AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 533
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Rose Ecarlate et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 6 Sep - 13:45

8-9 septembre :

Ca y est. Le vide. Complet. Total. Les abîmes profond de la solitude l'enlace. C'est fini.

-Non, non... noooooooon...

Sanglotant, Abi tient Titou dans ses bras. Elle le serre, l'enlace, projette son esprit contre le sien pour se heurter au Rien. Au Vide. Un désespoir immense s'empare d'elle, la frappe tel un boulet de canon. Titou est là, bien dans ses bras, bien consistant mais la flamme de son esprit s'est éteint. Elle ne le perçoit plus, ne le sent plus. Elle est seule.
Totalement seule.
Abi étouffe un cri de désespoir. Mais la solitude, les larmes, la fièvre. C'est trop. Beaucoup trop pour elle. Son corps s'embrase. Mue par une impulsion soudaine, elle pose délicatement Titou sur le sol et se lève. Péniblement. La tête lui tourne. Les membres sont tremblants. Fragiles. Mais elle se lève. Du coin de l'oeil, elle voit qu'elle n'est pas la seule. Elle entend des sanglots, elle voit regard hagards, des liens brisés. Le désespoir.
L'Ordre. Tout ça c'est l'Ordre. C'est l'Ordre qui veut les décimer, qui a semé la maladie.
Une ombre se rue à toute vitesse vers la sortie.
Mae. Et une autre.
Lucas.
Sans réfléchir, puisant dans le peu de ressource qu'il lui reste, Abi entame un premier pas. Elle comprend. Elle aussi le ressent. Et, dans une tentative désespérée, embrasée par son sang, par son propre nom, elle se rue également à la suite de Mae. Elle n'a plus rien.
Elle leur prendre tout.

Spoiler:
 

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 664
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 6 Sep - 22:57


Chroniques d'Arven

Intrigue 2.5

La Mort dans les Veines

Août et septembre 1002


Intrigue animée par Elnaië


Cet arrêt vous a été bénéfique. Les plus téméraires d’entre vous, bien décidés à en découdre s’il vous arrivait malheur, sont restés en position à l’entrée de la caverne, qui vous a abrités. Il a pourtant fallu repartir. Avancer, lentement, pour économiser les forces de vos blessés, pour conserver l’abri des forêts de Cibella aussi longtemps que possible, maigre protection contre les Voltigeurs qui se font plus nombreux dans le ciel. Vous avez presque envisagé, un instant, de partir par l’intérieur de la caverne, tant vous craignez ces ennemis redoutables. Et la peur de vous perdre vous a fait revenir à votre chemin premier. Ça, et ce miracle qui se présente à vous… Il semblerait que des dragons se battent, guidés par un Émeraude, là-haut, sans Chevaucheurs sur leur dos. Est-ce une illusion ? Peut-être est-ce grâce à lui, que vous n’avez pas été repérés.

Vous n’avez pas le loisir de vous questionner plus longtemps, pourtant, vous devez continuer d’avancer, un peu plus chaque heure, chaque jour. Bénie soit l’Abeille, qui vous permet de vous soustraire au danger, alors que vous avancez trop vite pour que l’on vous suive de l’œil.

C’est le cœur lourd que vous êtes repartis, malgré tout – la femme de Braham Coupe-Fin ne s’est pas réveillée, comme vous l’aviez tous espéré. Ce n’était pas seulement la fatigue, qui l’avait terrassée, et ces deux jours de repos forcés ne l’ont pas aidée. Vous ne pouvez attendre plus.

C’est à l’aube du 10 septembre, que vous repartez, profitant de la lumière grandissante mais pas assez pour vous dévoiler. Si le silence vous semblait lourd, pendant cette première partie du voyage, ce n’était rien, comparé à celui qui vous assaille, le 18, alors que les mages semblent progressivement perdre contact avec la réalité, délirant, étant parfois absents. Les moments de conscience de chacun sont restreints ; bien qu’ils reviennent parfois à eux.

Ils sont bel et bien en possession de leurs moyens mentaux, le 20 septembre, lorsqu’ils arrivent à Roc-Épine… rassurés, apaisés, peut-être, par le murmure de ceux qui les accompagnent, qui les protègent, disant avoir aperçu le Pic, au loin. Ils peinent à se tenir assis, mais ils essayent tous de regarder, l’espoir se répandant parmi eux… bien vite remplacés par l’incompréhension, quand on les informe qu’ils ne pourront entrer tout de suite, qu’ils vont devoir patienter. Par la colère ; aussi. Le seul homme que vous ayez vu vous informe que vous devrez attendre de voir le patriarche - qu’il soit en mesure de vous recevoir. Ce sont là les seules informations dont vous disposez. Vous voyez deux dragons, plus loin, pourtant… Certains reconnaîtront Ferveur et Subtile, qui sont partis des jours avant vous avec les Chevaucheurs lagrans Tristan et Elise, pour faire état de la maladie. Où sont-ils, et pourquoi vous somme-t-on d’attendre ?







Tour 4

Consignes


IRL : du jeudi 7 au 14 septembre (18h).
IRP : du 10 au 20 septembre 1002.

• Ce topic concerne les personnages suivants, inscrits à l’intrigue au préalable : Aaron, Abigaïl, Agnès, Astrée, Ayana, Braham (Richard), Gabrielle, Lou-Ann, Lucas, Maelys, Melinda, Mélodie, Merle, Serenus, Sylvain, Tara & Thomas. Si vous souhaitez rejoindre l’intrigue, envoyez un petit MP au Destin (en précisant dans l’objet que c’est pour l’intrigue).

• Ce tour dure du 10 septembre au petit matin, date à laquelle vous quittez la caverne, au 20 septembre, date à laquelle vous parvenez à Roc-Épine. Le danger est omniprésent, les abris moindres, les Voltigeurs plus nombreux, soyez prudents ! La chronologie générale du chapitre est consultable ici.

• Mages, Chevaucheurs, n’oubliez pas que vous êtes sujets à la maladie, que vous êtes frappés par ses symptômes, et passés au stade 4 le 18 septembre. Vous oscillez entre conscience et inconscience, êtes pris de délire, par moment. Vous êtes à peu près lucides, lors de l'arrivée à Roc-Épine. (La chronologie de la progression de l'épidémie est disponible ici.) Le trafic de philtre de Mortessence est plus présent encore.

• L'état de la femme de Braham est stable mais ne s'améliore pas.

• Des PNJ font partie du convoi, notamment des non-mages chargés d'assurer votre protection. Il y en a plusieurs, mais ça reste de grands convois.

Vous êtes arrivés au Gouffre de Roc-Épine. Vous ne voyez pas le groupe d'Ibélène, vous êtes à deux endroits différents.


• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 500 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa: Pensez à dater vos messages, pour faciliter la compréhension.

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :jongle:



_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 826
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Jeu 7 Sep - 12:11

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 08 et  09 septembre 1002

Gain de cause, il avait eu gain de cause et obtenu un jour et quelques heures de la part des plus farouches et/ou  désespérés d'entre eux ; à juste raison. Ils s'étaient tenu à l'entrée de la caverne, guettant, la patience se faisant violence, il luttait contre leurs envies et leurs faiblesses. La guerre faisait rage tant au dehors qu'à l’intérieur d'eux.

Merci Gabrielle. Et si les mots n'étaient pas sorti de sa bouche,  l'on sentait ses plus sincères remerciements transcender l'air de la caverne dans le regard qu'il jeta à la princesse épine épuisée par l'épidémie. Car les mots de cette dernière avait été son salut et sa reprise d'esprit.

Il avait pourtant fallu repartir, pour mieux revenir dans un premier temps en voyant l'attention des voltigeurs se porter alentours avant qu'une lueur d'espoir ne perce dans le ciel en la figure d'un dragon sans chevaucheur, puis par d'autres ! Et il aurait prit le temps de se jeter à genoux pour remercier le cadeau que leur faisait le Destin si le temps ne jouait pas contre eux.

Le 10 septembre 1002

La route du convoi reprit sans cesser pour autant de jeter des regards inquiets au dessus de leurs têtes. Braham s'enquerra de l'état de santé de ses proches. L'état de sa femme n'avait pas empiré et d'un énième baisé sur ses lèvres tiédit, il pria du fond de cœur d'arriver à temps. Adonis, le jeune frère de cette dernière lui avait conseillé de faire usage d'un philtre de Mortessence, il avait réussi à s'en procurer un disait-il ! Mais Braham avait catégoriquement refusé, brisant le philtre au sol, l'idée était certes séduisante pour remettre Alysson sur pieds, mais cette dernière ne s'en remettrait pas pour autant, une autre blessure plus grande serait encrée en elle : la trahison. Il remonta les bretelles du garçon, espérant que ce dernier n'ai pas commit d'impair... Ortie, elle, continuait de pleurer en silence, prise de nausée et de tous les autres symptômes de stade 3 de l’épidémie à quelques jours d'avance sur d'autres. Son attention se porta sur Gabrielle encore une fois avant qu'il ne se remette en route, elle était entourée, elle était courageuse, elle irait bien.

Et il espéra en entamant de nouveau la route qu'aucun autre problème ne surgirait. Si seulement.




HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4FBraham #5A3A25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 148
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse héritière de Cibella, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Cibella et la Rose Écarlate
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Jeu 7 Sep - 17:05

15 septembre

Il y avait bien un mois désormais, qu’elle était sur les routes en compagnie de ces gens. Elle avait appris à en connaître plusieurs, Gabrielle, alors que les jours se succédèrent et que la maladie gagnait peu à peu cette bataille. Il y avait Aurore et Astrée, les jumelles outreventoises. Il y avait Maelys et Thomas, qu’elle ne connaissait réellement que pour avoir risqué la réussite de l’expédition. Il y avait Abigaïl l’Embrasée, une chevaucheuse que Gabrielle respectait profondément, plus encore en la voyant tenir bon devant l’adversité. Lou-Ann et sa jeune soeur, des enfants attachantes dans leurs manières peu conventionnelles. Et malgré toutes ces jolies personnes, malgré la profondeur de leur âme, Gabrielle sentait qu’elle allait lâcher prise et perdre pied. Jamais elle ne s’était sentie aussi faible et démunie. Si elle avait risqué quelques pas hasardeux pour rejoindre Braham, lors de leur captivité dans cette grotte humide, la princesse savait qu’elle ne pourrait plus oser la moindre promenade, désormais. La fièvre, toujours présente, toujours plus forte, lui asséchait les lèvres et rendait même sa peau douloureuse au moindre touché.

Elle fut soulagée, comme plusieurs, lorsqu’on annonça que le danger que représentaient les voltigeurs était éloigné et qu’ils pouvaient désormais reprendre leur chemin jusqu’à Roc-Épine. Gabrielle n’avait pas trop compris le pourquoi ni le comment, recroquevillée sous une couverture qu’on s’efforçait de lui retirer. Pour faire baisser la fièvre. Pour son bien. Alors elle s’était laissée escorter jusqu’à la carriole, et la route avait repris avec un soulagement collectif. Combien de temps pouvait-elle encore tenir? Elle avait compté les jours, depuis la sortie de la caverne, se promettant de tenir un soir de plus, puis une journée de plus, jusqu’à ce que la tentation soit trop difficile à contenir.

Braham l’avait bordée pour la nuit avec mille délicatesses, en dépit de ses vêtements qui ne sentaient plus les fleurs depuis trop longtemps, déjà, et du sang qui barbouillait régulièrement son minois pâle. Les accompagnateurs étaient dévoués, si dévoués… Plusieurs vantaient le courage des voltigeurs et des mages de bataille puisqu’ils risquaient leur vie pour défendre Faërie, mais pour Gabrielle, les héros étaient surtout ces petites gens qui risquaient leur quiétude et leur sécurité pour se dévouer entièrement aux autres, aux mages, les malades. Devant la cruauté du monde et des épreuves qui se dressaient devant eux, ils avaient choisi la bonté plutôt que l’égoïsme.

Précisément, elle en avait assez d’être malade et faible, de souffrir, d’être un poids pour tous. Elle désirait aider. Si ces jolies pensées quant à la magie qui courrait dans ses veines et son coeur étaient réfléchies et ressenties, la douleur et la fatigue lui intimaient d’ouvrir cette fiole. Ce soir. Elle avait patienté que Braham retourne auprès de son épouse pour se redresser de son mieux. Longtemps, elle avait observé la fiole, à un petit geste de l’ouvrir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1482
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Jeu 7 Sep - 21:43


15 Septembre :


Les Voltigeurs étaient partis, il s’en était fallu de peu pour que certains d’entre nous ne cèdent à l’impatience et ne sortent. Les nerfs aiguisés par l’attente, par la maladie, par les plaintes, et décident d’en finir, ce calvaire était déjà bien assez dur comme ça, pourquoi s’acharner et en rajouter ? J’avais fait partie du lot, mais finalement, voyant ces abrutis de mages et de Chevaucheurs vouloir se battre alors qu’ils étaient les plus démunis, il avait bien fallu les protéger d’eux-mêmes.
Sulfure me manquait, Iseult et Fulgurance aussi. J’aurais pu être utile s’ils avaient été là, l’union faisait la force et la Rose l’avait compris depuis un millénaire. En unissant armes, esprit et bêtes mythique à un humain, ainsi forcément ils seraient plus forts, jamais vraiment seuls.

Voir Maëlys ainsi me rendait malade, voir l’horreur et le désespoir qui emportait chaque jour un peu plus le pas sur la raison était un fardeau presque insupportable. Lucas restait auprès de mon amie, ils se connaissaient, en même temps c’était logique. Thomas, l’arrogant aussi n’en menait pas large, son acolyte avec qui il avait fomenté sa tentative d’évasion de la grotte n’était guère mieux.
Même Sylvain devenait maussade, il faut dire que le voyage commençait à être usant. En rentrant, je m’achèterai un cheval…

Mon esprit papillonne, se raccroche aux branches les plus absurdes, c’était ma façon à moi de tenir et d’évacuer. C’était ainsi que j’avais toujours fait, jouer avec le malheur et lui rire au nez pour ne pas me faire déchiqueter par ses griffes. Mon cœurs saignait, mais je survivais, c’était le plus important.
Je regarde et j’observe, j’aide et je soutiens, je vole aussi parfois. Il ne fallait pas perdre la main et foutu pour foutu… Ce n’était pas très étique, mais je n’avais jamais trop été portée sur ce genre de principe.
Perdue dans mes réflexions, portant une couverture pour l’amener à une roulotte, je faillis ne pas apercevoir l’éclat du soleil qui s’accroche au verre. Comme un appel, comme une invitation devant le liquide qui flottait doucement.
Là, entre les doigts délicats de la douce Gabrielle, nouvelle cible de Sylvain, n’était-ce pas un philtre de mortessence ? Ce liquide qui se vendait une petite fortune sur le marché ?
Elle allait faire une bêtise n’est-ce pas ? Elle allait le faire, c’étai de mon devoirs que de l’arrêter, oui, c’était ça.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 8 Sep - 22:53

8 septembre 1002

Lou est contente lorsqu'on lui tend une arme mais elle n'est pas folle non plus. Les autres, les guerriers, les vrais sont bien plus costauds qu'elle et bien plus à même d'aller provoquer les voltigeurs. Elle reste en retrait et regarde ceux qui tentent de mettre un nez dehors se faire rabrouer par la princesse en elle-même celle qu'elle a vue au tout début, qui lui a ôté de son chemin l'homme souhaitant qu'elle ôte le cabas de sa sœur. Elle s'éloigne des guerriers et regarde une autre jeune femme qu'elle avait aperçu aussi ce même jour tenter de raisonner un autre homme qui souhaitait glisser son nez en dehors.
Lou retourne s'asseoir calmement vers sa sœur et lui dit « j'suis armée maintenant, l'premier qui veut t'emporter l'aura affaire à moi » elle lui murmure pour n'être entendue que par elle. Et les jours passent et au moment d'une accalmie ils repartent...

20 septembre 1002

Le chemin est long mais le bruit court dans le convoi que l'issue est proche. L'issue de cette marche oui mais que vont-ils trouver là bas ? Sa sœur sombre a demi dans l'inconscience. Lou ne la quitte plus d'une semelle. Elle sait que la femme du guerrier est dans le coma et elle continue de parler à sa sœur « s'il te plait reste 'vec moi, j'sais qu'c'est dur mais on en a vu d'autres nous deux hein ; reste avec moi Lena ; j'te promets, on va trouver c'qui te ronge pour te soigner, j'trouverai » elle est déterminée Lou et ne s'en laissera point conter.

Quand le convoi s'arrête, qu'on leur dit d'attendre, une fois de plus, elle a envie de sortir de ses gonds... ils sont à deux doigts de toucher la victoire, à deux doigts du but final. Des dragons survolent, il y en a deux... s'ils sont là leurs cavaliers ne doivent pas être bien loin... mais ils sont malades comme tous les chevaucheurs, tous les mages, ils sont tous dans le même état. Lou ne sait plus vers qui aller alors elle reste simplement vers sa sœur et observe ce qu'il se passe. Des gémissements partout lui vrillent les oreilles, elle a envie de se les boucher, de crier, d'hurler que tout s'arrête... elle prend les devants subitement et se rapproche de la tête du convoi et murmure à l'un des guerriers « ils attendent quoi ? Qu'tout le monde sombre dans l'coma ? » … oui c'est cela en fait, certains sont capturés par les voltigeurs, les autres on les fait simplement crever à deux mètres du but ultime... triste sort...

spoiler:
 

_________________







DarkGreen- Dialogues


Dernière édition par Lou-Ann Jedidiah le Jeu 14 Sep - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2401
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Sam 9 Sep - 15:40

8 au 10 Septembre

Je suis ceinturée, avant même de pouvoir franchir le seuil de la grotte. J’entends vaguement les mises en garde de Lucas, répliquant par un si pertinent : « Mais lâche-moi ! ». Notre échange se solde par un coup de coude dans sa mâchoire, tandis que je me débats en vain, à repousser finalement son visage d’une main tremblante. Il ne lâche pas prise, cet imbécile, bien au contraire. Je lâche un rire nerveux, à en appeler à mon bon sens. J’aperçois Abigaïl qui arrive à notre hauteur, et espère fortement qu’elle va m’aider à m’en dépêtrer… Mais avant même de l’appeler à la rescousse, une silhouette attire mon attention dans le ciel ombragé.

Non. Ce n’est pas un griffon. « Mirage ! » J’ai voulu crier, d’une voix enrouée, pour qu’il revienne vers moi. A cette distance, il n’a pas pu m’entendre. Il ne l’aurait peut-être même pas voulu, vu la direction qu’il emprunte, directement dans les bois où les Voltigeurs se sont réfugiés. Je suis sous le choc. Je pensais qu’il s’était enfui… Non. Il passe à l’assaut. Je le sais très bien, qu’il ne m’aurait jamais abandonné, mais aller se battre seul est suicidaire.

Les jours suivants me prouvèrent qu’il ne l’était pas vraiment.

19 au 20 Septembre

Mon dragon me protège, même avec notre lien coupé. Je ne peux m’empêcher d’observer le ciel, de me réveiller en sursaut, à chaque fois que le bruit des affrontements se rapproche. Je guette sa silhouette. Je suis à bout de nerfs, à me demander s’il ne fera pas partie des prochaines victimes, qui de nous deux risquent de succomber en premier. Un philtre de Mortessence règlerait certainement la question, mais il rendrait notre combat parfaitement vain.

Je serre Vesper contre moi, amorphe, avec le pelage collé par la sueur. Je tremble… Il est tout ce qui me rattache encore à ce qui fait de moi une mage, si bien que j’en viens surtout à me remémorer mon ancienne existence. Mélodie avait pris soin de moi, la dernière fois que j’étais malade. Je me surprends à l’appeler, tout autant que Merle, qui est comme un père de substitution à cette lointaine époque. C’est égoïste. Je voudrais simplement qu’ils soient là pour moi, comme autrefois.

Quand le convoi s’arrête enfin, je relève lentement la tête pour aviser les champs si familiers, le roc qui bordent les terres de Lagrance… Des terres que j’ai longuement patrouillé à dos de dragon. Je cherche à me relever, à appeler faiblement l’un des rares qui soit encore en état pour me répondre : « Merle… ? Pourquoi on ne rentre pas ? Qu’est-ce qu’il se passe ? » Vesper ouvre de petits yeux, à fixer le Maître-Voleur, sa tête lourde posée contre la barre de la caravane. « On peut pas… On peut pas rester là. On peut pas avoir fait tout ça pour… Pour rien ! »

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 150
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Sam 9 Sep - 19:36

19 au 20 septembre
Les dragons. Enfin certains dragons étaient présents et nous suivaient, éloignant quelques peu les voltigeurs qui nous harcelaient. Ils suivaient leurs chevaucheurs, c’était… mignon ? Dévoué ? Attentionné ? Enfin cela nous a laissé un répit et nous a permis de reprendre la route plus rapidement. Et de moins regarder le ciel d’un air apeuré, ou méfiant au mieux… Mais ils sont toujours là, à nous poursuivre et nous houspiller. Et ça, en plus des malades, ne fait qu’ajouter stress, fatigue et angoisse pour la plupart d’entre nous. Malgré tout, la route défile et nous avançons.

Et voilà qu’on peut enfin l’apercevoir au loin, le fameux Pic. Cela fait un moment que je ne suis pas revenu par ici. Et cela ne me réjouit nullement de revenir dans de telles circonstances. Je suis pourtant indéniablement soulagé en reconnaissant les lieux. Ça va aller, nous sommes arrivés, tout ira bien. N’est-ce pas ? Ils se sont mis à délirer, depuis deux ou trois jours, tenant des propos incohérents et laissant parfois échapper quelques vérités devant sans doute rester secrètes… pourtant, les voilà tous, tous ceux qui sont éveillés, à essayer de se redresser pour contempler le gouffre et la cité plus loin, à retrouver un peu de vigueur pour apercevoir le but du voyage.

Mais je sens ma mâchoire se contracter en entendant l’émissaire. Se moquent-ils de nous ? Après tout ce trajet, ces dangers ? Attendre ? Attendre quoi ? On pourrait entrer et patienter à l’intérieur, être reçu ou… Ils nous font venir, courir tous ces périls, risquer la vie de nos amis, et osent nous refouler ? Se rendent-ils comptent seulement de ce qu’ils font ?

Je tourne la tête et esquisse un sourire, avant de passer un linge frais sur le front de la jeune femme qui me parle.

« Qu’on attende ils souhaitent, de patienter ils nous demandent… Mais pas à t’inquiéter tu n’as. Vous rentrerez. » Je regarde Tara qui semble allait plus mal encore, contrairement aux autres, en apercevant les lieux. Je soupire et souris de nouveau à Maelys, avant de repousser une mèche de cheveux de son visage.  « Vous faire rentrer… par n’importe quel moyen je vais. » Je serre doucement la main que Tara lève vers moi. « A vos intuitions vous fier, il faut. Toujours ce que je dis c’est, et donc suivre mon intuition je vais. Trouver un cheval et revenir je vais. De vous aider j’ai promis, et je ferai. Pas avoir peur vous ne devez, confiance en moi ayez… Et ne bougez pas. »

Je leur souris, rassurant, leur faisant un clin d’œil. Avec toute cette agitation, trouver un cheval, même deux, ne devrais guère être difficile. Quand à y rentrer ma foi, ce ne sera pas la première fois que je pénètre quelque part où l’on ne voulait point de moi à l’origine…

Spoiler:
 

_________________


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 280
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 10 Sep - 14:35

19 au 20 septembre

Les dragons sont là. Je crois. C'est ce que j'entends tout autour de nous. J'ai du mal à faire le point et seul le souffle chaud d'Archimède au creux de mon cou me permet de ne pas perdre pied totalement. Je suis pourtant sure d'avoir reconnu la silhouette de Ferveur et mon cœur s'est brusquement serré en songeant à Tristan. Lui aussi doit être au plus mal. Et je ne peux rien faire pour l'aider. D'autant que l'arrivée à Roc-Epines n'arrange en rien mon état. Je commence à avoir du mal à discerner la réalité de mes souvenirs et je ne sais même plus ce que j'ai pu dévoiler à Merle durant mes périodes de délire. Il doit savoir bien des choses maintenant, que j'ai gardées enfouies durant plus de vingt ans. Mais rien n'a changé sur ses traits. Plus tard, peut-être, nous en reparlerons. Si nous survivons à tout cela. A cette pensée, je serre Archimède un peu plus fort contre moi, comme pour essayer de lui insuffler le peu d'énergie qu'il me reste. Sans succès évidemment.

Je fronce les sourcils en écoutant la jeune femme, Maelys je crois, qui parle à Merle. Ils ne veulent pas nous laisser entrer ? Mais pourquoi ? et je cille, rassemblant difficilement mes idées alors que Merle commence à parler. "Non." Son clin d'œil ne me touche guère et je sais que sa bonne humeur est plus que factice. "Maelys… elle a raison… nous ne pouvons pas être venus pour rien mais… ne nous laisse pas. S'il te plait." Je lui jette un regard implorant, me redressant tant bien que mal alors que j'arrive tout de même à réaliser que sans argumentaire, il ne m'écoutera pas cette tête de mule. Pourtant, mes idées s'entrechoquent et j'ai du mal à ne pas suivre Ferveur des yeux. J'aimerais qu'il se rapproche, j'aimerais pouvoir effleurer son museau comme j'ai eu l'occasion de le faire. Avant. Quand tout allait bien. "Nous avons besoin de toi. Ici. Pas au fond d'une geôle quelconque parce que tu auras dérobé un cheval à je ne sais qui. J'écoute aussi mon instinct et il ne me dit pas la même chose qu'à toi. Tu ne veux pas mettre tout le monde en danger juste pour nous, si ?" Je serre sa main de toutes mes forces, autant dire que ce n'est pas vraiment une réussite, comme pour le retenir, l'empêcher de faire ce qu'il veut. Je ne veux pas le perdre de vue, s'il disparait, j'ai l'impression que je ne le reverrais jamais. Et très égoïstement, je ne suis pas sure d'être en état de le supporter.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 


Dernière édition par Tara Mille-Visages le Lun 11 Sep - 7:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants • Admin
avatar

Messages : 574
J'ai : 17 ans
Je suis : Etudiante en Astronomie spécialisée dans l'étude des constellations

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma famille, Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Les Savants • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 10 Sep - 15:15

Le trajet était éprouvant, et Astrée peinait à garder son enthousiasme, son optimisme. Pas alors qu’elle voyait Aurore aussi mal, aussi… déprimée, lui semblait-il, de ce qui lui arrivait. Elle avait beau s’essayer à lui changer les idées, à rendre le trajet un peu plus confortable, elle était morose elle aussi. Elle avait l’impression, pour une fois, de ne pas comprendre sa jumelle. C’était un fait, elle ne saurait jamais l’intensité du lien qu’elle avait avec Sucre, ne pourrait jamais mesurer l’impact que la magie avait sur sa vie mais ne pas pouvoir l’épauler pendant ce temps… C’était dur. Très dur.

Si dur qu’il lui semblait préférable de s’éloigner parfois, pour la laisser respirer un peu, malgré la culpabilité qui l’assaillait. L’impression de complètement laisser tomber sa sœur. Elle s’occupait auprès d’autres malades, ceux qui n’avaient pas forcément la chance d’être accompagnés. Grimaçant, elle garda pour elle la pensée que ça n’était peut-être pas une chance pour tous, avant de laisser ses pensées dériver à nouveau vers Gabrielle de la Volte, vers la belle princesse qui accompagnait le convoi. Elle aussi devait se sentir seule.

Astrée lui jetait fréquemment des coups d’œil qu’elle voulait discret, comme pour s’assurer qu’elle allait aussi bien que possible. Qu’elle ne baissait pas les bras. Qu’elle était forte, malgré la maladie. Malgré… tout. Peut-être pourrait-elle s’en assurer, directement ? Elles avaient après tout échangé quelques mots. Prenant son courage à deux mains, elle marcha doucement vers l’endroit où elle se trouvait, espérant ne pas la déranger.

Elle fronça les sourcils, devant la scène qui se présenta à elle, hurlant un « NON » particulièrement audible de tous, balbutiant quand tous les regards se tournèrent vers elle, marmonnant des mots d’excuse pour détourner leur attention, tout en allant plus franchement auprès de la princesse, baissant sensiblement la voix. « Vous ne pouvez pas faire ça ! Vous ne pouvez pas laisser tomber ! C’est un cadeau d’Aura, auquel vous êtes prête à renoncer ! C’est l’espoir de tous, que vous êtes prête à laisser mourir, parce que vous aurez renoncé à votre magie. C’est la Rose, c’est vous et sieur Braham, que nous avons suivis jusqu’ici ! C’est parce qu’on croyait en vos paroles, que l’on est tous ici. Si proches du but. J’ai refusé de me procurer de ce poison, pour le donner à ma sœur, parce que je vous croyais. Et vous baissez les bras ? Que dois-je penser ? Que ma jumelle est condamnée ? Que tous ceux qui accompagnent ce convoi, épuisés, à bout de nerfs, le sont pour rien ? »

Elle était cruellement déçue, la jeune savante. « Vous êtes plus fort que ça. Vous pouvez résister, jusqu’à Roc-Épine. Là-bas, ils auront un remède. Laissez-moi vous épauler, princesse. Vous rassurer, quand vous en aurez le besoin. Je vous en supplie. »

Spoiler:
 

_________________
On dit des Lunes qu’elles reflètent la lumière du Soleil. Mais je sais, moi, qu’elles reflètent celle des Étoiles.


Paroles : steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.4
avatar

Messages : 841
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Dragonnet du Chapitre • Version 2.4
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 10 Sep - 19:45

20 septembre :

Les dragons étaient venus chasser les Voltigeurs, le convoi était sauvé, ils allaient enfin pouvoir repartir. Melinda avait fini par capituler, elle ne l'avait même pas réprimandé pour l'avoir porté jusqu'à la grotte ce jour-là. Serenus avait veillé sur elle, il avait fait en sorte qu'elle soit nourrie, hydratée et installée confortablement. Cependant, même s’il était content ne pas avoir eu à subir les foudres de Melinda, il s’était inquiété de la voir si faible. Elle n’était même plus capable de se défendre verbalement, de jouer avec les mots comme elle le faisait tout le temps. C’était comme si la maladie avait effacé, peu à peu, ce qu’était Melinda, pour la remplacer par cette jeune fille pâle, faible, incapable de subvenir elle-même à ses besoins. Cela n’empêchait pas Serenus de continuer à se battre à ses côtés.

Ils avaient repris la route, même si Serenus aurait préféré qu’ils prennent encore quelques jours de repos. Mais ils avaient raison, le temps pressait. Le guerrier avait ramené Melinda dans la cariole, l’avait installé et avait renfourché sa monture. Voir les dragons se battre l’avait rendu morose. Obédience lui manquait terriblement et, l’espace d’un instant, il s’était imaginé là-haut, sur le dos du grand dragon vert. Mais il était vite revenu à la réalité quand un autre guerrier l’appela.
Le voyage avait repris, et Serenus en avait fait de même avec son travail : ronde, surveillance des alentours, aide envers les malades. Quand il ne travaillait pas, il était avec Melinda, dont l’état empirait de jours en jours. Le guerrier faisait en sorte de ne jamais la quitter lors de ses pauses et quand il n’était pas de garde la nuit.

Ce jour du vingt septembre marqua la fin de leur voyage. Ils étaient arrivés à Roc-Epine. Serenus était excité comme une puce. Les malades allaient enfin être pris en charge, et tout finirait bien. Chacun rentrerait chez soi, en pleine santé et débordant d’énergie. Mais ils furent tous amèrement déçu, lui tout comme les autres membres du convoi. Quand Serenus entendit l’information qui s’est répandue comme une trainée de poudre, il s’était dit qu’il irait lui-même convaincre le patriarche de les voir tout de suite. Un petit coup ou deux dans l’estomac pourrait surement le faire changer d’avis, il n’y avait que ça qui était efficace avec les Ibéens. Il était retourné auprès de Melinda, furieux. Attendre. Ils n’avaient pas le temps d’attendre ! Tous les mages étaient mourants ! Mais qu’est ce qu’ils fichaient donc ? Le guerrier sentait la nervosité et la colère envahir les carrioles, et cela ne fit qu’amplifier ses propres émotions. Il avait cru le voyage terminé, il s’était lourdement trompé. Peut-être ne faisait-il que commencer en réalité ?

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 533
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Rose Ecarlate et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 11 Sep - 13:53

10 septembre

Abi nage en plein délire. Le temps se confond et les souvenirs deviennent brumeux. Les flash de leur arrêt dans la grotte lui revient. Comme Mae, elle s'est arrêtée, apercevant la silhouette d'un dragon dans le ciel et a hurlé dans son esprit le nom de Royale. Un hurlement désespéré, un réel appel à l'aide pour rompre la solitude qui l'habite.  Au début, s'était juste une douleur poignante, un véritable gouffre au plus profond de son âme. Puis la colère a fait le reste. Une rage sourde, grondante, alimentée par le délire et la folie. Car Abigaïl a sombré dans la folie. Et maintenant, elle en est persuadée. Ce Braham, il n'est pas clair. Chaque mage ici présent semble sur le point de s'endormir pour ne jamais se réveiller. Leur vie est en jeu. Quelque chose cloche. Elle le voit avec de l'Abeille. Au début, ce n'était pas grand chose. Juste une curiosité, un froncement de sourcil. Puis c'est devenu une suspicion. Braham veut l'Abeille pour lui tout seul ! Il travaille sûrement de mèche avec l'Ordre et tente d'exterminer les quelques mages ici présent. Et avec sa princesse Gabrielle... Abigaïl ne peut pas laisser passer une telle chose. C'est donc dans le secret de son âme qu'elle établit un plan. Elle va la lui dérober. L'Abeille doit revenir au peuple !
D'un mouvement fatigué, l'esprit totalement embrasé par la fièvre et le délire, elle s'approche difficilement d'Aaron.

-Rhaps, murmure-t-elle d'une voix inhabituellement rauque. Rhaps, y a un truc qui cloche. Braham.... il est pas celui qu'on croit. Il veut garder l'Abeille pour lui tout seul Rhaps ! Et nous tuer ensuite !

Elle ne se rend  pas compte que Rhapsodie n'est pas là. Et le Aaron qui lui fait place n'a rien de « poupée fragile aux cheveux aussi doré que le blé luisant sous le soleil ». Totalement prisonnière de son délire, majorée par sa forte fièvre, la fatigue et le désespoir. Rhaps bredouille quelque chose de pas trop compréhensible. Abi tousse et reprend son souffle. Elle est tellement lasse. Mais pour sa survie, celle de Rhaps et celle de tout le monde, l'Abeille doit être dérobée. C'est donc avec une assurance fébrile qu'elle commence à se rapprocher de sa cible, située à deux charrettes d'elle.  Mais la Chevaucheuse n'a jamais été subtile et la maladie n'aide en rien une approche en douce. Elle manque de tomber plusieurs fois et choisit finalement la voie qui lui convient le mieux. Avec tout l'aplomb dont elle est capable en cet instant, elle arrive à la hauteur de Braham, sombre et menaçante, sachant qu'elle n'hésitera pas à puiser dans ses dernières réserves de magie pour sauver tout le monde.

-Sieur Braham Coupe-fin, moi Abigaïl, Chevaucheuse de Cibella, affirme que tu n'es pas celui que tu sembles êtres et que ton intérêt envers nous n'est que nous envoyer à la mort ! dit-elle d'une voix vibrante et enfiévrée. Je te somme de me remettre l'Abeille, de t'éloigner de ma Princesse avant que je te la prenne de force !

Spoiler:
 

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600












Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Lun 11 Sep - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 826
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 11 Sep - 13:56

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 10 semptembre 1002

Ils avaient à peine reprit la route que du grabuge se fit entendre après quelques heures. Loin de provenir d'au dessus, c'était de derrière qu'il venait. Les mages étaient au plus mal et tentaient de supporter le fléau qui les épuisait, pourtant une femme à la crinière de feu se dégageait du lot, trébuchant parmi les non mages debout, zigzaguant à côtés des carrioles tel un pantin désarticulé. Braham lui porta un regard avant de reporter son attention sur le devant du convoi, d'autres plus proches se chargeraient de l'aider. Il fallait qu'ils avancent. Nul arrêt n'était autorisé se dit-il, son esprit ayant tendance à nourrir ses inquiétudes pour ses proches. Sauf qu'à peine quelques minutes écoulées qu'elle parvint à se planter devant lui, stoppant sa progression, se présentant et l'accusant de tout tant par le regard qu'elle lui offrit que par ses mots ; Abigail.

Il fronça les sourcils, grimaça des lèvres avant de poser sa lourde paluche sur elle et de la pousser de côté ; sans prêter attention au poids qui d'un coup se fit sur sa manche - un pauvre bougre avait semble-t-il trébuché, rien de mal donc . S'il croyait en son identité, il était encore plus certain qu'elle avait atteint un stade où folie et paranoïa avancée ne faisaient plus qu'un.

« Vous m'excuserez madame, mais je n'ai pas de temps à vous consacrer, se fit-il du plus poliment possible, comprenant l'état de la femme, refusant à tenir importance des mots dits. Vous feriez mieux de remonter dans une cariolle. Avisa t-il avant tout de même de marmonner. Avant que je ne vous y force pour votre bien. »  Son bien, oui, il espérait que ce se mot serait assez lourd de sens pour qu'elle comprenne.

Il jeta un regard plus loin à Gabrielle, il maîtrisait la situation, nul besoin de la déranger, elle devait se reposer, tout comme la chevaucheuse qui menaçait de voler l'Abeille et de mettre en péril leur voyage. Idiotie. L'Abeille était en sécurité avec lui et il faudrait lui passer sur le corps pour y mettre la main dessus ; et vu l'état de la femme, il était certain de pouvoir la maîtriser. Le tout étant qu'elle n'alerte pas les voltigeurs en tentant d'user d'une magie qui risquait de se retourner contre elle et contre les gens alentours !



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4FBraham #5A3A25


Dernière édition par Richard le Harnois le Lun 11 Sep - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 292
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 11 Sep - 17:29

Le 10 septembre :

Les mages sont mal en points, et le temps presse désormais ; il faut rejoindre Roc-Epine. Aaron oscille entre instant de lucidité et hallucination. Assis au bord d'une carriole, il regard le paysage défiler d'un œil las tandis qu'une silhouette se rapproche soudainement de lui. Il la connait, cette silhouette, il l'a déjà vu. A la caserne peut-être. Ali ... Ami ... Abi quelque chose. Il ne s'en rappelle plus, et la fièvre lui rend les choses trop compliquées.

─ Rhaps. Rhaps, y a un truc qui cloche. Braham.... il est pas celui qu'on croit. Il veut garder l'Abeille pour lui tout seul Rhaps ! Et nous tuer ensuite !

Qu'est-ce que c'était, Rhaps, au juste ? Aaron était perspicace, d'ordinaire, mais le moment était mal choisis pour lui souffler quelque chose de compliqué à cet instant. Braham, l'abeille, ça, il avait compris. Ou du moins, il essayait, mais le reste, il ne comprenait pas tellement ce que voulait Abigaïl - maintenant il se souvenait de son prénom. Lorsqu'il compris enfin ce qu'elle cherchait à lui expliquer après de longue minutes, il réalisa que c'était totalement absurde. La fièvre faisait complètement perdre son sens du discernement à Abigaïl.

─ ... Totalement absurde. La fièvre te fait délirer, tu devrais retourner t'allonger, Abigaïl.

Prononcer ces quelques mots lui fut quelque peu difficile, et son ton grave se transforma en marmonnement. Ce fut probablement la raison pour laquelle la chevaucheuse fit tout autre chose. Mi-agacé, mi-étonné, Aaron vit Abigaïl descendre de la carriole et se diriger tant bien que mal vers Braham. Rassemblant tout son courage, le chevaucheur se leva à son tour. Il ne savait même pas pourquoi il tenait tant à empêcher sa comparse de commettre une bêtise alors qu'il tenait à peine debout, malgré tout il se sentait obligé de le faire, autant pour éviter à Abigaïl de se ridiculiser que pour éviter de la laisser répandre une rumeur qui pourrait diviser le groupe.

─ Sieur Braham Coupe-fin, moi Abigaïl, Chevaucheuse de Cibella, affirme que tu n'es pas celui que tu sembles êtres et que ton intérêt envers nous n'est que nous envoyer à la mort ! Je te somme de me remettre l'Abeille, de t'éloigner de ma Princesse avant que je te la prenne de force !

Elle le sommait, vraiment ? Trébuchant, les oreilles bourdonnant et le regard hagard, Aaron tenta de la rejoindre pour s'excuser auprès de Braham tout en marmonnant :

─ ... Ne faut pas l'écouter, elle ...

Sans lui laisser le temps de terminer sa phrase, le meneur du convoi repoussa fermement Abigaïl sur le côté. Trop vite pour le chevaucheur qui n'eut pas le temps de se décaler. Trébuchant sur Abigaïl, il la bouscula violemment et bascula en avant, tout en se raccrochant à la première chose qu'il trouva sous la main : les vêtements de Braham.

Spoiler:
 

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 533
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Rose Ecarlate et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 11 Sep - 21:02

Le 10 septembre :

Elle est outrée, Abigaïl. Outrée du peu de considération qui lui porte. Il balaye sa réclamation d'un geste de la main et elle voit dans ses yeux, les flammes du mal. Sa tête bouillonne. Il la méprise, la considère pire que le néant. Il n'est pas de leur côté, elle en est persuadée ! Ils sont tous en danger et il va détruire l'Abeille, ou pire, l'utiliser pour assouvir ses sombres desseins. Elle en est persuadée Abi. Alors, la Chevaucheuse concentre sa magie. C'est difficile, extrêmement épuisant et elle a l'impression que sa tête est sur le point d'exploser. Puis les choses s'accélèrent. La voix de Rhapsodie parvient à ses oreilles, Braham le Maléfique la pousse d'un revers de main en même temps que Rhapsodie perd l'équilibre, déstabilisant l'Embrasée qui manque, une fois encore, de se retrouve le derrière à terre. Encore une fois, elle parvient à garder son équilibre, Idril seule sait comment. Mais l'effort fourni lui arrache une grimace de douleur et elle marque un arrêt pour reprendre son souffle, qui n'a de cesse de lui manquer depuis le début de cette histoire. Elle n'a plus beaucoup de temps. Elle s'assure d'abord que Aaron-Rhapsodie va bien.

-Ne t'inquiètes pas Rhaps, je m'en occupe, murmure-t-elle péniblement.

Elle doit économiser sa salive. Parler est tout aussi difficile que le reste. Puis il est de notoriété publique que la Chevaucheuse n'a jamais su manier les mots. Alors, trêve de paroles. Elle l'a prévenu, maintenant elle va passer à l'acte. Ses yeux cherchent frénétiquement l'Abeille. Elle ne vole pas autour de lui et ne semble pas être sur sa carriole. Il doit la garder sur lui. Une rage sourde s'abat sur elle à cette pensée. Ce miséreux ose ainsi la cacher aux yeux de tous ! Et bien elle la lui prendra ! Ni une, ni deux, Abi rassemble un peu des dernières forces qu'il lui reste pour attraper la chemise – déjà mal en point – de Braham. Ses mains tirent dessus, tâtent, fouillent, en quête de cette Abeille qui leur sauvera la vie. Elle ne connaîtra guère de répit tant qu'elle ne l'aura pas et si elle doit mourir en mettant le feu à ses vêtements, elle le fera !

Spoiler:
 

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 148
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse héritière de Cibella, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Cibella et la Rose Écarlate
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mar 12 Sep - 3:31

15 septembre

Lorsqu’Astrée Aubétoile avait crié, Gabrielle avait sursauté. Faible, si faible… Il s’en était fallu de peu pour que le philtre de Mortessence lui glisse des doigts et se fracasse contre le sol. Mais elle avait tenu bon, malgré la surprise, et sa poigne s’était refermée en toute hâte sur la fiole qui lui promettait tant de délivrance et tant d’hésitation. L’indignation de l’adolescente avait tiré brusquement plusieurs mages malades de leur sommeil, et bien qu’elle soit parvenue à détourner leur attention, elle possédait désormais pleinement celle de la princesse. Gabrielle savait que ce cri désespéré était pour elle. Le regard d’Astrée ne trompait pas, et la voir marcher vers elle confirma ses doutes, tout autant que ses espérances.

Elle avait dissimulé la fiole quelque part, entre sa couverture souillée de sang et la veste roulée qui lui servait d’oreiller, pour se concentrer sur la jeune femme qui s’agenouillait à ses côtés. Elle l’avait écoutée avec attention, autant que sa fièvre le lui permettait. Gênée. Terriblement gênée. Renoncer à un présent divin... N’avait-elle pas déjà réfléchi à toutes ces subtilités, quelques jours plus tôt? Elle était convaincue que oui. La magie était une part d’elle, un aspect qu’elle avait longtemps regretté mais qui l’avai façonné telle qu’elle était. Boire cette fiole signifiait renoncer à ce qu’elle était, profondément, mais également trahir la Rose. Elle savait tout cela, et sans surprise, elle acquiesçait les paroles d’Astrée, la mine chagrine et désoeuvrée. Mais il y avait plus que cela. La douleur, la peur, le sang, la faiblesse, la fièvre, l’inconscience. C’était la mort, vraisemblablement, qui l’accueillerait, si elle préservait ce don. Était-elle prête à perdre la vie pour cette magie qui l’avait rendu si malheureuse?

Alors Gabrielle empoigna l’une des mains de la jeunette entre les siennes, brûlantes, et plongea son regard vitreux dans le sien.

- ..Je sais.

Elle avait souhaité lui affirmer qu’elle avait peur, terriblement peur, et qu’elle ne désirait pas mourir avant d’avoir commencé à vivre. Que cette magie, elle n’en avait pas voulu dès qu’elle avait comprit qu’on ne la considérerait que comme une façonneuse de portail, une utilité dans ce monde de magie. Elle aurait bien aimé lui dire toutes ces jolies choses afin qu’elle comprenne et qu’elle ne lui en tienne pas rigueur, mais rien de ses justifications ne franchit ses lèvres. Elle savait que ce n’était pas bien de réfléchir ainsi et que son devoir lui intimait d’agir autrement. Bientôt, les larmes lui montait aux yeux et dégringolait sur ses joues.

- ...Je sais, je sais…

Bientôt secouée de sanglots, elle lui avait demandé pardon, à cette blondinette d’Astrée. Après lui avoir promis de ne rien faire, de ne rien tenter, elle l’implora de retrouver sa jumelle et de prendre soin d’elle. Pour la Rose, Gabrielle allait espérer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 292
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mar 12 Sep - 10:23

Le 10 septembre :

Malgré sa prise sur la manche de Braham, Aaron ne fut pas en mesure de se rattraper, et s'étala de tout son long dans la poussière. Il grogna contre lui-même, furieux d'en arriver à ce point de faiblesse et de fatigue, et songea avec amertume que l'épidémie l'avait fait descendre bien bas dans sa propre estime. Abigaïl, quant à elle, parvînt à retrouver l'équilibre, Dieu seul savait comment. Néanmoins, elle se tenait encore debout quand lui-même était étendu par terre.

─ Ne t'inquiètes pas Rhaps, je m'en occupe

Grand dieu, elle ne semblait pas avoir compris. Le guerrier s'était montré patient avec elle - il savait que c'était probablement lié au symptômes - malgré tout la chevaucheuse ralentissait le convoi, et faisait perdre du temps - et de la patience - à tout le monde. Et pourtant, ce fut avec stupeur qu'Aaron la vit soudain attraper la chemise de Braham et commencer à le fouiller avec ses mains, cherchant frénétiquement l'Abeille. Si elle continuait sur cette voie, la situation allait sûrement mal tourner. N'ayant pas la force de se relever seul et aussi rapidement, Aaron leva les yeux vers Abigaïl et marmonna dans sa barbe.

─ Désolé ... pas le choix.

Décalant sa jambe sur le côté, il la ramena brusquement vers lui. La plupart aurait pu prendre ça pour de la maladresse, mais ce n'était ni plus ni moins qu'un croche-patte en bonne et due forme. Pas très courtois, certes, mais Abigaïl finirait par lui pardonner.

Spoiler:
 

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Gueux
avatar

Messages : 1307
J'ai : 23 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: /
Les Gueux
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mar 12 Sep - 10:50

Le 19 septembre

La folie et la mort semblaient se gausser de moi en m'arrachant petit à petit tout ce qui avait jamais composé mon être. Si j’avais eu conscience de ce que j’étais devenue, j’en aurais probablement pleuré, mais par chance, je passais l’essentiel de mon temps à délirer, depuis la veille. Souvent, mes sujets de délire n’étaient guère joyeux. Je pensais à cette vie que j’allais perdre, une vie d’une inutilité confondante. Toute mon existence n’avait servi qu’à blesser les autres. J’avais haï mon frère parce qu’il était mort, j’avais rejeté la plupart de mes proches par peur de les perdre, j’avais abandonné Ciara, j’étais parvenue à blesser Serenus et à leur faire pleurer, j’étais… une mauvaise amie, une mauvaise mère, et une femme de piètre compagnie, noyant autrui de mots comme si j’espérais qu’il en meure ou qu’il s’en lasse. Dans cet état d’esprit, je jetai un coup d’œil fiévreux au guerrier, tout près de moi. Je l’avais vu aller et venir. Je savais qu’il prenait soin de moi. Je soufflai, d’une voix faible :

— Qu’est-ce que tu fais encore là ? Pourquoi tu restes à mes côtés ? Je ne suis rien pour toi. Je ne suis personne.

Qu’il ait voulu m’épouser ne changeait rien à cela. J’étais persuadée qu’il y avait dans ce convoi des personnes qu’il connaissait, et qui ne l’avaient pas fait souffrir. J’étais une amie pitoyable. Je méritais qu’il m’abandonne. Désirais-je qu’il m’abandonne ? Peut-être. Il me faisait me sentir tellement... faible.

— Si je meurs, tu crois que tu pourras ramener mon corps en Outrevent ? Auprès de ma famille ? Qu’ils puissent au moins enterrer l’un de leurs enfants…

Un rire amer secoua mon corps, suscitant des souffrances à des endroits dont j’ignorais même l’existence.

— Tu vois, j’ai sans doute bien fait de ne pas t’épouser. Tu aurais été veuf une seconde fois.

J’ignorais s’il se souvenait de l’autre réalité, mais je n’étais pas vraiment en état de réfléchir à cela. Dans mes souvenirs, cette demande existait bel et bien.

Le 20 septembre

La rumeur se répandit comme une trainée de poudre : nous étions bientôt arrivés. Je me sentais particulièrement lucide, alors que nous approchions de Roc-Epine. J'attendais avec impatience le moment où je serais débarrassée de cette maladie. Et je vivrai. A nouveau. Je pourrai redevenir celle que j’étais avant, et pas ce presque cadavre qui aspirait à la mort.

Tout espoir me fut brutalement arraché. Il nous fallait attendre. Attendre, alors que nous étions aux portes de la mort. Le découragement me balaya à nouveau, puissant, cruel. J’aurais dû m’en douter. Les dieux nous avaient abandonnés. Et nous allions mourir ici, à quelques pas seulement de notre délivrance.

Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.4
avatar

Messages : 841
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Dragonnet du Chapitre • Version 2.4
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mar 12 Sep - 20:20

19 septembre

Melinda délirait. Pour Serenus, c'était comme voir un vieux cheval tourner en rond, se perdre dans son propre pré. Il avait l'impression de perdre petit à petit la Melinda qu'il avait toujours connu. Et cela lui faisait terriblement mal. Il veillait à rester plus souvent à ses côtés, plus qu'il ne l'était déjà en tout cas, et était aux petits soins avec elle. Il tentait également de la rassurer, de lui faire comprendre que le voyage était bientôt terminé, et qu'elle serait bientôt guérie. Ca, elle l'avait rapidement compris, et il pouvait sentir, lors de ses moments où elle était lucide, qu'elle était impatiente, et qu'elle en avait marre d'être dans cet état. Serenus la comprenait. Lui aussi n'aurait pas supporté d'être aussi faible. Il aurait même préféré mourir. C'est pour cela qu'il admirait un peu plus chaque jour le courage de ces mages malades qui refusaient d'abandonner, alors que lui, il y aurait mis un terme depuis longtemps.

Ce jour là, Melinda lui demanda ce qu'il faisait encore là, pourquoi il était encore à ses côtés, parce qu'elle n'était rien, elle n'était personne. Elle ne comprenait pas pourquoi il s'obstinait à veiller sur elle. Serenus lui fit un regard triste et désolé. Il ne pouvait pas la blâmer pour ses paroles, elle était malade après tout. Il répondit en soupirant :

"- Tu sais très bien pourquoi je suis là. A mes yeux tu es tout sauf rien Melinda." Elle lui demanda ensuite s'il pourrait ramener son cadavre auprès de sa famille si elle mourrait. Serenus lui rétorqua, effaré : "Dis pas ça Melinda ! Nous sommes bientôt arrivés, tu ne mourras pas."

Elle eut un rire amer qui, visiblement, la fit beaucoup souffrir. Serenus posa doucement sa main sur la sienne et soupira doucement. Il se demanda combien de temps allait encore durer cet enfer, et s’ils allaient vraiment en réchapper. Melinda lui dit qu’elle avait bien fait de ne pas l’épouser, car il aurait été veuf une seconde fois. Serenus serra ses doigts sur les siens et baissa la tête. S’il perdait Melinda… Que deviendrait-il ? La vie ne serait plus jamais comme avant. Il avait encore sa fille, c’était pour elle qu’il devrait se battre si Melinda s’en allait. Penser à son enfant emplit le guerrier de tristesse. Il ne la connaissait pas, mais elle lui manquait terriblement. Il murmura pour lui-même :

« - Ca en aurait quand même valu la peine… » Il secoua la tête et reprit avec un sourire triste, tout en regardant la jeune femme : « Tiens bon Melinda. Il faut encore que tu rencontres ma fille ! »

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 826
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mar 12 Sep - 23:32

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 10 septembre 1002

Il n'avait pas prêté attention au maladroit, le chevaucheur Aaron, pas plus qu'il n'avait voulu donner de l'importance aux racontars de la fougueuse, Abigail. Pourtant il avait fini par faire attention à elle autant qu'il avait fini par regarder l'étourdi se demandant quand il le lâcherait enfin. Témoin comme conscient de l'état du mage, car assurément il en était un vu son teint blafard, il ne prit pas ombrage de l'homme et tenta même de l'aider, mais trop tard vu la chute qui s'en suivi sous un haussement de sourcil du guerrier.

« Donnez-moi votre main l'ami que je vous aide à vous re- » A peine avait-il tendu la main dans le but d'aider son prochain, que ses mots furent coupés net par... une séance de 'pelotage' ? Difficile de décrire ce que c'était. Maladroit, avide, dérangeant – devant tout le monde, enfants compris. Il fit un pas en retrait en voyant la rousse faire, le déshabiller presque de ses mains fiévreuses.

« Mais, madame ! Madame ! » protesta t-il. Il toussa, médusé, prit au dépourvu avant de tenter de l'attraper par les poignets, non sans quelques difficultés et griffures au passage... un chat n'aurait pas fait mieux. Elle était fragile se disait-il, et il était violent quand il perdait patience, il se contint, bien que sa mâchoire trembla quand il la senti toucher au but ; l'Abeille entendons, pas le dard.

Il la repoussa une énième fois, légèrement – elle finirait par abandonner - et la vit chuter chuter chuter... diantre ! Il ne connaissait pas sa force ! Alertés, quelques épines levèrent leurs yeux sur la scène, mais d'un signe Braham dissipa toute inquiétude, l'Abeille était en bonne main. La clé était en bonne main. Il était prêt à faire usage de violence en la portant comme un sac si nécessaire ! Hors de question de mettre en péril le voyage pour de telles folies et une personne aussi... lubrique.

Le 15 septembre 1002

Le voyage continua, la clé changeant de main encore une fois, d'un regard acéré Braham fit un tour d'horizon avant de reporter son attention sur les carrioles, sur une carriole en particulier lorsqu'un cri reconnaissable avait surgit ; celui de la jeune femme désireuse de servir la Rose. Il s’apprêta à la rejoindre en apercevant que sa cible n'était nulle autre que Gabrielle, mais se retint en voyant cette dernière bien entouré. Son devoir d'épine l'appelait et ses autres pensées tourbillonnaient déjà trop follement en pensant à l'état d'Alysson, d'Ortie et d'Adonis – mieux valait ne pas attiser sa peine en s'imaginant le pire pour la princesse.




HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4FBraham #5A3A25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1482
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 13 Sep - 8:59

J’avais regardé l’échange de loin, la demoiselle sermonner avec douceur la grande dame, et la dame se mettre à pleurer. Une aubaine, il n’y avait rien de plus simple à chaparder que des personnes focalisées sur autre chose. Alors je m’en vais prendre une couverture, pour la passer silencieusement sur les frêles épaules de Gabrielle de la Volte. Subtilisant au passage la fiole qui avait été abandonné. Elle ne voulait plus l’utiliser, c’était la cause de ce désespoir, ça et la maladie, si ce n’était pas la solution, alors emmener le breuvage loin de ses mains, enlever la tentation était plutôt une bonne chose. Je tapote le dos de la jeune femme, adressant au passage un petit signe de tête compatissant à sa comparse pleine de passion. Soutien discret qui s’esquive dès qu’il a fait son office, c'est-à-dire dissimuler la fiole sous l’un des pans cachés de ma jupe, là, à la jonction avec le corsage.

Je murmure quelque mot apaisant, prévenant au passage du temps qu’il nous reste avant d’arriver, laissant entendre qu’il fallait qu’elles soient patientes et fortes toutes les deux. Le maitre de caravane-ou qu’importe comment il s’appelait- nous avait fait un petit topos sur le temps qu’ils nous restaient encore à être sur les routes le matin même, donc pour une fois, je ne disais pas trop de sottises, puis enfin je m’éclipse, mon trésor en poche.

Ce n’est qu’un peu plus tard que je croise Sylvain. Presque par hasard, nos épaules heurtées dans un même mouvement pour éviter un enfant déboulant, poursuivi par un chien. Au moins il en restait avec de l’énergie dans ce convoi. Presque, parque les yeux pétillants du conteur laissaient peu de place à ce dernier. Il avait quelque chose en tête où je ne m’y connaissais pas. Feignant l’innocence, j’entame la conversation. Moi, j’allais voir comment allait Maëlys.

C’est vrai que lui avait passé beaucoup de temps avec Gabrielle, m’avait-il vu ?

-Je serais presque déçue, depuis le temps que tu tournes autour de la donzelle
, dis-je en montrant Gabrielle du menton, encore à vue, j’aurais pensé que tu l’aurais faite tombée dans tes filets. Deviendrais-tu trop vieux ?

J’aimais tenter le diable il semblerait.

-En attendant, je crois l’avoir entendu parlé de Mortessence tout à l’heure. Non pas pour la prendre mais qu’en avoir la rassurerais. Si tu veux, de par mes réseaux, il se trouve que j’en possède, donc si jamais tu veux contenter la belle et gagner ses faveurs, j’ai de quoi te satisfaire. Bon ce ne sera pas gratuit bien entendu.

Amis ? Oui, mais chacun se devait de se nourrir.


Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 


Dernière édition par Mélodie Douxvelours le Mer 13 Sep - 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 533
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Rose Ecarlate et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 13 Sep - 10:36

10 septembre :

Elle est trop fiévreuse, Abigaïl. Trop plongée dans le délire de sa maladie pour se rendre vraiment compte de ses gestes déplacés. Elle farfouille l'Epine avec une fébrilité proche du désespoir. L'Abeille. L'Abeille. Elle n'a que ça à l'esprit. Le reste n'est qu'un vide. Un gouffre infini dans lequel elle commence à sombrer, petit à petit. Seule l'Abeille la sauve pour le moment. Et elle le sait. Même si personne ne le voit, elle a compris, Abigaïl. Elle a deviné la véritable personnalité de leur soit-disant sauveur. Elle qui a partagé l'esprit de la Reine Noire ! Astrée qui est partie. Comme Royale. Comme Titou. Elle est seule. Si seule. Seule avec les abysses de son âme.
D'ailleurs elle tombe. C'est la fin. Elle voit la face de son ennemi s'éloigner alors que ses mains lâchent la chemise. Il semble faire un ultime mouvement. Sûrement pour l'achever. Cette fois, Abi ne garde pas l'équilibre. Elle est trop faible. Faible comme elle ne l'a jamais été. Elle atterri lourdement sur le sol. A côté d'elle, Rhapsodie a disparu. C'est un homme à la place. Il lui semble qu'elle le connaît. Des yeux elle cherche son amie sans parvenir à la trouver. Elle aussi a disparu ! Elle aussi l'a abandonné ! Alors, avec rage, avec toute l'énergie du désespoir qui lui reste, elle bondit sur ses pieds - enfin elle se redresse en se tenant à tout ce qui lui passe sous la main.

-Je sais qui vous êtes ! gronde-t-elle plus doucement qu'elle le voudrait. Vous êtes de leur côté ! Vous cherchez notre perte ! Mais je vous tuerai avant que vous nous tuiez tous !

Elle aimerait hurler mais sa voix est trop forte. En revanche, elle n'est pas l'Embrasée pour rien et, au prix d'un ultime effort qui, elle le sait, la conduira droit dans la tombe, elle canalisa son énergie, prêt à détruire ce vil manipulateur. Elle va mourir, elle le sait. Mais si elle parvient à sauver les autres, sa vie n'aura pas été vaine. Et au moins, elle ne sera plus seule.

Spoiler:
 

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 46
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 13 Sep - 10:45

15 Septembre

Pourquoi avait-il rejoint ce convoi ? A quel moment avait-il simplement pensé que cela serait une bonne idée ? Pour Saule, lui soufflait une voix dans sa tête, et pour Gabrielle, lui murmurait son cœur. Mais pour le moment un sentiment d’impuissance, lourd, pesant, écrasait ses épaules à mesure qu’autour de lui l’espoir quittait les visages.
Depuis la grotte, il avait cessé de conter. A quoi bon ? Les esprits étaient bien trop préoccupés pour que ses histoires ne les imprègnent. C’était peine perdu…
 
Alors qu’il se morfondait, avançant tête basse et épaules voutées, une pensée frappa son esprit, si fort qu’il se sentit vaciller. Qui était cet homme, grisâtre et maussade, qui avançait comme un fantôme au milieu du convoi ? A quel moment Sylvain de La Lyre avait-il perdu son entrain ? Si lui-même, qui pourtant faisait partie de ceux qui inspiraient, qui portaient l’espoir, baissait les bras, où allait-on ? Ce convoi avait besoin de lui, de Sylvain et de ses Belles Histoires.
Ragaillardi, le dos bien droit, le visage marqué d’une volonté nouvelle, son esprit se mettait en branle. Il recherchait dans ses connaissances, dans tous les textes qu’il avait pu lire, entendre ou simplement inventer, celui qui pourrait enflammer les cœurs. Perdu dans ses pensées, le pas vif, il esquiva machinalement un enfant qui courrait poursuivi par un chien et son épaule heurta celle de la belle Mélodie.
 
Et à voir l’intérêt soudain qui s’alluma dans les yeux de la jolie voleuse, une idée venait de germer dans son crâne.
 
Il rit, un peu trop amèrement, aux remarques de la brunette. Lui trop vieux ? Ho si seulement elle savait la vérité, le lien qui le reliait à Gabrielle. Mais il se contenta d’afficher un sourire énigmatique, levant la tête, irradiant soudain de charme et d’assurance.
 
« Ho ma petite Mélodie… aurais-tu oublié que l’important n’est pas la destination mais bien le voyage ? Il n’y a rien de plus plaisant qu’un amour naissant… »
 
Voilà, la phrase en disait assez sans s’étendre outrageusement sur le sujet. Juste de quoi la moucher sans trop en avouer. Mais lorsqu’elle lui présenta la fiole, il perdu, l’espace d’un court instant, sa superbe. Masquant d’un sourire le trouble qui l’avait traversé, il rejeta le souvenir des mains de Gabrielle serrant d’un côté sa main et de l’autre le flacon, s’agrippant à l’un comme à l’autre comme pour ne pas sombrer.
 
« Ton prix sera le mien. »
 

Sa voix avait soudain perdu ses accents enjôleurs, son visage cet air affable, pour se durcir plus qu’il ne le voudrait. Gabrielle avait besoin de cette bouteille. Elle en avait besoin pour ne pas sombrer. Il le savait. Et il ne la laisserait pas tomber.

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Sylvain Belle-Histoire le Mer 13 Sep - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants • Admin
avatar

Messages : 574
J'ai : 17 ans
Je suis : Etudiante en Astronomie spécialisée dans l'étude des constellations

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma famille, Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Les Savants • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 13 Sep - 10:46

Elle sursauta, surprise, quand la princesse saisit sa main, pensant plutôt qu’elle allait la repousser, lui dire que ça ne le regardait pas. Au lieu de ça, elle émit une faible parole, quelques mots, avant de se laisser aller à tout ce qu’elle avait dû refouler, pour paraître forte, inflexible. L’espoir de la Rose. La jeune blonde se mordit l’intérieur de la joue, un peu trop violemment peut-être, jusqu’à faire perler le sang. Elle s’en voulait, soudainement, de l’avoir interpellée aussi véhément. Gardant sa main dans la sienne, longtemps lui semblait-il, sans réellement savoir combien de temps exactement, elle tenta de murmurer des paroles apaisantes, de calmer ces larmes qui coulaient sur ses joues.

« Vous n’êtes… ce n’est pas votre faute. Je, je n’aurai pas dû vous accabler ainsi. Mais s’il le faut, j’aurai de l’espoir, aussi bien pour vous, que pour moi. Vous n’êtes pas seule, princesse. Et je viendrais vous voir souvent, si vous m’y autorisez. Ma sœur n’est pas loin, et… elle est plus souvent inconsciente que consciente, je, je peux me partager. » Si la voix d’Astrée s’était brisée en parlant de l’état de sa sœur, elle essayait elle aussi de rester forte, inflexible. Elle pouvait le faire. Elle allait bien, alors elle devait veiller sur tous ces gens.

Elle sourit à la brune, qui vint réconforter la princesse, pendant qu’elle-même lui parlait. Ca ne pourrait qu’améliorer son humeur, non ?

Spoiler:
 

_________________
On dit des Lunes qu’elles reflètent la lumière du Soleil. Mais je sais, moi, qu’elles reflètent celle des Étoiles.


Paroles : steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1482
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 13 Sep - 15:36

Mon sourire s’élargit, j’avais ferré le poisson, et il fallait dire que se balader dans ce convoi avec une fiole de mortessence, entourée de personnes désespérées pour qui elle était la solution…c’était un peu comme garder caché un dragon à retardement…autrement dit, une chose quasi impossible à faire. Mon prix serait le sien, il ne savait pas dans quoi il s’engageait, ce liquide coutait une véritable fortune, il n’aurait pas assez d’une vie pour me payer.

-50 écus et tu m’es redevable pour les dix prochaines années. Ce genre de fiole n’est pas sans prix, et je ne peux le brader.

Il n’avait strictement aucune capacité de voleur, ni d’espion ou quoi que ce fut, mais il savait conter, il pouvait gratter les cordes pour en sortir quelques mélodies, simples, mais efficaces, pour attirer l’attention et je ne doutais pas une seule seconde qu’il pourrait être d’une aide monumentale le moment venu. Quitte à l’introduire en douceur dans la Cour des Miracle par la suite, il pourrait faire une bonne recrue.
Car dans un sens je flouais la Cour en me séparant de cette mine d’or sans même passer par les réseaux habituels, cela ne pourrais donc se faire sans rétribution.

-Fait attention néanmoins à ne pas te faire sauter dessus. Tout le monde par ici en cherche, ça pourrait mal tourner si vous n’êtes pas un minimum prudent, même pour ta belle. Même avec des guerriers qui nous accompagnent. La misère, la maladie, ça peut rendre fou les gens.

Oui, j’étais véritablement inquiète, je me devais de le mettre en garde, car la simple mention de cette potion faisait briller les yeux enfiévrés. Les têtes se tournaient légèrement, avec une discrétion toute discutable.

-Bien sûr je n’attends pas à ce que tu te balades avec une telle somme sur toi, je peux faire crédit. Mais, n’essaie pas de me flouer s’il te plait, je déplorerais de me rendre compte que tu n’es pas si digne de confiance que ça.

J’attends qu’il acquiesce, avec patience, puis mon air sérieux est soudain balayé par un sourire ravie, j’empoigne sa main, sans même lui demander son avis et la serre avec entrain.

-Bien marché conclu alors.

Puis je lui remets la fiole, empaqueté dans un tissu pour que personne ne comprenne de quoi il s’agissait.

-Fait en bon usage conteur.



Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Puisque dans nos veines coule le même sang [Pv Sophie Atlan]
» « Quelqu’un a dit un jour que la mort n’est pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meurt en nous quand on vit. »
» Haïti/Rép.Dominicaine : Retour sur le colloque « Sang, Sucre
» Hédi Anabi, patron de la Minustha serait-il mort dans les décombres à Montana?
» 1- Descriptif complet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Lagrance-
Sauter vers: