vécu en compagnie de Tim et d’Agathe ; la mention des adultes qui les accompagnaient serait inutile et il a plus envie de les oublier qu’autre chose. Il se rapproche de Sonja et de la nouvelle arrivée « J’connais pas du tout d’alchimiste, un apprenti forgeron ça oui mais un alchimiste non » il hésite à poursuivre avant finalement de se lancer « Par contre y’a un coin qui est craignos par ici, surtout dans la Ville Basse. D’ailleurs y’a des échanges bizarres qui s’font c’est dans ce quartier mal famé vers l’poney qui tousse ; peut-être que l’on pourrait aller voir ce qui s’trame par là bas ? » et il hausse les épaules « T’façon si on se trompe ça va recommencer non ? » Triste constat d’une journée sans fin ; les flammes vont probablement revenir une fois de plus du haut, du bas, peut être des deux à la fois il s’en moque le gamin puisqu’il est déjà dehors se retournant sur le bas de la porte « Allons y vous craignez rien j’maîtrise un peu l’illusion j’pourrai peut être faire quelques tours de magie pour nous sortir d’un mauvais pas ? » Il a repris ses esprits le jeune mage et se dirige rapidement vers cette auberge qu’il ne pensait pas du tout de suite fréquenter ; une rue, deux rues, une troisième avant de frissonner devant son but. Il se fait même bousculer par un gamin sur la fameuse épaule douloureuse et se retrouve à terre « Aïe mais vous pourriez pas faire un peu attention non ? » son but n’est pas si loin juste au bout de la rue là et il la désigne du doigt  « C’est juste là »

Spoiler:
 













Adonis s'exprime en : #0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
Peuple
Eloïse Brûmagie
Eloïse Brûmagie

Messages : 145
J'ai : 14 ans
Je suis : Voleuse - Orpheline à la rue

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Moi-même
Mes autres visages:
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyDim 3 Mar - 13:36

La petite rousse commençait à trouver tout ça légèrement excitant finalement. Elle avait l’impression d’avoir une mission et de jouer les aventurières qu’elle avait toujours voulu être. Elle se dirigeait avec Adonis vers la porte du fond lorsqu’une voix la fit se retourner et froncer les sourcils. Sourcils qui se haussèrent en entendant les excuses d’Adonis. Elle leva les yeux au ciel, elle n’avait pas besoin d’être materné.

- C’est bon, ça va redevenir comme avant, pas la peine d’en faire toute une histoire et c’est moi qui suis entrée la première. Et non, je connais pas de blond boutonneux qui se la joue… ‘fin si mais ça pullulent à Lorgol ce genre de gars.

Littéralement, rien que dans le quartier, il y en avait une demi-douzaine de différents âges qui pourraient correspondre à la description. Pas qu’elle les fréquente, mais elle traînait suffisamment souvent dans les rues pour finir par connaître quelques têtes. Elle lança un léger sourire à Adonis pour lui faire comprendre qu’elle pouvait s’en sortir. Il était gentil, mais elle était assez grande pour se débrouiller.

Une fois que Sonja arriva et prit leur défense, Eloïse écouta distraitement la conversation, sans intervenir. Elle se sentit soudainement bien inutile dans tout ça et ne fit qu’acquiescer. Mais elle fronça les sourcils lorsqu’Adonis parla du Poney qui Tousse. Elle tiqua lorsqu’il leur dit qu’ils feraient bien d’aller voir. Elle connaissait le coin, c’était mal famé et pas franchement un lieu qu’elle appréciait, c’était sale et les gens y étaient souvent peu agréables et intimidant, elle évitait l’endroit si elle le pouvait. Elle suivit malgré tout, jouant les ignorantes, parce qu’elle pensait pouvoir se rendre utile en leur évitant de se faire avoir. Elle ne connaissait pas la blonde, mais elle était presque sûre que les trois autres n’avaient aucune réelle idée dans quoi il s’embarquait.

Adonis semble s’être ressaisit, il parla de les aider à se tirer d’un mauvais pas si besoin. Eloïse retint un gloussement. Il était mignon, vraiment, elle le trouvait adorable à jouer les protecteurs. Lorsqu’il se fit bousculer par un gamin, elle n’essaya cependant pas de l’aider, il aurait pu mal le prendre, par contre, elle chopa l’enfant par le col pour l’empêcher de s’enfuir, l’ayant parfaitement reconnu, et elle tendit la main, ayant vu clair dans son jeu.

- Dépêche-toi Alf… j’imagine que tu aimerais partir…

- Merde Eloïse tu fais chier ! Je t’embête pas moi quand tu fais tes magouilles, alors pourquoi tu me gênes ?

- Tout va recommencer, tu n’auras rien gagné alors sois gentil.

- T’es chiante ! C’pas parce que t’es plus vieille que tu peux...

Elle lui lança un regard menaçant pour le faire taire et le gosse d’une dizaine d’année se tut avant de lui tendre la bourse qu’il avait subtilisée en soupirant. La rouquine hocha la tête et lança la bourse à Sonja, qui ne s’était probablement pas rendu compte du forfait.  Elle se tourna de nouveau vers Alf et lui offrit un sourire, se penchant vers lui, elle lui murmura une proposition alléchante.

- Si tu me renseignes, je te promets de glisser ton nom à Amanda et de donner de quoi lui faire un cadeau, t’en dis quoi ?

Les yeux du gamin s’écarquillèrent et il se redressa, très attentif. Eloïse sourit, les garçons étaient si facile à comprendre…

- J’ai besoin de savoir si tu sais si un garçon blond, boutonneux et fanfaron… arrogant si tu préfères, serait passé dans le coin et si tu avais entendu parler d’une fiole étrange. Parait que ça a à voir avec tout ça. Ça te dit quelque chose ?

Elle savait très bien que ce genre de choses circulait vite, surtout entre les gamins des rues, elle en tenait un, et pas le moins espiègle, donc elle avait ses chances. Elle jeta un œil à Adonis, lui demandant s’il allait bien, attendant patiemment la réponse du gamin.

687 mots:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 Tumblr_p0kmuiG4aR1r7iuwlo3_500





Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f6156374b564c374430646c5a73673d3d2d3533373638363337352e313531353330333235353336306165333730313932393130313132342e676966



Dernière édition par Eloïse Brûmagie le Dim 3 Mar - 14:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyDim 3 Mar - 13:52

Et le groupe s’engouffra au travers des rues sinueuses de Lorgol dans l’espoir de retrouver la source de cet incendie. Tous semblaient être d’accord quant à la direction à prendre, mais plus ils enfonçaient dans la Ville Basse, plus il était difficile d’isoler un endroit en particulier. La Taverne de la Rose ? Le Port Pirate ? Ailleurs ? Sans plus d’information, Isabeau ne pouvait plus faire grand-chose. Fallait-il attendre, maintenant ? Attendre de mourir à nouveau ? Cette simple pensée horrifiait la demoiselle mais ses camarades étaient tout aussi perdus visiblement.

A la surprise de tous, l’incendie revint comme la nuit précédente, mais d’un tout autre lieu. Le brasier était né au creux de la Ville Haute et s’était ensuite rapidement abattue sur toute la ville. La mort vint accueillir une fois de plus la Compagne entre ses bras, mais pour un instant seulement. Ses yeux s’ouvrirent une fois de plus, toujours dans ce même lit, cette même tour, cette même fichue ville ! Les habitants de tout Lorgol allaient-ils devoir revivre à jamais cette cruelle journée ? Que se passait-il ailleurs en Arven ? Tant de questions et si peu de réponses. Ce dont Isabeau était toutefois sûre, c’était que quelque chose de sournois et dangereux était à l’œuvre. Une magie interdite ? Ou bien savoir ? Quelques idées faisaient déjà sens, mais il était trop tôt pour conclure quoi que ce soit.

Persuadée que l’union faisait la force, la demoiselle se prépara hâtivement, s’empressant de rejoindre la place ou tout avait commencé. Comme elle semblait piteuse, cette Compagne, avec les cheveux tout juste noués, un corset mal serré et si peu d’artifices. Belle mais sauvage, un tout nouveau concept à explorer ? Sur le chemin jusqu’à la Ville Haute, les scènes de panique que la jeune femme dut observer à contrecœur étaient terrifiantes. Des gens s’enfuyaient par millier, trop inquiets pour rester. Peut-être qu’Isabeau aurait dû se joindre à eux. Partir tant qu’il en était encore temps. Mais elle voulait savoir. Sauver la ville. Cette ville qu’elle détestait tant.

Retrouvant Sönja et Adonis au point de rendez-vous, ces derniers ne perdirent pas un instant et s’élancèrent de nouveau à la quête de réponses. La Taverne de la Rose semblait faire l’unanimité. Le premier feu n’avait pu que commencer là-bas. Mais comment expliquer que la source même de ce brasier ait changé d’une journée à l’autre ? Était-ce vraiment pertinent de s’y rendre ? Se retrouvant finalement face à une porte fermée, les propriétaires s’étant probablement éclipsés comme tous les autres, Isabeau se joint à l’instructrice pour questionner les rares personnes qui restaient encore dans la rue.

Bien qu’infructueuses de prime abord, les oreilles indiscrètes des deux demoiselles obtinrent finalement la plus importante des informations. L’identité du coupable. Ou du moins sa description. La mystérieuse jeune femme à la crinière dorée les mena de nouveau à la Taverne, l’endroit semblant avoir été saccagé depuis le dernier passage de la petite troupe. Adonis et Eloïse… Ah la jeunesse. Isabeau ne put qu’approuver délicatement de la tête tandis que Sönja proposait de payer pour les réparations. Il était hors de question que ces deux adolescents soient punis alors qu’ils cherchaient simplement à sauver la ville.

-Il me semble plus qu’improbable qu’un jeune homme ait volontairement cherché à détruire toute la ville. La personne qui lui a vendu cette fiole est probablement le coupable, ou au moins l’une des personnes associées à ce complot.

Suivant sans perdre de temps Adonis jusqu’au Poney qui tousse, Isabeau en profita tout de même pour réfléchir à la situation. Quelque chose clochait. Plusieurs choses même. Elle espérait que cet alchimiste serait le bon, mais surtout qu’il parlerait aisément. Le temps pressait. Et l’incendie reviendrait bientôt, inéluctablement

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyDim 3 Mar - 14:01

Liselotte! Qu’elle était heureuse de la retrouver, de la voir toujours aussi charmante et charmeuse, malgré les événements! La jeunette la salua discrètement, lui laissant tout le loisir de goûter les lèvres de Melbren, même si la chose était particulièrement étrange et dérangeante pour la Belliférienne exilée qu’elle était. Et Théodore aussi, bien qu’elle sentait - sans doute à tort - le regard du couturier désapprouver sa tenue toute sobre, lui qui avait créé une merveille pour la sublimer. Lorsque Liselotte demanda de se joindre à eux, Agathe se contenta d’acquiescer en leur emboîtant le pas.

- Nous avions déniché une fiole, il y a quelque temps, au détour d’une promenade au marché. Dès qu’elle a été ouverte, elle nous a entraîné dans un rêve, ou un autre monde. Je crois que la marchande dit vrai, et que toute cette scène peut provenir d’une toute petite relique. Si tel est le cas… Si nous trouvons la fiole, il faudra savoir qui a pu la transporter jusqu’ici sans risque et, surtout, comment s’en débarrasser.

Comment s’en débarrasser sans menacer leur vie. La situation se répéterait encore et encore, Agathe s’en doutait bien, mais elle craignait que cette étrange boucle temporelle ne s’arrête, à un instant, et que les flammes soient définitives, tout comme leur mort. Alors elle pressa le pas, un peu, à peine, pour retrouver Théodore aux devants. Que pourrait bien la femme du cordonnier contre deux espions et une apprentie du Charme? La situation lui arracha un sourire, en dépit des horreurs qui viendraient bientôt, à la tombée du soir.

- Quelle jolie boutique... !

Aucun sarcasme, dans sa voix, alors que l’odeur du cuir glissait partout sur elle. Il y avait dans l’échoppe une parcelle de Bellifère, de ses origines, qui la rendait irrésistible aux yeux d’Agathe. Ses prunelles se désintéressèrent bien vite des clients et marchandises pour chercher une femme pouvant prétendre au titre - prestigieux ou non - de femme de cordonnier. Puis les questions défilaient bientôt, après l’avoir complimentée avec enthousiasme. La scène d’hier. La fiole mystérieuse. L’identité des femmes l’ayant trouvée. Des détails douteux.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 3:43

La commerçante partage ce qu'elle sait sans difficulté, contrairement à d'autres personnes qui n'ont pas eu la même patience ou bienveillance envers vous. Tu restes focalisé sur elle, buvant chacune de ses paroles. Tu as peur que vous repartiez les mains vides, vu ses premiers mots, mais Agathe et toi découvrez rapidement qu'elle en sait bien plus que toutes les autres personnes interrogées réunies. Tu sens l'adrénaline fuser dans tes veines alors qu'elle vous révèle ce que Mme Brodequin a vu. Tu te penches vers elle quand elle baisse la voix, comme si elle allait vous révéler le secret ultime – vu les circonstances, c'est possiblement le cas.

Elle vous apprend des choses utiles, même si tu dois rediriger plus ou moins subtilement la conversation. Un hochement de la tête, un sourire que tu veux charmeur et une phrase bien placée la remette sur le droit chemin sans qu'elle n'en soit offusquée. Tu échanges un regard amusé avec Agathe, ton attention retournant bien vite sur la commerçante.

Une fiole. Ouverte par une dame noble. Puis le feu. Ton regard croise à nouveau celui d'Agathe, plus sérieusement cette fois. Un artefact magique. Dévastateur, qui plus est. Qui change d'endroits tous les jours. Il vous faut absolument parler à cette madame Brodequin. La commerçante vous propose ensuite ses savons. Elle mentionne aussi « ta douce moitié ». Tes pensées se tournent subitement et brièvement vers Bastien, avant que tu ne réalises qu'elle parle d'Agathe. Tu restes pétrifié un instant, quand tu réalises ce qu'il vient de se passer dans ta tête, puis tu enfouis immédiatement ta confusion, ta gêne et ton trouble loin, loin, loin parce que… parce que. Tu souris ensuite, amusé, devant le malentendu. « Pour l'instant, le temps presse, ma dame, mais je repasserai une fois toute cette affaire réglée. Comptez sur moi. » Tu inclines légèrement la tête, prêt à la remercier, quand une voix qui ne t'est pas inconnue résonne.

Tu te tournes et découvres Liselotte ainsi que Théo, et ton sourire s'agrandit. Tu plisses les lèvres à la mention des manteaux et devant l'air contrit de la commerçante. Tu laisses échapper un gloussement discret quand Théodore entre en action et sourit de plus belle au clin d'œil. Tu secoues doucement la tête alors qu'à ton tour, tu remercies sincèrement la dame, qui s'éloigne sans demander son reste. Tu te fais définitivement la promesse de revenir la voir si… quand le feu sera évité et que le Temps aura repris son cours normal.

Tu laisses Liselotte déposer un baiser chaste et amical sur tes lèvres, comme elle a coutume de le faire depuis de nombreuses années. « Le plaisir est partagé, ma chère. » Tu reportes ton attention sur Théo pour lui montrer que tu t'adresses aux deux Passefil. Tu vois ta douce Agathe acquiescer à la demande de la couturière, tu renchéris donc : « Bien évidemment. Nous ne serons jamais de trop, vu l'ampleur de la tâche. » Puis tu suis votre petit groupe nouvellement formé.

Aux paroles d'Agathe, tu écarquilles d'abord les yeux. Tu te promets de lui poser des questions à ce propos quand vous en aurez l'occasion. Tu acquiesces à haute voix au reste de ses paroles. « La dernière partie risque d'être plus compliquée à réaliser, mais chaque chose en son temps. D'abord : la retrouver. Agathe finit par se calquer sur le rythme de ton ami, alors tu en profites pour glisser à Liselotte : Il nous faudra trouver un moment pour échanger, après tout cela, mon amie. Cela fait bien trop longtemps. »

Une fois à l'intérieur et la femme trouvée, Agathe se charge de lui poser différentes questions, auxquelles tu te permets d'ajouter : « Peut-être sauriez-vous dans quelle boutique cette fiole a été achetée ? » Tu croises les doigts intérieurement pour que ce soit le cas. Que vous ayez une piste encore plus concrète à suivre. Après tout, vous avez encore du temps devant vous avant que le feu ne se déclare. En espérant qu'il ne se déclare pas plus tôt que les jours précédents.


Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B














Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Tyr Parle-d'Or
Tyr Parle-d'Or

Messages : 813
J'ai : 42 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyLun 4 Mar - 19:00

Jamais deux sans trois, il paraît.
Je me réveillai à nouveau en sursaut, le souffle court. Cette fois, le doute n’était plus permis. J’étais mort et re-mort. Ce n’était pas seulement un cauchemar, une vague impression de déjà-vu… C’était la réalité. Je me retournai vivement, quand on frappa à ma porte. Ça, c’était nouveau. Les interrogations de la veille – devais-je réellement dire la veille ? – était partie des pavés de la Cour des Miracles, mais ne m’avaient pas poursuivies jusque dans mes quartiers.

Je me levai prestement, avec le besoin impérieux de changer cette routine déjà bien installée en deux journées à peine, qui s’étaient produites avec un schéma fort similaire. Je pris ma tenue souple de voleurs, grise et passe-partout, en lieu et place de celle prévue pour l’occasion. J’ouvris la porte avec fracas. « Quoi, encore ? » Un Voleur me faisait face, les yeux grands écarquillés, comme s’il regardait la mort en face. Sans doute parce qu’il l’avait déjà vu, parce qu’il avait déjà brûlé lui aussi, à deux reprises. Je peinai à respirer rien qu’à ce souvenir cuisant (c’était le cas de le dire), mais céder à la panique maintenant nous condamnerait tous une nouvelle fois.

Et, une nouvelle fois ? On avait encore moyen d’agir. Le passé, le présent et l’avenir se confondaient maintenant. Ce qui s’était déjà produit se reproduisait, dans une boucle infinie, qui n’appartenait qu’à nous de bouleverser. « Les Voleurs se rassemblent, dans la Cour… C’est la panique, Second. » Je le pris par l’épaule, presque soulagé d’entendre ça. « Les choses vont changer. On va s’en assurer. » Car elles avaient déjà commencé à se mettre en marche. Dans le regard hésitant du Voleur, je lus une résolution nouvelle. Il buvait mes paroles, celles de Parle-d’Or.

Nous étions des audacieux, des imprévisibles.
Et le temps nous mettait au défi de le voler.

~~~~

Sur les pavés des Miracles, l’ambiance de fête avait été remplacée tout d’abord par des visages soucieux et incertains la première fois, puis désormais par un élan de panique générale difficile à contrôler, même pour moi. J’avais déjà géré quantité de crises, au sein de la Cour des Miracles, en tant que maître-voleur puis second des Ombres… Mais celle-ci dépassait mes craintes les plus folles. Le temps lui-même qui nous jouait des tours ? Bien sûr, c’était déjà arrivé une fois, mais je m’étais retrouvé seul en plein désert. Là, c’était différent.

Tous leurs regards se retournèrent vers moi, quand je fis irruption, et je savais ce qu’ils attendaient tous que je leur annonce… Que j’avais une solution. C’aurait été prétentieux de leur annoncer que oui, même pour Tyr Parle-d’Or. Je les invitais donc au calme, laissant de côté leurs doléances pour nous concentrer sur l’essentiel, là où nous excellions : La recherche d’informations.

Et bientôt, ce fut le branle-bas de combat. Chacun savait ce qu’il devait faire, mendiants, voleurs ou espions, et s’attelaient à résoudre ce mystère avec l’énergie du désespoir… De ceux qui savaient qu’ils allaient bientôt mourir, si nous ne trouvions pas rapidement le responsable de ces incendies.

Je restai à la Cour des Miracles pour centraliser toutes les informations, couvant progressivement une migraine face à toute cette cacophonie. Une simple fiole serait responsable de ces incendies, qui se serait trouvée à des endroits bien différents, à chaque fois que la réalité s’était déformée. Evidemment, nous n’avions pas, à chaque fois, reproduit le schéma de la veille. « Le Destin nous met au défi de réaliser le plus grand vol de tous les temps… Celui de le prendre de vitesse pour nous empêcher à tous un destin funeste ! Le premier a trouvé cette fiole devra s’assurer de la traiter avec toutes les précautions possibles et la remettre d’urgence à nos mages et savants pour qu’ils la désamorcent à temps. Que le meilleur voleur l’emporte, nous lui devrons tous la vie ! » Enfin… Au moins pour une journée. Remettre l’ordre du temps viendra ensuite, n’est-ce pas ?

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 TitreTyr1
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 QTGsqxW0_o
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 CoffreChef
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 LabyrintheCuriosite
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 LendemainFeu
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Lancelot l'Adroit
Lancelot l'Adroit

Messages : 979
J'ai : 29 ans
Je suis : fabricant d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Liry Mac Lir, Anwar Sinhaj et Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 16:30

Je me réveillai dans mon lit à Lorgol.  Le cauchemar se répétait. Cette fois je ne laisserais pas les choses tournées mal encore une fois.  Je sautai en bas du lit et m'habillai à la hâte, sans prendre la peine de m'assurer d'être présentable.  Je cognai rapidement à la chambre d'Ygraine, la pressant d'en faire de même.  Elle aussi affolée, il fallut que j'entre et que je lui lance les vêtements pour qu'elle  ne reprenne ses états d'esprit.  Pendant qu'elle se changeait, je dévalai les marches jusqu'à l'atelier et récupérai l'abeille sans prendre le temps de remettre en état mes possessions comme la dernière fois.  Je récupérai des fleurons, suffisamment pour prendre un portail que je remis à une Ygraine bien moins joliment parée qu'à l'habitude, légèrement échevelée, et lui ordonnai de prendre le premier portail qu'elle trouverait pour Automnal.  Je l'y rejoindrais plus tard en compagnie d'Agathe.

Agathe qui ne vint jamais à la boutique.

Les heures tournaient sans le moindre signe de ma fiancée.  J'attendais, par crainte qu'elle n'arrive que peu après que je n'aie quitté la boutique.  Mais au bout d'un moment, il fallut me résoudre à la vérité : elle ne viendrait pas.  Elle avait exprimé le désir de connaître la source de ce feu et si elle n'était partie avec moi, ce n'était qu'en raison des dures paroles d'Aubrée.  Je ne pouvais comprendre sa détermination à vouloir en apprendre plus sur quelque chose qu'elle ne pouvait pas contrôler.  J'eus préféré qu'elle prenne en compte sa sécurité avant tout, mais tout autant pouvais-je l'aimer ardemment, je ne pouvais lui imposer mes choix et mes décisions.  Agathe n'était pas une simple poupée de chiffon sans volonté.  Pourtant, une part de moi ne pouvait s'empêcher de ressentir quelque ressentiment en la sachant prendre volontairement de tels risques sans considération pour la peine cruelle que me causerait sa perte, les choses dussent telles tourner mal.

Et c'est peut-être ce qui me résolut à partir.  Je quittai la boutique en prenant soin de la verrouiller à clef, c'était peut-être inutile si elle devait être ravagée par les flammes.  La rue était déserte sauf pour quelques passants qui fuyaient en courant.  Discrètement, mes doigts se posèrent sur l'abeille.  Je regretterais sûrement ce que j'étais en train de faire, mais c'était la seule option.

Les recherches furent longues, mais pourtant courtes.  Elles durèrent longtemps pour moi, mais pour les autres peu de temps s'était écoulé depuis que j'avais inséré la clef dans la serrure des Merveilles Adroites.  Elle était là avec Melbren, Liselotte et Théodore.  Je ne saurais décrire ce que j'ai ressenti devant cette scène, mais il n'y avait pas de temps à perdre.  Si je voulais l'éloigner du danger sans brimer ses désirs… il ne me restait qu'une chose à faire.  J'entrai dans la boutique.

« Melbren. »  Ma main se tendit et attrapa le bras de l'inventeur.  D'un coup d'oeil fatigué par toutes ces pérégrinations à travers la ville pour suivre la trace d'Agathe – heureusement un espion trouve aisément de l'information – je l'invitai à me rejoindre pour un court aparté.  « Liselotte, Agathe, saluai-je les dames avant de faire une révérence à la tenancière de la boutique, Je vous le ramène tout de suite. »

Sans plus de façon, j'attirai Melbren légèrement à l'écart et lui pointai la poche de mon pourpoint.  « J'ai l'abeille.  Servons-nous en pour trouver ce que vous chercher et partir au plus vite si les choses tournent mal.  C'est grâce à elle que j'ai pu fouiller la ville et vous trouver.  J'ai travaillé pour l'améliorer au cours des dernières semaines.  Mais je ne veux pas  qu'Agathe sache que je suis en possession d'un tel objet, ni personne. »  Mon ton était sérieux.  J'espérais que Melbren comprendrait et qu'il accepterait.  Un peu plus de temps nous serait d'une grande aide.

Spoiler:
 






Lancelot parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
Gaëtane de la Volte
Gaëtane de la Volte

Messages : 1645
J'ai : 34 ans
Je suis : Duchesse de Cibella, mage du Printemps (entrave), membre de l'Ordre du Jugement (responsable de la chancellerie de Cibella)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À son duché Cibella et Faërie, à Gustave et Lauriane de Faërie, à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 16:50

Même schéma comme une ritournelle qui tourne sans fin.

Le réveil. Toi, qui cherches désespérément ta fille dans votre tour à Lorgol. La voir mourir sous tes yeux. Ce sentiment d’impuissante qui te ronge de l’intérieur - tu ne le supportes pas. Et pourtant, comme la veille, Livia insiste pour y retourner avec encore plus d’engouement cette fois, elle veut rejoindre le groupe avec la jolie jeune fille à la chevelure flamboyante, avec Adonis, et la belle dame. Toujours le même soupir. Tu dis à Eole de te suivre et vous voilà repartit. Tu ne peux rien lui refuser et quelque chose en toi aimerait comprendre comment vous vous êtes retrouvées dans cette boucle sans fin, cette boucle éternelle qui se répète jour après jour. Tu ne comprends pas pourquoi cette fois le second feu est partie de la Ville Haute - vous l’avez vu arrivé sur vous, il n’y a aucun doute. Comment ? Pourquoi ?

Les voilà tous trois parties pour la place où ils avaient rendez-vous, puis vers la Taverne de la Rose ; que tu ne connaissais pas et que tu jaugeais vraiment négativement l’endroit rien qu’à la façade. Tu trouvais cet endroit sale et tu te demandais vraiment ce que tu faisais là. Tu étais plus réservée et du côté d’Isabeau ; toujours dans la retenue. Livia restait à tes côtés, même si elle mourait d’envie d’aller avec Adonis et Eloïse. Tu refusas. C’était trop dangereux. Depuis le début, tu étais persuadée qu’il aurait mieux fallu fuir en Cibella ; dans ton fief, en sécurité. Tu suivis Isabeau et si auparavant tu ne te serais jamais abaissée à interroger les passants. Voyant que Livia s’y hasarda, tu lui prêtas main forte.

Tu acquiesçais de la tête les paroles de tes comparses. Le temps manquait et vous deviez vous dépêchez. Tu haussais les sourcils face à ce petit homme (Adonis) qui s’imaginait protéger le groupe avec son pouvoir d’illusion. Tu ne répondis rien, mais si attaque il y avait ton entrave serait d’autant plus efficace pour vous sortir d’un mauvais pas qu’un petit magicien en herbe qui ne devait pas maîtriser encore totalement sa magie.

« Je maîtrise la magie d’entrave, tu n’auras pas à nous sortir d’un mauvais pas. Et quand bien même, puisque la journée tourne en boucle même s’il nous arrivait quelque chose, on peut supposer que tout serait effacé le lendemain. »

Tu n’étais tout de même pas rassurée de suivre le groupe et de vous enfoncer encore un peu plus dans la Ville Basse, aux alentours du Poney qui tousse. En alerte, tu surveillais les alentours et espérais dénouer le mystère du feu.

Spoiler:
 


« Gaëtane, déesse des Morues, sainte Patronne des Opportunistes :sisi: »
Gaëtane :darkred / Eole : darkblue

Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 620681ChienDeBerger
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 Z6jWz9PB_o
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 1529168664-jesuisducoteobscurdarven
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 LabyrintheBoum
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
Cassiopée Avirel
Cassiopée Avirel

Messages : 282
J'ai : 28 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 17:45

Cette fois, elle ne tomba pas du lit.... En vérité, elle avait même essayé de ne pas dormir, mais étrangement, le sommeil l'avait prise malgré tout. Quelque chose ne tournait pas rond, enfin si, ça tournait même plutôt en cercle, en...boucle. Elle s'habilla en un temp record et dévala les escaliers menant aux rues de la ville sans même un petit déjeuner. Elle était sûre de revoir les visages de la veille...ou peu s'en fallait. Cela étant, elle ne connaissait personne...Difficile de faire la conversation sans passer pour une foldingue si jamais il n'y avait qu'elle pour ressentir la boucle...ou s'en rendre compte...Quoique non, ce n'était pas possible...Si ? Diantre, elle ne savait plus !

Et le spectacle de la rue...Dissipa ses doutes. C'était la panique. Lorgol se vidait. Cassie était très fortement tentée de faire pareil mais...Sa curiosité, quitte a mourir dix fois de suite, l'empêchait de sauter par le premier portail...Et de toute façon, si cela se trouvait, elle reviendrait tout de même ici le lendemain matin. Alors elle se fondit dans la foule, cherchant avidement des yeux les visages déjà maintes fois entrevue. Ce qui la confortait dans son intuition était que les actes de certains ne changeaient pas mais d'autre se faisaient surprenant. Comme ce voleur que, la veille encore, elle avait vu mendiant aux pieds d'une Tour. Non, cette fois ci, il semblait agir avec un but...Intriguée, Cassie le suivit des yeux tandis qu'il subtilisait avec adresse une étrange fiole d'aspect somme toute ordinaire. La jeune mage fronça les sourcils. Pourquoi ?

En manque d'information, elle déploya son pouvoir, errant par ci et par là, agrippant ici un mot, là une phrase, tentant de démêler le faux du vrai...Chose difficile a faire, mais une chose était certaine, elle n'était pas la seule a vivre cette boucle et...ils cherchaient quelque chose. Le mot fiole revenait souvent ou peu s'en faut, disons que l'entendre et voir ce voleur a l'acte....Mais calmons nous...Si cela se trouvait, ce n'était que son imagination qui s'envolait en galopant. Il fallait prospecter plus avant, s’immiscer un peu plus dans les conversations...Au risque d'une migraine carabinée.


Spoiler:
 




il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
PNJ • Admin
PNJ • Admin
Le Destin
Le Destin

Messages : 1320
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptyMar 5 Mar - 21:24




Chroniques d'Arven

Intrigue 4.2

L'Éternel Lendemain

31 mars 1004



Intrigue animée par Lemon Tart


L'Inéluctable Brasier

Au coeur de la Ville Haute, la femme d'un cordonnier se trouve fort flattée d'être l'objet de tant d'attention. Elle glousse et elle potine gentiment avec la demoiselle aux cheveux d'or, si mignonne, qui apprécie tant le travail de son humble époux. Sa langue se délie aisément, elle leur parle de la veille, de ces dames nobles, de leurs allées et venues quotidiennes car elles vivent non loin, à quelques tours de là. Celle qui a acheté la fiole avait un nom fleur, comme Gentiane ou Dahlia. Avec ces informations en tête et une abeille arrivée fort à propos, la petite troupe s'en va parcourir la Ville Haute à la recherche de cette dame au nom fleuri. Quelques mendiants très bien renseignés leur indique une tour dans laquelle elle semble s'être enfermée pour la journée, traumatisée par la veille. Ce n'est qu'après bien des minutes à frapper à sa porte qu'elle daigne se montrer, puis il lui faut autant de temps pour répondre à leurs questions ; oui, elle a acheté une fiole, oui, celle-ci semble avoir libéré les flammes qui ont tout consumé sur leur passage. Elle finit par leur révéler l'emplacement de l'état du marchand, quelque part à l'orée de la Ville Haute.

***

Au coeur de la Ville Basse, c'est un autre groupe qui se presse pour démêler le noeud de cette affaire. Ils ont pour seul indice la description d'un jeune garçon, mais heureusement, ils se trouvent à un endroit qui pourrait bien leur révéler ce qu'ils ont besoin de savoir. Le Poney qui Tousse est réputé mal famé, mais il est également une plaque tournante où les mendiants savent tendre l'oreille. Quand un gamin des rues est questionné - quelque peu agressivement - par une jeunette à la chevelure de flammes, il indique rapidement l'endroit où peut se trouver le garçon qu'ils recherchent. Il ne serait que le fils d'un boucher du coin, un peu crétin, mais pas mauvais. Alors ils ne tardent pas, ils s'y rendent prestement, sans perdre un instant. Et ils le trouvent enfin, terré dans l'échoppe de son père, le regard absent. Il sursaute même à leur arrivée, balbutie face au flot de questions qui le submergent. Il a bien acheté une fiole la veille, oui. Une fiole terrible qui a tout brûlé sur son passage. Il en pleure quand il en vient à décrire où il l'a trouvée, sur l'étal d'un marchand, à l'orée de la Ville Basse.

***

Un marchand sifflote une mélodie guillerette à son étal. En face, les autres marchands semblent avoir déserté, la ville se fait bien silencieuse alors que le soleil entame lentement sa descente dans le ciel et disparaît derrière les tours de la ville. Son regard se port sur l'horizon, avec inquiétude. Il a peur de ce qu'il va arriver, mais il ne peut se résoudre à laisser tout ce qu'il a derrière lui. S'il doit mourir à nouveau, ce sera avec ses maigres richesses, nulle part ailleurs.

Il voit alors de nombreuses personnes approcher, une dizaine de visages soucieux l'observer avec attention. Et ils s'adressent à lui, avec empressement. « Une fiole ? Bien sûr que j'en ai, j'en ai des douzaines ! Mais elles ont toutes été vendues pour aujourd'hui, braves gens. Repassez demain. » Ou ce matin.

Trop tard. Ils sont arrivés trop tard. Et les dieux seuls savent où cette fiole peut se trouver, au coeur de cette jungle urbaine, alors que la nuit tombe. L'un d'eux le fait remarquer d'ailleurs, raison pour laquelle le jeune Séverac fait à nouveau usage de son abeille pour faire fuir tout le monde vers le port le plus proche. Là, ils montent tous sur un bateau encore à quai et ils s'éloignent de la terre, au moment où les flammes s'élèvent vers le ciel une nouvelle fois.

***

Et tout recommence.
Mais cette fois, ils savent ce qu'ils doivent faire.
Ils doivent trouver cette fiole avant qu'il ne soit trop tard.




Quatrième Tour

Consignes



IRL : du mardi 5 au mardi 12 mars (18h).
IRP : le 31 mars 1004, toute la journée, jusqu'à minuit (3ème retour)

• Ce topic concerne les personnages inscrits à l’intrigue au préalable (Adonis, Agathe, Aubrée, Cassiopée, Gaëtane, Isabeau, Lancelot, Liselotte, Melbren, Sonjä & Tyr). Si ce n’est pas votre cas, un petit MP au Destin et nous verrons si vous pouvez intégrer le groupe en cours de route !

• Vous l'avez bien compris, vous êtes morts. :stare: (enfin, pas les braves enquêteurs qui se trouvaient tous au même endroit en fin de journée, quelle coïncidence :eheh:) Mais pas de panique, vous êtes revenus. :haww: La journée a encore redémarré à zéro (de minuit à minuit) ! Pour l'expliquer plus simplement, Lorgol a brûlé entièrement et, à minuit, le temps s'est inversé et vous a tous ramenés 24h en arrière et vous vivez un jour sans fin (Vous voyez le film "Le Jour de la Marmotte" ou l'épisode du jour sans fin dans Supernatural ou dans Stargate ? Ben pareil. :geu: ).

• Le retour dans le temps concerne tout le continent. Vous en êtes tous conscients. Vous remarquerez donc très vite que des petites choses ne seront pas tout à fait les mêmes. Mais il y aura des événements qui auront tout de même lieu de la même manière, car c'est ainsi que se déroulent les choses. Pour pimenter un peu vos RP, vous pouvez mentionner un petit déboire qui arrive à votre personnage et qui, quoi qu'il fasse, surviendra à chaque fois. Par exemple, se cogner le petit orteil contre un meuble ou se faire voler sa bourse (dédicace à Sonjä :red:).

• Le tour couvre la journée du 31 mars (encore, encore, encore :arrow:), du moment où vous vous réveillez au moment où le jour va à nouveau redémarrer à zéro, en passant bien entendu par les flammes de l'enfer. :geu: Libre à vous d'agir comme bon vous semble, tant que le tout reste cohérent. Pour toute question, je suis évidemment disponible. :eheh:

• Vous avez découvert qu'une fiole était derrière toute cette histoire ! Le marchand l'avait malheureusement déjà vendue quand vous l'avez abordé. :argh:

• Au quatrième matin, les gens paniquent, c'est le chaos dans les rues. Les étals sont pratiquement abandonnés, sauf par quelques courageux.

• Le premier feu a démarré à la Taverne de la Rose, le second a démarré au conseil des échevins, le troisième a démarré dans une tour de la Ville Haute.

• Vous devez retrouver la fiole avant qu'elle ne soit ouverte par quelqu'un d'autre !

• Si le Destin ne vous donne pas une information spécifique concernant cette fiole (ou tout autre indice), merci de ne pas inventer. Ca pourrait amener vos camarades sur une fausse piste. :sisi:

• Le Carnaval des Miracles est un grand événement qui se déroule chaque année à Lorgol et dure trois jours. Vous pouvez avoir plus d'informations dans l'annexe de la Cour des Miracles, onglet fonctionnement.

• Les flammes sont très hautes, plus hautes que les tours. Le feu ne peut être éteint à l'aide de magie ordinaire.

• On est en fin mars dans les terres du nord, il fait encore froid et il a neigé la veille (le feu vous réchauffe un peu, bon :geu:).

• Vous pouvez poster plusieurs fois dans un tour, mais veillez toujours à laisser deux personnes répondre entre deux de vos interventions.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

• Consultez régulièrement le QG de l'intrigue, au cas où. :oui:

Bonne chance, dragonnets ! :angel:






♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants • Modo
Les Savants • Modo
Melbren de Séverac
Melbren de Séverac

Messages : 5419
J'ai : 27 ans
Je suis : inventeur, baron de Vivessence, savant en mécanique (spé. engins) et mage de l’Été non diplômé (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme, sa famille et Sombreciel
Mes autres visages: Géralt d'Orsang
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptySam 9 Mar - 0:24

Tu sursautes quand quelqu'un attrape ton bras et te tournes vers la personne, les sourcils froncés, avant que ton visage ne montre que de la surprise. « Oh, Lancelot. » Vu les événements de la veille, tu es étonné de le trouver ici, durant votre enquête. Tu le suis cependant sans problème après avoir incliné la tête à l'adresse de la femme du cordonnier pour excuser ton départ. Tu hoches la tête au début de ses explications. Tu fronces les sourcils au passage sur Agathe, mais tu ne fais aucun commentaire. « Je peux m'en charger, si tu le souhaites, ne t'inquiète pas. »

Après avoir récupéré l'abeille, vous retournez auprès de votre groupe et arrivez à temps pour entendre une partie du récit. Tu remercies grandement la dame et vous voilà de nouveau à enquêter pour trouver cette noble au nom évoquant les fleurs. Vous y parvenez et elle consent à vous parler de ce qu'il s'est passé la veille. C'est en effet la fiole qui contenait le feu dévastateur. Tu lui adresses quelques mots que tu espères rassurants et vous prenez le chemin de l'étal qu'elle a mentionné. Sur place, cependant, vous réalisez qu'il est trop tard car le marchand a tout vendu. La ville va brûler à nouveau. Le point positif est que vous approchez du but. Demain, vous arriverez à temps et peut-être que vous empêcherez la catastrophe d'avoir à nouveau lieu. Tu l'espères fortement. En attendant, vous devez vous mettre à l'abri. Vous faites à nouveau usage de l'abeille, cette fois accompagnés d'autres enquêteurs comme vous, et vous filez vers le bateau le plus proche.

Une fois à l'abri, au large, tu observes la ville être dévastée par le feu et tu pries pour qu'aucun de tes proches n'ait été pris au piège ce soir. Tu en profites, malgré l'ambiance et les événements, pour proposer aux autres de se retrouver demain matin, au plus tôt, devant la boutique des fioles, pour s'assurer qu'elle ne sera pas ouverte par quelqu'un d'autre.

***

Troisième répétition.

Tu te présentes devant l'étal le plus tôt possible, malgré le chaos ambiant. La boutique n'est pas encore ouverte, alors tu patientes devant. Tu salues ceux qui arrivent et tu échanges quelques mots avec ceux disposés à parler. Quand, enfin, l'homme apparaît, tu t'approches de lui sans tarder. Après un coup d'œil aux autres, tu prends la parole : « Le bonjour, monsieur. Comme discuté hier, nous revoilà pour la fiole. » Tu lui offres un sourire poli et lui donnes la description qui vous a été donnée par la marchande de savons. « D'apparence peu couteuse, toute délavée, à l'aspect passablement usé. » Tu te tournes ensuite vers les autres, pour que l'un de tes camarades ajoute des informations ou que l'une des personnes du groupe que vous avez rencontré la veille puisse expliquer ce qu'ils ont appris de leur côté ou .


Spoiler:
 



Melbren #531E57 – Lichen #A3581B
















Dernière édition par Melbren de Séverac le Sam 9 Mar - 2:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
La Cour des Miracles
Agathe de Vigdir
Agathe de Vigdir

Messages : 3857
J'ai : 19 ans
Je suis : morte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 EmptySam 9 Mar - 2:44

C’était plus sournois qu’une colère belliférienne, que les bouteilles lancées d’un bout à l’autre de la cuisine. C’était plus insidieux que les crises flamboyantes de son père, que les gifles qu’elle avait reçues. Mais étrangement, Agathe se sentait aussi mal. Peut-être même plus encore. Lancelot était mécontent, elle le sentait, elle ressentait qu’elle avait fauté, qu’elle l’avait déçu, sans toutefois savoir où, précisément. Et sur le pont du navire, les yeux rivés sur Lorgol qui bientôt brûlerait en entier, mille fois au moins la jeunette avait maintenu cette envie farouche de lui demander de la frapper. De la corriger. Ce n’était pas le moment, ce n’était pas l’endroit, et Lancelot serait sans doute plus mécontent encore de sa demande.

Alors que tant de gens perdaient à nouveau la vie, que Hallebarde souffrait atrocement, prisonnier de sa tour, Agathe songeait à ce que cette journée lui avait rapporté en information. Demain, il le faudrait bien, elle se lèverait aux aurores, elle glisserait sa clé précieuse dans son corset et elle irait cambrioler le marchand. Toute seule s’il le fallait.

Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 Divide10

Elle s’était réveillée en sursaut, les yeux ronds, et le petit matin était déjà installé sur Lorgol. Stupéfaite qu’aucune aube ne se soit fracassée sur son museau pour l’extirper de ses songes agités, l’apprentie avait enfilé la première robe venue - fort jolie bien qu’Agathe n’ait pas pris un instant pour admirer ses broderies délicates -, empoché sa clé magique et avait dévalé l’escalier d’un seul souffle. Il y avait bien une domestique qui courrait à sa suite pour ajuster ses boucles, mais la mignonne ne s’était qu’à peine arrêtée pour lui permettre de la rendre présentable. Dès que l’occasion s’était présentée, et après avoir ordonné à la vieille femme de quitter Lorgol dès que possible, Agathe s’était enveloppée de sa cape et avait traversé l’allée d’un pas pressé sans un regard pour personne. Le chaos se voyait déjà, malgré le matin encore jeune. Les étals semblaient déjà abandonnés, des gens courraient autour d’elle, comme elle. Une folie faite de petites solitudes. Mais il était encore temps de se présenter avant le marchand! Il était encore temps de s’introduire chez-lui, dans son commerce, et de prendre cette fiole maudite!

- Melbren…?

Elle s’était arrêtée devant la boutique, le souffle un peu court, surprise d’y trouver déjà quelqu’un. Voir son ami fantasque et étourdi être aux premières loges lui arracha un sourire, en dépit du tragique de la situation. Au moins, il ne se faisait pas malmener, aujourd'hui. Un sourire léger comme un moineau, la mignonne ouvrit sa main devant lui pour lui présenter une clé toute simple, semblable à celle d’une maison de poupée. Elle s’apprêtait à s’expliquer, à prendre parole, alors qu’un homme s’approchait d’eux calmement dans l’effervescence ambiante. Le marchand! Agathe cacha sa clé à la hâte, alors que Melbren abordait leur seule piste d’une question.

- C’est une femme de bonne naissance, une noble dame, qui aurait acheté cette fiole, Monsieur. Votre clientèle doit connaître de bien grands noms, mais j’espère de tout coeur que cette fiole et cette dame auraient su attirer votre attention...? C'était lors de la journée du second incendie.

Elle approchait leur hauteur, la clé mystérieusement disparue, puis offrit au commerçant un papillonnement de cils fort charmant, l’encourageant à sa manière à se faire bavard.

Spoiler:
 


Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 1528994804-agathe








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier   Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 4.2 • L'Inéluctable Brasier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives V.1 :: Archivum des RP :: Intrigues / RP express / missions-
Sauter vers: